Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Journal Chrétien

L'actualité en continu

L’héritage de Jacob et la condamnation d’Ésaü

Dans ces temps où tout semble si complexe et incertain, nous pouvons nous rappeler de la simplicité de l’Évangile.

L’Évangile, c’est avant tout un message nouveau. Lorsqu’il est apparu, il a rendu ancien ce qui était annoncé avant. Ce message est venu accomplir ce qui était annoncé dans les temps anciens. Ce message nouveau est en fait une bonne nouvelle. Ce qui était annoncé avant n’a perdu ni de son importance ni de sa valeur, mais à la lumière de ce qui est apparu comme nouveau, l’ancien message est mis en évidence comme ayant été mis en place pour annoncer ce qui devait paraître. Aussi est-il impératif de lire et comprendre le message ancien à la lumière du nouveau.

Ce message nouveau, cette bonne nouvelle, l’Évangile, c’est l’accomplissement de la loi et des prophètes. La loi et les prophètes ont été le berceau qui ont accueilli la révélation du Oint de l’Éternel, préparant ainsi le chemin afin que celui qui EST soit révélé comme celui qui devait venir.

Tout en ayant été,

le « JE SUIS » sera,

et tout en étant,

il a toujours été, bien qu’étant déjà dans l’éternité.

La réalité de Christ est d’une dimension éternelle. Elle ne peut s’intellectualiser, on ne peut que la vivre dans la communion de l’Esprit avec Lui. C’est pourquoi, lorsque Jésus dit aux contemporains de son époque  » En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu’Abraham fût, je suis. « , ils ne purent le supporter. Car l’homme naturel ne peut comprendre les choses de l’Esprit.

L’apôtre Paul nous explique dans 1 Corinthiens 2 v 14 que  » (…) l’homme animal ne reçoit pas les choses de l’Esprit de Dieu, car elles sont une folie pour lui, et il ne peut les connaître, parce que c’est spirituellement qu’on en juge.« 

Un homme insignifiant, fils d’un artisan-constructeur de charpente, passe 30 ans dans le silence, puis sort de son silence et annonce qu’il est Dieu. Il sillonne son pays répandant un message qu’il qualifie de bonne nouvelle. 3 ans plus tard, il est dénoncé par son peuple qui ne supporte plus d’entendre son message et meurt de la pire des morts alors qu’il était innocent. On le pend, cloué, suspendu par les mains et les pieds sur un morceau de bois, exposé à la honte, après l’avoir battu à mort. Voici la vie de Jésus en quelques lignes.

À cette lecture, croire que cela reflète le plan de Dieu semble être une folie. Et pourtant, ce que l’Homme qualifie de folie s’agissant du plan de Dieu, est en fait la sagesse de Dieu.

La croix, le châtiment que Jésus a reçu en réponse au message qu’il annonçait sur terre, est un scandale, une folie pour ceux à qui l’on explique qu’elle est le moyen pour eux d’obtenir la vie éternelle car elle n’a pas de sens sur le plan naturel. L’homme animé de ses raisonnements, juge de ce fait historique comme étant la parenthèse de vie d’un prédicateur qui a connu un impact inexplicable sur la société séculaire. L’homme bien pensant, opposant la foi à la rationalité, accuse de faible celui qui croit, se targuant d’être, lui, rationnel, rejetant ainsi toute possibilité de croire, sans pour autant réaliser qu’être rationnel signifie, en réalité, être connecté à la racine, à l’origine de toute chose. Accusant de folie celui qui croit, l’homme qui rejette Dieu se croit être sage. Mais celui qui rejette Dieu est qualifié de fou par le créateur, tel qu’il est écrit dans le Psaumes 14 v 1 : « Le fou dit en son cœur : Il n’y a point de Dieu !  »

Sous le regard de Dieu, la folie de l’Homme est la conséquence de la négation de l’existence de son créateur. Ce rejet est ce qui déclenche la colère de Dieu :

 » ‭‭Approchez, nations, pour entendre ! Peuples, soyez attentifs ! Que la terre écoute, elle et ce qui la remplit, Le monde et tout ce qu’il produit !‭ Car la colère de l’Éternel va fondre sur toutes les nations, Et sa fureur sur toute leur armée : Il les voue à l’extermination, Il les livre au carnage. » ; (Ésaïe 34 v 1-2)

 » (…) Mon épée s’est enivrée dans les cieux ; Voici, elle va descendre sur Edom, Sur le peuple que j’ai voué à l’extermination, pour le châtier. » (Ésaïe 34 v 5)

Il nous faut l’éclairage de l’Évangile pour lire ce que Dieu annonçait dans les temps anciens. Car c’est en Christ que le voile est ôté. ( 2 Corinthiens 3 v 14 ) Sans la disparition de ce voile, notre lecture est erronée.

La colère de Dieu va s’abattre sur Édom, que Dieu a voué à l’extermination. Édom, c’est Ésaü.(Gn 25 v 30) Ésaü était le frère jumeau de Jacob, et les deux se battaient déjà dans le ventre de leur mère. Il y avait et il y aura toujours conflit entre les deux.

 » Et l’Éternel lui dit : Deux nations sont dans ton ventre, et deux peuples se sépareront au sortir de tes entrailles ; un de ces peuples sera plus fort que l’autre, et le plus grand sera assujetti au plus petit.‭  » (Gn 25 v 23)

L’un était le fils de la promesse, Jacob, préfigurant celui qui entre dans l’héritage, qui marche selon le cœur de Dieu, une marche selon l’Esprit.

L’autre, Ésaü, celui qui ne fait aucun cas des promesses de Dieu, qui rejette l’héritage et le vend pour un plat de lentilles.

Ésaü était un profane, un  » pornos  » selon le texte grec, traduit par  » impudique « , (Hébreux 12 v 16) celui qui par son corps se livre à dénaturer ce que Dieu a créé pur et parfait à l’origine, se livrant sans frein ni réserve à ses passions. Ésaü, appelé Edom, préfigure celui qui marche selon sa propre nature, sa volonté, ses passions, en opposition à Dieu, une marche selon la chair.

Dieu aime sa création d’un amour éternel, mais Il a de la haine pour cette nature corrompue qui attire sa colère; car cette nature a été contaminée par le prince des ténèbres, c’est pourquoi Dieu dit :

 » Cependant j’ai aimé Jacob,‭ Et j’ai eu de la haine pour Esaü » (Malachie 1 v 2).

Il nous faut entrer dans la pensée de Dieu, comprendre son intention.

L’Éternel avait de la haine pour Ésaü car c’était un  » pornos « . Il ne peut y avoir aucun accord entre Jacob et Ésaü, aucun accord entre la promesse de la vie et la perdition, entre l’Esprit et la chair. Rien de commun.

 » (…) Car quel rapport y a–t–il entre la justice et l’iniquité ? ou qu’y a–t–il de commun entre la lumière et les ténèbres ?‭ Quel accord y a–t–il entre Christ et Bélial ? ou quelle part a le fidèle avec l’infidèle ?‭ Quel rapport y a–t–il entre le temple de Dieu et les idoles ? Car nous sommes le temple du Dieu vivant, comme Dieu l’a dit : J’habiterai et je marcherai au milieu d’eux ; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple.‭ » (2 corinthiens 6 v 14)

L’affection de cette chair, le fait de concevoir notre vie dans la dynamique de cette nature qui s’oppose au créateur, est une déclaration de haine contre Dieu.  » ‭‭car l’affection de la chair est inimitié contre Dieu, parce qu’elle ne se soumet pas à la loi de Dieu, et qu’elle ne le peut même pas.‭ » (Romains 8 v 6-7)

C’est par la foi qu’Isaac prononça les paroles sur les vies de Jacob et Ésaü « en vue des choses à venir« .‭ (hébreux 11 v 20). Isaac avait entrevu la finalité prophétique de la bénédiction, de l’héritage divin car il savait quelle était la promesse de l’Éternel :

 » Je multiplierai ta postérité comme les étoiles du ciel ; je donnerai à ta postérité toutes ces contrées ; et toutes les nations de la terre seront bénies en ta postérité,‭ ‭‭parce qu’Abraham a obéi à ma voix, et qu’il a observé mes ordres, mes commandements, mes statuts et mes lois. « ‭ (Gn 26 v 4-5)

Paul nous explique en détail l’accomplissement de cette promesse dans Romains 9 v 6-8 :

 » Ce n’est point à dire que la parole de Dieu soit restée sans effet. Car tous ceux qui descendent d’Israël ne sont pas Israël,‭ et, pour être la postérité d’Abraham, ils ne sont pas tous ses enfants ; mais il est dit : En Isaac sera nommée pour toi une postérité,‭ c’est–à–dire que ce ne sont pas les enfants de la chair qui sont enfants de Dieu, mais que ce sont les enfants de la promesse qui sont regardés comme la postérité.‭ « 

C’est par la foi en Jésus-Christ, croyant à cette folie de la croix que nous pouvons entrer dans cet héritage, cette promesse. La simplicité de l’Évangile, c’est qu’il nous suffit d’avoir la foi pour recevoir sa vie et ainsi être libérés du joug du péché qui conduit à la mort. (Romains 6 v 16)

La libération du péché n’est pas ce que nous avons fait de mal dans notre vie mais bel et bien la libération de cette nature héritée de la désobéissance du premier homme, et qui attire la colère de Dieu. Il nous suffit de croire ce que Dieu dit dans sa Parole. Depuis la chute d’Adam et Eve, Dieu a mis un plan de rédemption en place pour que l’Homme soit sauvé. La semence incorruptible, Christ, devenue esprit de vie, a pénétré l’esprit de l’Homme racheté et est devenue vie en lui :

 » puisque vous avez été régénérés, non par une semence corruptible, mais par une semence incorruptible, par la parole vivante et permanente de Dieu.‭ ‭‭Car Toute chair est comme l’herbe, Et toute sa gloire comme la fleur de l’herbe. L’herbe sèche, et la fleur tombe ;‭ Mais la parole du Seigneur demeure éternellement. Et cette parole est celle qui vous a été annoncée par l’Évangile.‭  » (1 Pierre 1 v 23)

Ce que nous sommes n’a pas encore été révélé (1 Jean 3 v 2), quand Christ paraîtra, ce qui est corruptible sera englouti par l’incorruptible (1 Corinthiens 15 v 53 ; 2 Corinthiens 5 v 1 ‭-10 ; Romains 8 v 20-25 ). C’est pourquoi nous marchons en espérance (Romains 8 v 24).

La condamnation, le jugement, la colère de Dieu vient sur Edom, les héritiers de ceux qui vivent dans l’absence de la promesse. La seule façon d’échapper à l’ardente colère du juste jugement de Dieu est d’être trouvé dans le seul lieu où le jugement n’a plus aucun effet car la condamnation a disparu :

 » Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Jésus–Christ.‭ « 

Soutenez bible.audio
Pourquoi soutenir le Journal Chrétien?

 
Soutenir le Journal Chrétien, c’est faire naître et aider au développement d’un média affranchi de toute influence financière, industrielle ou politique. C’est un acte citoyen et chrétien.

Je fais un don pour le Journal Chrétien

Les commentaires sont fermés.

Inscription à la Newsletter

Soutenez l'indépendance de la presse chrétienne

 
Soutenir le Journal Chrétien, c’est faire naître et aider au développement d’un média affranchi de toute influence financière, industrielle ou politique. C’est un acte citoyen et chrétien.

Je fais un don pour le Journal Chrétien