Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Pourquoi soutenir le Journal Chrétien?
Soutenez le Journal Chrétien Bible.audio

Journal Chrétien

L'actualité en continu

La croix et le pardon

Faire un don au Journal Chrétien

Si vous pardonnez aux hommes leurs offenses, votre Père céleste vous pardonnera aussi ; mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père ne vous pardonnera pas non plus vos offenses.(Matthieu 6:14-15)

Nous sommes d’accord avec le fait que Dieu nous pardonne, mais nous ne parvenons pas toujours à pardonner aux autres. Nous pouvons pardonner certaines choses, mais pas tout, et c’est un problème ! C’est même un très gros problème, car Jésus dit que si nous ne pardonnons pas aux hommes, notre Père ne nous pardonnera pas non plus.

L’exemple de Jésus et des apôtres

Parler du pardon, c’est parler du message de la croix. Prenons exemple sur Jésus Lui-même, qui a tout accepté et pardonné tout le mal qu’on Lui a fait !

Jésus a constamment pardonné à ses adversaires, Il n’a jamais endurci son cœur, alors même que Lui, le Fils de Dieu, était accusé injustement, frappé, mis à mort. Il est allé à la croix avec un cœur pur, Il n’a point ouvert la bouche.” (Ésaïe 53:7). C’est pour cela que sa victoire a été totale.

Sur la croix, abattu par la souffrance et humilié par les injures, il a fait cette prière à son Père : Père, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font.(Luc 23:34). Il a vécu jusqu’au bout ce qu’Il avait enseigné !

Étienne a eu la même attitude quand les religieux l’ont lapidé parce qu’il avait prêché l’Évangile. Il avait un cœur rempli de grâce et, comme Jésus, il a exprimé le même pardon envers ses persécuteurs en disant : Seigneur, ne leur impute pas ce péché.” (Actes 7:60). Étienne était un homme de l’Esprit. Il savait ce que signifiait prendre sa croix et suivre Jésus. Il n’avait pas à se reprocher d’avoir prêché l’Évangile et il a préféré s’identifier au Seigneur plutôt que de se défendre et de garder de l’amertume envers ses persécuteurs. Il a pardonné aux pharisiens de tout son cœur. Il a prié, le cœur brisé, de manière sincère.

L’apôtre Paul a lui aussi fait face à de nombreux ennemis pendant l’exercice de son ministère, à des prédicateurs qui s’opposaient à lui et à sa doctrine. Même les Corinthiens s’étaient éloignés de lui à cause de fausses accusations proférées par d’autres. Malgré cela, il n’en voulait ni à ces prédicateurs ni aux Corinthiens. Il leur a pardonné sans garder d’amertume dans son cœur. Il savait ce que c’était que de prendre sa croix.

Le pardon sous la Nouvelle Alliance

Dans le sermon sur la montagne, Jésus a enseigné à la foule qu’il y avait une autre vie à sa portée. Il a comparé cette nouvelle vie à celle de la vie sous l’Ancienne Alliance.

Vous avez appris qu’il a été dit : œil pour œil, et dent pour dent. Mais moi, je vous dis de ne pas résister au méchant. Si quelqu’un te frappe sur la joue droite, présente-lui aussi l’autre. Si quelqu’un veut plaider contre toi, et prendre ta tunique, laisse-lui encore ton manteau.” (Matthieu 5:38-40).

Vous avez appris qu’il a été dit : Tu aimeras ton prochain, et tu haïras ton ennemi. Mais moi, je vous dis : aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent, afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux ; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes. Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous ? Les publicains n’agissent ils pas de même ? Et si vous saluez seulement vos frères, que faites vous d’extraordinaire ? Les païens n’agissent-ils pas de même ? Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait.(Matthieu 5: 43-48).

Pardonner à nos ennemis et nos persécuteurs : ce qui n’était pas possible sous l’Ancienne Alliance est désormais possible sous la nouvelle. Jésus nous en a donné l’exemple sur la croix.

Pardonner chaque jour

Le pardon est une expérience de tous les jours, qui nous coûte, nous brise et nous demande de nous humilier. Mais il arrive un moment où nous ne devons avoir à régler que les choses quotidiennes et non plus celles du passé. Une fois les choses du passé pardonnées, je peux maintenant expérimenter le pardon chaque jour. Cela doit être l’expérience de tous les chrétiens : ne pas avoir à retourner en arrière, ni d’une semaine, ni même d’un jour, car le pardon est quotidien. C’est aujourd’hui que je pardonne ! Et c’est un brisement !

Souvent, nous ne réalisons pas que nous devons accepter de pardonner à notre femme, notre mari, nos enfants, nos parents, nos collègues de travail, nos frères et sœurs avec lesquels nous œuvrons, nos employeurs, nos employés, ceux qui nous rejettent et peut-être nous persécutent… à une personne qui nous fait du tort, nous parle mal, nous blesse, nous accuse de quelque chose que nous n’avons pas fait, nous regarde de travers ou même simplement ne nous adresse pas la parole comme nous l’aurions voulu. Cela nous arrive à tous, n’est-ce pas ? Votre mari vous tombe dessus pour un rien, votre femme fait la tête… il y a toutes sortes de circonstances dans notre vie quotidienne ! Malheureusement, il arrive que nous nous couchions le soir avec un cœur qui n’est pas clair et un poids en plus…

Il est essentiel de vivre le pardon chaque jour, en permanence, afin de garder un cœur pur. C’est triste de croire que nous sommes clairs vis-à-vis du Seigneur, alors que nous n’avons pas pardonné ! Je rappelle que Jésus a dit que si nous ne pardonnons pas aux hommes, notre Père ne nous pardonnera pas non plus.

Nous ne pouvons pas continuer à vivre ainsi. Nous devons renoncer au droit de nous défendre, au droit de nous justifier, et nous devons pardonner.

Les conséquences du non-pardon

Le ressentiment est comme un boulet que l’on traîne, un lourd handicap dans notre service pour Dieu. Quand nous ne pardonnons pas à quelqu’un, peu importe qu’il s’agisse d’une chose mineure ou d’une chose grave, nous finissons par endurcir notre cœur. Or Dieu désire que nous ayons un cœur qu’Il puisse travailler et former. Il ne peut rien faire avec un cœur dur. Le fait d’en vouloir à quelqu’un peut nous conduire à reculer dans notre marche spirituelle.

Le non-pardon est un mal qui nous ronge et nous prive de beaucoup de bénédictions de la part du Seigneur. Si nous regardons bien, celui qui offense et qui se repent se porte mieux que celui qui n’arrive pas à s’humilier et à pardonner. Celui qui ne pardonne pas reste lié à celui qui l’a offensé, et il continue à lui en vouloir pour son offense. Finalement, celui qui ne pardonne pas marche dans la défaite et celui qui a causé l’offense et qui s’est repenti marche, lui, dans la victoire, et il est libre. Le non-pardon est un refus de prendre sa croix, de s’humilier ; cela revient à se laisser diriger par son orgueil, par sa chair, que le Seigneur désire pourtant briser.

De nombreux chrétiens vivent souvent avec un fardeau, un “coffre” rempli de personnes auxquelles ils n’ont pas pardonné et qui ne les quittent plus. “Parce qu’il m’a dit ceci, parce qu’il m’a fait cela, je lui en veux.” Mais nous ne sommes pas appelés à “transporter” des gens dans notre vie ! Pourtant, nous nous rappelons de tout ce qu’ils ont dit, de tout ce qu’ils ont fait ! Et nous allons même plus loin, nous partageons nos problèmes, nos expériences, nos blessures avec d’autres, souvent sans réaliser que nous sommes en train de semer de mauvaises choses dans leurs cœurs. Quand nous ne pardonnons pas, nous essayons toujours de nous justifier en critiquant ceux qui nous ont offensés. Et au lieu de construire, nous détruisons. Est-ce ainsi que nous voulons vivre tous les jours de notre vie ?

Dans sa vie quotidienne, chaque chrétien a le choix entre pardonner ou endurcir son cœur. Souvent, un frère dit des paroles blessantes à un autre, ce dernier endurcit son cœur et attend que le premier se repente avant de lui pardonner en retour. Mais le pardon ne dépend pas de l’action de celui qui a commis l’offense. Que le frère se repente ou non de son attitude, l’autre est appelé à “relâcher” et à pardonner – afin de garder son cœur pur et de rester en paix. Encore une fois, ce n’est pas toujours facile, mais c’est une décision à prendre, pour ne pas permettre à quoi que ce soit de troubler notre communion avec le Seigneur, et de finalement nous faire perdre des bénédictions.

Pardonner à tous

Qu’a dit Jésus sur la croix ? Père, pardonne-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font.

Souvent, nous ne réalisons pas que l’ennemi peut se servir des non-chrétiens pour parvenir à ses fins. Au lieu de regarder à ce que l’ennemi veut faire, nous regardons à la personne qui nous fait du tort. Nous pensons à la façon dont elle nous traite, à son attitude. Mais que pouvons-nous attendre de quelqu’un qui ne connaît pas le Seigneur ? Il est parfois l’instrument de l’ennemi. Quand les gens sont contre nous et disent des choses fausses à notre sujet, quelle devrait être notre réaction ? Pardonner ! C’est cela notre appel. Je vous le dis, frères et sœurs : nous n’avons pas le choix. Ce n’est pas optionnel ! Ce n’est pas une loi, mais c’est une réponse à l’appel du Saint-Esprit, pour permettre à Dieu de continuer à nous briser et nous former.

Pardonner pour être libre

Supportez-vous les uns les autres, et, si l’un a sujet de se plaindre de l’autre, pardonnez-vous réciproquement. De même que Christ vous a pardonné, pardonnez-vous aussi.(Colossiens 3:13).

Dieu nous fait grâce. Il nous donne sa force pour marcher avec Lui, prendre notre croix et pardonner. Nous devons Lui permettre de briser notre orgueil, afin de pouvoir vivre libres, sans en vouloir à personne. Voilà la grâce, le cadeau que nous avons, nous, le peuple de Dieu ! Nous pouvons pardonner tous les jours. Aujourd’hui, demain, dans une semaine, nous serons appelés à pardonner et à “relâcher”.

Il nous faut apprendre à pardonner rapidement, pour ne permettre à aucune rancune ou amertume de prendre racine dans notre cœur et être libres envers tous. Il nous suffit de nous humilier ! Cela fait partie de la croix que Jésus nous demande de prendre, tous les jours.

Pardonner sans limites

A une question de Pierre, Jésus a répondu qu’il fallait pardonner soixante-dix fois sept fois. En d’autres mots, il nous faut toujours pardonner, même si l’offense est répétée (Matthieu 18:21-22). Il est sûr que, dans ce cas, nous avons plutôt tendance à nous endurcir vis-à-vis de la personne qui nous a offensés. Qui aime être humilié ou agressé ? Pourtant, c’est ce que le Seigneur nous demande. Et quand il nous est difficile de pardonner à l’instant, le Saint-Esprit sait nous convaincre que c’est ce que nous devons faire, si nous voulons plaire au Seigneur.

Il y a quelque temps, à la suite d’un appel dans l’église, une sœur s’avança. Ma femme s’approcha d’elle, mais elle réalisa alors que cette personne avait du non-pardon dans son cœur. Celle-ci reconnut qu’elle en voulait à son mari depuis le début de leur mariage, qui remontait à une quarantaine d’années, et qu’elle n’arrivait pas à lui pardonner. Ma femme lui dit clairement qu’il était inutile qu’elle prie pour elle, tant qu’elle ne serait pas disposée à pardonner à son mari. Comme celle-ci affirmait qu’elle n’était pas prête à le faire, ma femme alla prier pour d’autres, jusqu’à ce que celle-ci lui indique qu’elle était maintenant décidée à faire ce pas. Quelques mois plus tard, son mari décéda. Quelle grâce pour elle d’avoir pu tourner la page et de lui avoir pardonné à temps, et quel soulagement ! Quant à son mari, heureusement, il avait pu ressentir le pardon de sa femme et vu leur relation restaurée avant sa mort.

C’est incroyable de voir à quel point les chrétiens peuvent rester liés avec des personnes qui leur ont fait du tort ou les ont offensés, parfois pendant des années, sans comprendre que garder du ressentiment ne fait qu’endurcir leur cœur et les empêche de grandir.

Quand nous regardons à notre propre vie, nous réalisons que notre Père céleste nous pardonne souvent pour la même faute, la même mauvaise attitude, le même péché, la même colère, la même critique, le même jugement. Comment trouver normal qu’Il continue à nous pardonner et, de notre côté, refuser de pardonner à quelqu’un pour sa faute ou son offense !

Le pardon, source de guérison

Le pardon est un aspect de la vie chrétienne qui règle beaucoup de problèmes, notamment à un niveau personnel. Non seulement le pardon nous guérit et nous restaure, mais c’est aussi un moment où Dieu nous brise et nous forme à l’image de Jésus.

Dans toutes les situations de conflit, je dois me poser une question. Qu’est-ce que Dieu veut faire dans mon cœur à cette occasion? Est-ce que je vais tourner mon regard vers moi-même plutôt que vers la personne qui m’a causé du tort ? Si nous sommes prêts à prendre notre croix, le Saint-Esprit nous poussera à nous humilier, à pardonner et à “relâcher” celui qui nous a offensés. C’est le test de notre vie chrétienne, si nous voulons marcher avec un cœur pur et plaire à Dieu.

La croix est le seul moyen d’avoir la victoire et de garder notre joie et notre paix. Rien ne peut remplacer cela dans notre vie. C’est le fondement même de la vie chrétienne.

Source : Extrait du livre de Miki Hardy – Le défi de la croix – page 29 à 35 – Chapitre VI « La croix et le pardon »

Je fais un don
Pourquoi soutenir le Journal Chrétien?

 
Soutenir le Journal Chrétien, c’est faire naître et aider au développement d’un média affranchi de toute influence financière, industrielle ou politique. C’est un acte citoyen et chrétien.

Je fais un don pour le Journal Chrétien

Les commentaires sont fermés.

Inscription à la Newsletter

Donnez les moyens au Journal Chrétien. Changez le monde!

Soutenir le Journal Chrétien, c’est faire naître et aider au développement d’un média affranchi de toute influence financière, industrielle ou politique. C’est un acte citoyen et chrétien!

Je fais un don pour le Journal Chrétien