Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Soutenez le Journal Chrétien Bible.audio

Journal Chrétien

L'actualité en continu

M’aimes-tu plus que ne m’aiment ceux-ci ? Jean 21,15

« Après qu’ils eurent mangé, Jésus dit à Simon Pierre : Simon, fils de Jonas, m’aimes-tu plus que ne m’aiment ceux-ci ? Il lui répondit : Oui, Seigneur, tu sais que je t’aime. Jésus lui dit : Pais mes agneaux. » Jean 21,15 Commentaires de la Bible Annotée interlinéaire.

Simon Pierre venait de traverser une crise morale d’où il doit sortir complètement guéri.

Il est vrai que sa repentance profonde avait commencé son relèvement (Matthieu 26.75 ; Marc 14.72 ; Luc 22.62, note). Mais ses rapports avec le Sauveur, profondément troublés par son reniement, devaient être rétablis totalement.

Tel est le but de Jésus, dans cet entretien. Il fait subir à son disciple un examen de conscience et de cœur que celui-ci n’oubliera jamais. Jésus ne l’interroge pas sur sa foi, qui n’avait pas défailli, grâce à l’intercession du Sauveur (Luc 22.32) ; mais sur son amour, qui était devenu suspect par son infidélité.

Or, l’amour du Sauveur est l’âme de la vie chrétienne et de tout apostolat véritable. Ce n’est donc pas sans intention que Jésus ne désigne pas son disciple par le nouveau nom qu’il lui avait donné, celui de Pierre, ou de Céphas, Roc (Jean 1.43 ; Matthieu 16.18) ; mais par son ancien nom : Simon, fils de Jona (B, C, D, Itala portent : Jean), trois fois prononcé, et qui rappelait à son disciple son état d’homme naturel et de pécheur.

Quelques exégètes ont prétendu que cette appellation répétée n’avait d’autre but que de donner plus de solennité à l’entretien ; mais l’opinion que nous venons d’exprimer est également soutenue par des interprètes tels que R. Stier, Hengstenberg, MM. Luthardt et Godet.

Toutefois, si la question de Jésus pouvait être humiliante pour son disciple, elle prouve que Jésus n’avait point cessé de l’aimer ; c’est l’amour qui recherche l’amour. Et c’était là, en même temps, la manière la plus délicate d’assurer Pierre qu’il lui pardonnait son coupable reniement.

Il y a, dans la question de Jésus, un mot qu’il faut bien remarquer : M’aimes-tu, plus que ne font ceux-ci ? c’est-à-dire plus que tes condisciples présents à cet entretien.

C’était là une allusion évidente et humiliante pour Pierre, à sa parole présomptueuse (Jean 13.37 ; Marc 14.29).

Puisqu’il s’y était ainsi engagé, Pierre devait l’aimer plus que tous les autres.

Pierre, sûr de sa sincérité, affirme résolument son amour pour son Maître. Mais on remarque, dans sa réponse, trois restrictions importantes.

D’abord, instruit par sa triste expérience, se défiant de lui-même, il en appelle à Celui qui seul connaît son cœur et peut juger de son amour : Tu sais que je t’aime.

Puis, tandis que Jésus en lui disant : M’aimes-tu ? Se sert d’un verbe qui désigne l’amour profond et religieux de l’âme, Pierre emploie un terme qui signifie l’affection du cœur, sentiment purement humain, n’osant pas affirmer plus que cela.

Enfin, il se garde bien de se comparer avantageusement à d’autres, et il ne relève pas ces mots : plus que ceux-ci. Sa chute et sa repentance ont produit l’humilité.

Grec : Mes petits agneaux.

Il y a dans l’original un gracieux diminutif qui trahit une grande tendresse, un cœur ému en faveur de ceux que Jésus désigne ainsi. Et par là, il recommande avant tout aux soins de son disciple les petits et les faibles, ceux qui, comme lui, étaient exposés à tomber.

Par ces paroles et par celles qui vont suivre, il est évident que Jésus réintégrait son disciple dans ses rapports avec lui et dans son apostolat.

Quelques exégètes (M. Weiss, entre autres) n’admettent pas qu’il s’agisse de la réintégration de Pierre dans l’apostolat, attendu qu’il avait déjà été réhabilité avec tous ses condisciples par la parole de Jésus (Jean 20.21), et que l’apostolat n’est jamais comparé à l’office d’un berger.

Le but de Jésus serait donc de replacer Pierre dans sa position de chef de la communauté chrétienne (Matthieu 16.18). Mais cette dernière pensée ne ressort point de notre récit, et il nous paraît évident que Pierre, profondément déchu par son reniement devait être personnellement relevé devant tous et à ses propres yeux, et rétabli d’une manière particulière dans sa dignité d’apôtre de Jésus-Christ.

Extrait des commentaires de la Bible Annotée interlinéaire – Les commentaire de la Bible Annotée chapitre par chapitre.

N’hésitez pas à télécharger l’application gratuite Bible.audio dans votre téléphone

Pourquoi soutenir le Journal Chrétien?

 
Soutenir le Journal Chrétien, c’est faire naître et aider au développement d’un média affranchi de toute influence financière, industrielle ou politique. C’est un acte citoyen et chrétien.

Je fais un don pour le Journal Chrétien

TAGS:

Les commentaires sont fermés.

Inscription à la Newsletter