Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Soutenez le Journal Chrétien Bible.audio

Journal Chrétien

L'actualité en continu

Immunisé contre la peur: La foi d’Abraham

La Bible mentionne Abraham à 309 reprises, mais à cause de sa foi, son nom est inscrit dans l’histoire du Moyen Orient et dans l’histoire mondiale jusqu’à nos jours. Le livre de la Genèse nous apprend beaucoup sur Abraham.

« Après ces évènements, la parole de l’Éternel fut adressée à Abram dans une vision, et il dit : ‘Abram, ne crains point ; je suis ton bouclier, et ta récompense sera très grande’. Abram répondit : ‘Seigneur Éternel, que me donneras-tu ? Je m’en vais sans enfants ; et l’héritier de ma maison, c’est Éliézer de Damas’. Et Abram dit : ‘Voici, tu ne m’as pas donné de postérité, et celui qui est né dans ma maison sera mon héritier’. Alors la parole de l’Éternel lui fut adressée ainsi : ‘Ce n’est pas lui qui sera ton héritier, mais c’est celui qui sortira de tes entrailles qui sera ton héritier’. Et après l’avoir conduit dehors, il dit : ‘Regarde vers le ciel, et compte les étoiles, si tu peux les compter’. Et il lui dit : ‘Telle sera ta postérité’. Abram eut confiance en l’Éternel, qui le lui imputa à justice » (Genèse 15:1-6).

Abraham fut la première personne à être reconnue pour « l’obéissance de la foi », car sa vie s’alignait constamment sur sa foi en Dieu. « Abraham crut Dieu, et cela lui fut imputé à justice » (Romains 4:3). Les peurs sont volatiles, mais ce qui vient de la foi dure éternellement !

Rappelez-vous ceci : les peurs meurent avec les craintifs, mais ceux qui sont pleins de foi, changent pour toujours le monde !

Abraham a changé le monde ! En fait, il est responsable d’avoir enclenché le processus de civilisation quinze cents ans avant les Grecs et les Romains. Les Pharaons d’Égypte existèrent mille ans avant Abraham et continuèrent de régner deux mille ans après sa mort, mais ils n’affectèrent pas le monde autant qu’Abraham. Les Pharaons ne laissèrent pas d’héritage moral, mais seulement quelques monuments colossaux à leur propre gloire, dispersés dans le désert. Abraham ne laissa pas de trace physique derrière lui mais notre vie à tous, croyants ou pas – est différente grâce à lui.

Abraham n’était pas profondément religieux. Il n’était même pas religieux au sens moderne du terme. Il ne possédait ni credo, ni cantique, ni Bible, ni image, ni théologie. Il n’en savait certainement pas beaucoup au sujet de Dieu, mais il connaissait Dieu ; il Le connaissait très bien et d’une manière personnelle. Lorsqu’il s’agit de la foi, une relation personnelle avec le Seigneur est tout ce qui compte ! Abraham marchait avec Dieu et était un ami de Dieu. Pour ce patriarche, Dieu ne représentait pas l’obligation d’aller à l’église le dimanche matin. Il n’avait pas d’église où se rendre. Abraham ne croyait pas en Dieu pour préserver une sorte de tradition. Il n’y avait pas de tradition. Dieu était sa manière de vivre car Dieu était réel pour lui !

Dieu se révéla à Abraham et lui donna une instruction simple : quitter Ur, en Chaldée. Dieu ne dit pas Abraham où aller ; néanmoins, Abraham se mit en route. C’est ainsi que commença sa vie inoubliable de foi. Hébreux 11:8-10 la décrit ainsi :

« C’est par la foi qu’Abraham, lors de sa vocation, obéit et partit pour un lieu qu’il devait recevoir en héritage, et qu’il partit sans savoir où il allait. C’est par la foi qu’il vint s’établir dans la terre promise comme dans une terre étrangère, habitant sous des tentes, ainsi qu’Isaac et Jacob, les cohéritiers de la même promesse. Car il attendait la cité qui a de solides fondements, celle dont Dieu est l’architecte et le constructeur ».

Dieu avait donné la promesse à Abraham qu’il serait le premier d’une grande nation dont le Dieu est le Seigneur. Dieu dit : « Je ferai de toi une grande nation, et je te bénirai ; je rendrai ton nom grand, et tu seras une source de bénédiction. Je bénirai ceux qui te béniront, et je maudirai ceux qui te maudiront ; et toutes les familles de la terre seront bénies en toi » (Genèse 12:2-3). Il est important de noter que lorsqu’Isaac, la première semence de cette promesse, arriva enfin, le Seigneur dit à Abraham de le sacrifier sur l’autel ! D’avoir été disposé (à tort ou à raison) à sacrifier Isaac montra une confiance étonnante dans le Seigneur ! Comme nous le lisons dans l’épitre aux Hébreux, Abraham crut que Dieu pouvait ressusciter Isaac d’entre les morts s’il le fallait. Mais, la voix de Dieu, au moment le plus dramatique, empêcha la main d’Abraham de tuer son fils. Abraham avait réussi l’épreuve ultime de sa foi ! Il démontra une foi incroyable, parce qu’il eut pleinement confiance dans le Seigneur et s’attendait à ce qu’Isaac soit le père des générations et des nations, simplement parce que le Seigneur l’avait dit.

Abraham ne doutait pas du Seigneur. Par conséquent, le Seigneur ne doutait pas d’Abraham ! En effet, Dieu était si content de lui, qu’il prit le nom d’Abraham comme faisant partie de son propre nom ! Il s’appela Lui-même dès lors : « Le Dieu d’Abraham ». Le Tout-Puissant s’identifia à un homme. Cela signifie que la réputation de Dieu reposait sur Abraham. Ce à quoi Dieu ressemblait – un Dieu nouveau pour le monde dans son ensemble – allait être défini par le comportement d’Abraham. Dieu risqua Sa réputation en associant son nom à celui d’Abraham.

Abraham crut le Seigneur et le Seigneur crut en Abraham ! Quelque chose de semblable se reflète dans ce que Jésus a dit dans Matthieu 10:32 : « Quiconque me confessera devant les hommes, je le confesserai aussi devant mon Père qui est dans les cieux ». C’est la vérité la plus profonde sur la foi. Son but, en premier lieu, n’est pas d’obtenir quelque chose, de faire des choses ou d’être quelque chose. Elle nous lie à Dieu. La foi est une communion, et elle demeure la condition de notre relation avec Dieu. Il place la foi dans nos cœurs, puis Il met Sa foi en nous pour que nous fassions Sa volonté.

Jean 2:23-24 dit : « Plusieurs crurent en son nom … mais Jésus ne se fiait point à eux, parce qu’il les connaissait tous ». Le mot ‘croire’ et celui qui est traduit par ‘se fier à’ est le même. Leur foi n’était pas correcte, et Jésus le savait. Mais lorsque notre foi est sincère, alors Jésus se fie vraiment à nous. Imaginez-vous cela ? Christ place Sa confiance en nous ! Tous les aspects de la relation avec Dieu et des promesses de Dieu en termes de collaboration, d’association avec nous, deviennent possibles une fois que cette confiance mutuelle est établie. Dieu a transmis qui Il était à Abraham par sa foi, et Il fera de même pour nous si seulement nous croyons !

Source: (La foi : Le lien direct avec la puissance de Dieu, chapitres 11 et 12 – La foi d’Abraham).

Je fais un don
Pourquoi soutenir le Journal Chrétien?

 
Soutenir le Journal Chrétien, c’est faire naître et aider au développement d’un média affranchi de toute influence financière, industrielle ou politique. C’est un acte citoyen et chrétien.

Je fais un don pour le Journal Chrétien

Les commentaires sont fermés.

Inscription à la Newsletter