Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Le Journal Chrétien

L'actualité en continu

Réflexion : la pauvreté s’aggrave et s’étend sur la planète – Pas une fatalité mais une réalité à combattre.

Si la pauvreté extrême a largement reculé dans le monde pendant ces 30 dernières années , cependant, depuis la récession en partie due au COVID-19, tous les indicateurs montrent des répercussions alarmantes. Si les populations les plus pauvres du globe sont les plus exposées, force est de constater que la misère déploie ses tentacules sur toute la surface du globe.

Quelle est la définition de la pauvreté?
la pauvreté est « l’état, la condition d’une personne qui manque de ressources, de moyens matériels pour mener une vie décente »(Trésor de la langue française).

Faisons un bref rappel des différents indicateurs de ce fléau planétaire.

En 2011, la banque mondiale a défini le seuil de pauvreté internationale à 1,90 US dollars par jour, destinés à satisfaire les besoins essentiels de l’homme-alimentation,habillement, logement.
Le seuil de pauvreté est différent selon les continents et pays.
Les seuils des pays « plus riches » sont plus élevés ( ex France 1000 € par mois soit 33 € par jour).

Il existe plusieurs niveaux de pauvreté.
D’après un expert de l’ONU, « la pauvreté n’est pas seulement une question de revenus trop faibles mais aussi une question d’exclusion du pouvoir, de maltraitance institutionnelle et sociale et de discrimination « 

En 2020 selon l’ONU, la faim dans le monde s’aggrave.
Environ 780 millions de personnes soit 11% de la population mondiale vit aujourd’hui en dessous du seuil de pauvreté de 1,90 us dollars par jour.
3,4 milliards vivent avec moins de 5,5 US dollars par jour.
1,9 milliards vivent avec moins de 3,2 US dollars par jour.

Selon l’ONU du 13/7/20 « la récession risque de pousser vers la faim entre 83 et 132 millions de personnes supplémentaires ».
Par manque de soins élémentaires , les gens de nombreux pays ont davantage « de chance » de mourir de faim que du coronavirus.

Pourtant entre 1990 et 2015, le nombre de personnes vivant dans l’extrême pauvreté a diminué, passant de 1,9 milliards à 736 millions d’individus, soit de 36 % à 10 % de la population mondiale.( basé sur seuil de pauvreté de 1,90 US dollars par jour.)
Cette amélioration est en partie due à la Chine qui a combattu dans son pays la pauvreté, en passant de 750 millions de pauvres en 1990 à 10 millions en 2015 – Notons aussi de grands projets humanitaires visant à réduire la pauvreté dans le monde (exemple – défi Michée).

A ce jour, 85 % des personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté vivent en Afrique subsaharienne, en Asie du Sud et en Inde.

OBJECTIF DE L’ONU :réduire la part des personnes souffrant d’extrême pauvreté à moins de 3 % en 2030.
En janvier 2019, Jim Yong Kim , président de la banque mondiale, dira :
«  si nous voulons mettre fin à la pauvreté d’ici 2030, il nous faut accroître massivement les investissements, en particulier dans le développement humain, afin de favoriser la croissance inclusive, indispensable pour aider ceux qui sont dans le dénuement. »

Le 7 juillet 2020, un expert indépendant de l’ONU déclare :
« La pandémie de Covid-19 menace de famine 250 millions de personnes supplémentaires et douche les espoirs d’éradiquer la pauvreté pour 2030. »
L’instabilité politique et des conflits en de nombreux pays aggravent encore la situation.

DES INÉGALITÉS CRIANTES
L’écart entre les riches et les pauvres se creuse encore davantage.
En 2014 déjà , 85 êtres humains ( les plus riches) concentraient à eux seuls autant de richesses que les 3,5 MILLIARDS de personnes les plus pauvres.

Le 18 juillet 2020, lors du discours de la fondation Nelson Mandela, le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres fait mention des 26 personnes les plus riches du monde qui détiennent autant de richesses que la moitié de la population mondiale. « Nous sommes liés les uns aux autres. Seule la solidarité nous permettra de tenir, ajoutera-t-il.
La seule voie vers un avenir juste et durable pour tous, a-t-il suggéré, passe par un nouveau contrat social. »

La FAO, la banque mondiale, le FMI, l’ONU, tous se rejoignent pour renforcer leur partenariat pour mettre un terme à la pauvreté et à la faim dans le monde.

Mais la pandémie du Covid-19 a dévoilé encore davantage le coeur de l’homme.
En vivant l’actualité mondiale en direct, nous avons pu constater les égoïsmes nationaux plutôt que le réflexe de solidarité.

Si nous voulons protéger notre planète et vivre en paix, chacun d’entre nous doit réfléchir à la façon dont il peut s’approprier ses enjeux mondiaux et indispensables afin d’éradiquer la pauvreté.

L’action de chacun est indispensable pour changer le monde.

La pauvreté n’est pas une fatalité mais une réalité à combattre.

Nous poursuivrons cette étude sur la pauvreté prochainement à travers un autre regard, un regard chrétien.

Prochain thème : Le chrétien et la pauvreté – « Opprimer le pauvre, c’est outrager son Créateur » (Pr 14.31) alors que « celui qui a pitié du pauvre, prête à l’Éternel » (Pr 19.17).

Les commentaires sont fermés.

Soutenez la création d’un service d’étude biblique en ligne

Le Journal Chrétien a lancé un projet d’étude biblique en ligne (bible.chretiens.info) comprenant des versions de la Bible, des dictionnaires et concordances bibliques, la Bible avec Strong grec et hébreux, et plein d’autres surprises.

Pour plus d'information, cliquez ici.

Inscription à la Newsletter