Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Journal Chrétien

L'actualité en continu

Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance. Galates 5:22

Le fruit de l’Esprit est l’attitude sainte qui caractérise tous ceux qui appartiennent à Dieu par la foi en Christ et possèdent l’Esprit de Dieu.

L’Esprit produit un fruit qui consiste en neuf caractéristiques ou attitudes inextricablement liées entre elles et que les croyants ont l’ordre de pratiquer dans tout le Nouveau Testament.

Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance. Galates 5:22/ Crédit photo: Missionnaire VINCE

L’amour.

Parmi les divers termes que le grec possède, il s’agit ici de l’agapê, l’amour du choix, qui ne désigne pas une simple affection émotionnelle, une attirance physique ni un lien familial, mais un respect, un attachement et une affection propres à conduire au service volontaire, au sacrifice de soi (Jean 15:13 ; Romains 5:8 ; 1 Jean 3:16-17).

La joie.

Un bonheur fondé sur les promesses divines inaltérables et les réalités spirituelles éternelles. C’est le sentiment de bien-être expérimenté par celui qui sait que tout va bien entre lui et le Seigneur (1 Pierre 1:8). Cette joie n’est pas le résultat de circonstances favorables, et elle est ressentie même dans les circonstances les plus difficiles et les plus pénibles (Jean 16:20-22). Elle est un don de Dieu, de sorte que les croyants ne sont pas censés essayer de la créer eux-mêmes mais se réjouir de la bénédiction qu’ils possèdent déjà (Romains 14:17 ; Philippiens 4:4).

La paix.

Le calme intérieur né de la confiance qu’on place dans la relation salvatrice que l’on a avec Christ. Comme la joie, la paix n’est pas liée aux circonstances (Jean 14:27 ; Romains 8:28 ; Philippiens 4:6-7; 4:9).

La patience.

Renvoie à la capacité d’endurer les blessures infligées par les autres et aux dispositions à accepter les situations irritantes ou douloureuses (Éphésiens 4:2 ; Colossiens 3:12 ; 1 Timothée 1:15-16).

La bonté.

Excellence morale et spirituelle, manifestée par une gentillesse active (Romains 5.7). Les croyants ont l’ordre d’être des modèles de bonté (Galates 6.10 ; 2 Thessaloniciens 1.11).

La bienveillance.

Intérêt tendre pour les autres, manifesté dans le désir de traiter autrui avec douceur, de la même manière que le Seigneur traite tous les croyants (Matthieu 11:28-29 ; Matthieu 19:13-14 ; 2 Timothée 2:24).

La foi.

Ou la fidélité, la loyauté (Lamentations 3:22 ; Philippiens 2:7-9 ; 1 Thessaloniciens 5:24 ; Apocalypse 2:10).

La douceur.

C’est une attitude d’humilité et de gentillesse, de patiente soumission face aux offenses, sans désir de vengeance. Le mot est employé dans le Nouveau Testament pour décrire trois attitudes : la soumission à la volonté de Dieu (Colossiens 3:12), la capacité de se laisser enseigner (Jacques 1:21) et la considération pour autrui (Éphésiens 4:2).

La maîtrise de soi.

C’est-à-dire la capacité de réfréner les passions et les appétits charnels (1 Corinthiens 9:25 ; 2 Pierre 1:5-6).

Je fais un don
Lire, écouter et étudier la Bible
TAGS:

Les commentaires sont fermés.

Inscription à la Newsletter