Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Le Journal Chrétien

L'actualité en continu

Covid-19 : La pollution de l’air faciliterait la propagation du coronavirus

La pollution atmosphérique, en raison de l’émission de particules fines, aurait joué un rôle dans l’accélération de la propagation du coronavirus en Italie, selon une étude récente.

Non seulement la pollution de l’air fragilise les personnes vulnérables et aggravent les symptômes du coronavirus, mais permet aussi au virus, via les particules fines, d’être « transporté » plus facilement d’un endroit à un autre, ce qui aurait pu rendre inefficace la distanciation sociale d’un mètre préconisée par les Autorités des pays.

Pour parvenir à ces conclusions, les chercheurs et médecins de la société de médecine environnementale, en lien avec les universités de Bari et de Bologne, ont évalué parallèlement les nouveaux cas de contamination au Covid-19 et les dépassements des limites en particules fines de type PM10 dans différentes provinces italiennes.

Les résultats, enregistrés entre le 10 et le 29 février, sont sans appel. Il y aurait une corrélation entre les taux de particules PM10 et PM2,5, en suspension dans l’air, et le nombre de personnes atteintes du coronavirus dans le Nord de l’Italie.

Selon Leonardo Setti, de l’Université de Bologne, dans la vallée du Pô, deux semaines après (qui correspond au temps d’incubation du Covid-19) une forte concentration de particules fines, il y a eu une « accélération anormale » de l’expansion de l’épidémie. Ce constat a été fait dans d’autres villes très polluées d’Italie comme Brescia. La poussière, a expliqué ce chercheur au journal La Repubblica, fait office « d’autoroute » pour le virus.

Les particules fines permettraient aussi au coronavirus, selon ces scientifiques, de rester dans l’air plus longtemps, remettant en cause certaines « mesures de précaution instaurées par les pouvoirs publics« , comme la distance minimum d’un mètre à respecter entre les personnes pour ne pas être contaminés.

La pollution constitue en outre un facteur fragilisant de l’état de santé, augmentant le risque de nombreuses maladies (ex : maladies respiratoires aiguës, cancer du poumon, cardiopathie etc…) Il y aurait, de façon générale, 84 % de risques en plus de mourir dans les zones polluées que non polluées.

Les commentaires sont fermés.

Soutenez la création d’un service d’étude biblique en ligne

Le Journal Chrétien a lancé un projet d’étude biblique en ligne (bible.chretiens.info) comprenant des versions de la Bible, des dictionnaires et concordances bibliques, la Bible avec Strong grec et hébreux, et plein d’autres surprises.

Pour plus d'information, cliquez ici.

Inscription à la Newsletter