Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Le Journal Chrétien

L'actualité en continu

A l’Église qui est dans ta maison …

Dans ces moments où il nous est impossible de nous rassembler dans nos lieux de cultes habituels, nous nous retrouvons à vivre l’Église dans nos maisons. Ceci n’est pas nouveau, à l’époque de l’Église primitive, les premiers chrétiens le vivaient :

Philémon 1 v 2 : « à la sœur Apphia, à Archippe, notre compagnon de combat, et à l’Église qui est dans ta maison« .

Colossiens 4 v 15 : « Saluez les frères qui sont à Laodicée, et Nymphas, et l’Église qui est dans sa maison. »

1 Corinthiens 16 v 19 : « Les Églises d’Asie vous saluent. Aquilas et Priscille, avec l’Église qui est dans leur maison, vous saluent beaucoup dans le Seigneur.  »

Romains 16 v 5  : « Saluez aussi l’Église qui est dans leur maison. (…) »

Ce que nous vivons actuellement nous reconnecte avec la simplicité de la communion fraternelle que les premiers chrétiens vivaient et nous rappelle ce qu’est réellement l’Église. Afin de faire de la place dans nos cœurs, et nous permettre d’écouter ce que nous dit la bible, il nous faut nous débarrasser de ces vieilles conceptions séculaires et nous rappeler d’abord ce que n’est pas l’Église :

L’Église n’est ni une cathédrale, ni une basilique, ni un temple, donc pas un bâtiment.

L’Église n’est ni un mouvement, ni une dénomination, ni une institution, donc pas une religion.

L’Église n’est ni un club, ni un amas de personnes juxtaposées les unes à côté des autres qui auraient une adhésion commune, donc pas une catégorie socio-culturelle.

L’Église n’est ni le reflet d’un courant de pensée, ni une utopie, ni une mode, donc pas une tendance.

L’Église n’est pas anthropocentrique, c’est à dire que l’Homme n’est pas son centre, donc qu’elle ne dépend ni d’un homme supra-médiatisé ni d’un groupe d’hommes hiérarchiquement supérieurs.

Mais si l’Église n’est pas tout cela, qu’est-elle donc ?

L’Église est un corps. Ce corps a plusieurs membres. À la tête du corps se trouve Christ. Christ est son centre, son fondement, son tout, sa source, sa vie. Ses membres sont celles et ceux qui ayant rencontré le Seigneur Jésus-Christ en esprit, sont nés de Dieu. Étant nés de Dieu, ils reçoivent l’esprit du Fils qui en eux crie : « Père ! » L’Esprit de Dieu habite corporellement l’esprit de l’Homme qui est né de Lui. Son Esprit vit alors en moi, je suis né de Lui, je demeure en Lui, Il demeure en moi, je suis le prolongement de sa personne sur cette terre, je suis l’Église. Son Esprit mélangé à mon esprit, nous sommes un, comme Jésus et le Père sont un. La lampe de l’Éternel illumine alors la conscience de l’Homme qui, éclairé, marche sur ce chemin étroit et resserré que son maître a emprunté avant lui pour apprendre l’obéissance par la souffrance. C’est dépouillé de la vaine manière de vivre qu’il choisit de considérer comme de la boue ce qui auparavant avait de l’importance à ses yeux. Il livre alors son corps comme une offrande et consacre sa vie à accomplir la volonté du Père. Il est réellement le temple du Saint-Esprit, un vase de terre qui n’a rien pour attirer les regards mais élu de Dieu et mis à part pour célébrer la Gloire du Très Haut. Cette Église ne connait pas le mélange, elle se met à part car elle est appelée hors du monde. Ayant en elle une soif inexpliquée de sainteté, elle recherche les choses d’en haut. Abreuvée de la source d’eau qui est la parole qui vient de Dieu, elle est complètement sanctifiée, elle est radieuse de joie car elle a été revêtue d’un vêtement que seuls les rachetés peuvent revêtir. Son vêtement est étincelant du prix du sang qui a coulé à la croix de Golgotha. Elle marche dans l’obéissance, intérieurement inondée de la foi gardée dans une conscience pure et par sa louange et son adoration en Esprit, elle déborde d’huile qui lui permet de garder sa lampe allumée dans l’attente fidèle et patiente du jour où l’époux apparaitra.

Si d’aventure nous ne nous retrouvons pas totalement dans cette description, c’est que comme beaucoup nous sommes en chemin. C’est Jésus qui bâtit son Église, et si nous nous laissons faire, nous serons transformés en la même image, celle du Fils, de gloire en gloire par le Seigneur l’Esprit. Le sujet n’est pas de faire le constat de ce que nous ne sommes pas, mais de ce que nous sommes réellement en Lui, tel que le Père nous voit quand nous demeurons en son Fils. La question n’est pas de savoir si nous sommes tombés sur le chemin, car cela, le Père le sait déjà. Mais c’est de savoir ce que nous décidons de faire car le plus important est de se relever et de continuer sur ce chemin qui mène jusqu’à Lui, qui est la vie éternelle.

Aussi, une chose est de notre ressort : Travailler à notre Salut (Phil 2 v 12), persévérer jusqu’à la fin (Mat 24 v 13) et « (…) oubliant ce qui est en arrière et me portant vers ce qui est en avant, je cours vers le but, pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus–Christ. » (Phil 3 v 14)

L’Église est dans nos maisons. C’est nous, les membres de son corps.

 

 

 

Les commentaires sont fermés.

Soutenez la création d’un service d’étude biblique en ligne

Le Journal Chrétien a lancé un projet d’étude biblique en ligne (bible.chretiens.info) comprenant des versions de la Bible, des dictionnaires et concordances bibliques, la Bible avec Strong grec et hébreux, et plein d’autres surprises.

Pour plus d'information, cliquez ici.

Inscription à la Newsletter