Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Je fais un don

Le Journal Chrétien

L'actualité en continu

Les chrétiens dénoncent la « pilule du surlendemain » EllaOne

« On est en train de cacher aux femmes » que la pilule EllaOne, qu’on présente aux femmes comme contraceptif, « a également comme impact de supprimer des vies déjà conçues », dénonce le docteur Xavier Mirabel, président de l’Alliance pour les Droits de la Vie en France.

« C’est une étape de plus dans la banalisation de l’avortement » en France, « d’autant plus contestable qu’on ne comptabilisera jamais leur nombre », explique le praticien.

Déjà, avec le Norlevo, pilule du lendemain du même fabricant, HRA-PHARMA, dont il est dit qu’il ne permet pas d’interrompre une grossesse dès lors que l’ovule fécondé s’est implanté dans la muqueuse utérine, sont apparues de nouvelles angoisses chez les femmes y ayant eu recours, en raison de l’incertitude sur l’effet exact de cette substance abortive. « C’est encore plus grave avec cette pilule du surlendemain », dénonce le Dr Xavier Mirabel.

L’association française des pharmaciens catholiques a publié un communiqué posant le problème causé par la délivrance du Norlevo (« pilule du lendemain »), en particulier aux mineures. L’association explique le refus de certains pharmaciens de la délivrer d’abord par « une certaine réticence à cautionner des actes posés en toute irresponsabilité ».

L’association critique aussi « l’identification du Norlevo avec une pilule contraceptive ordinaire » alors qu’elle est abortive. Enfin, elle s’inquiète des « conséquences à moyen et long termes de l’absorption répétée de Norlevo chez une adolescente qui a l’habitude d’en prendre ».

L’AFPC insiste sur le rôle d’information et de conseil des professionnels de la santé, spécialement auprès des jeunes en les aidant « à changer leur représentation sur cette « pilule » qui leur est présentée comme tout à fait anodine. Il convient d’expliquer que Norlevo correspond à 50 fois une pilule contraceptive Microval et agit aussi comme contragestif par effet anti-nidatoire. »

Mais l’AFPC estime qu’ « il n’existe dans ce type de demandes que des cas particuliers et aucune solution toute faite ».

Une position en retrait de celle d’autres associations de pharmaciens catholiques qui réclament le droit à l’objection de conscience face à la délivrance de pilules abortives.

L’Alliance pour les Droits de la Vie demande officiellement « que la vérité soit dite aux femmes sur la véritable action de l’EllaOne », qui est une pilule « à la fois contraceptive et antinidatoire », et demande que soient privilégiées d’autres méthodes alternatives à l’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) que celles qui en augmentent le nombre.

Elle demande aussi que l’Etat français n’engage pas de financements publics sur la pilule abortive EllaOne, et que les dépenses liées à la pilule du lendemain Norlevo fassent l’objet d’un rapport d’enquête approfondi.

Soutenir le journal Chrétien

A travers le monde, vous êtes des milliers à lire le Journal Chrétien quotidiennement, pour y retrouver quelque chose d’unique: une actualité, une dépêche, un témoignage, une méditation, une étude biblique ou d’autres ressources bibliques gratuites. C’est pourquoi il est si important que ce média chrétien demeure un service quotidien, gratuit et sans publicité. Cependant, un journalisme de qualité a un coût. Alors, pour que le Journal Chrétien puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au coeur de l’univers digital, votre soutien financier ponctuel ou régulier demeure indispensable. Je fais un don.

Le Journal Chrétien étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, vos dons sont déductibles des impôts à hauteur de 66%

Laisser un commentaire

Soutenez Bible audio

Le Journal Chrétien a lancé un projet d’étude biblique en ligne (bible.chretiens.info) comprenant des versions de la Bible, des dictionnaires et concordances bibliques, la Bible avec Strong grec et hébreux, et plein d’autres surprises.

Pour plus d'information, cliquez ici.

Inscription à la Newsletter