Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Pourquoi soutenir le Journal Chrétien?
Soutenez le Journal Chrétien Bible.audio

Journal Chrétien

L'actualité en continu

Covid-19 : L’épidémiologiste Michael Osterholm avait prédit cette pandémie mondiale

Faire un don au Journal Chrétien

Il y a trois ans, Michael Osterholm, épidémiologiste et membre de l’Institut de médecine de la National Academy of Sciences avait prédit une pandémie mondiale de grippe qui pourrait rivaliser avec la grippe espagnole de 1918. Un chapitre de son livre intitulé « L’ennemi le plus mortel : notre guerre contre les germes tueurs » en parle.

Michael Osterholm est l’un des meilleurs spécialistes mondiaux de la biosécurité et des maladies infectieuses. Il dirige le Centre de recherche et de politiques sur les maladies infectieuses (Center for Infectious Disease Research and Policy (CIDRAP) de l’université du Minnesota.

Il y a trois ans, il a prédit une pandémie mondiale de grippe qui pourrait rivaliser avec la tristement célèbre grippe espagnole de 1918 et a même consacré un chapitre de son livre, « Deadliest Enemy : Our War Against Killer Germs« , à un scénario d’apparition d’un virus tel que celui qui a été observé en Chine.

«Dans le chapitre 13 de mon livre, Deadliest Enemies, le titre du chapitre est «SRAS et MERS : signes avant-coureurs des choses à venir». Nous l’avions prédit.

«J’y ai également écrit à quoi ressemblerait une pandémie de grippe si elle se déclarait en Chine. Si vous le lisez, c’est exactement ce qui s’est passé : les chaînes d’approvisionnement se sont rompues, ils ont dû verrouiller le pays, cela s’est étendu à d’autres pays, les gens ont tous été pointés du doigt. C’est le genre de chose que nous avons entendu et réentendu à laquelle nous n’étions pas préparés. « 

Michael Osterholm est apparu sur le programme de Joe Rogan (un podcasteur, spécialiste d’arts martiaux, acteur et écrivain américain) le 10 mars dernier et a décrit ce qui allait arriver. Depuis lors, la crise s’est intensifiée conformément à ses prévisions.

Ce scientifique en santé publique a passé toute sa carrière à suivre les maladies infectieuses, à essayer de les arrêter et à tenter de comprendre d’où elles viennent afin que les autorités puissent s’assurer qu’elles ne se produisent pas.

Il n’édulcore rien.

« Les blessures, la douleur, la souffrance et la mort qui se sont produites jusqu’à présent ne sont qu’un début », a-t-il déclaré à Rogan. « Cela va se dérouler pendant des mois, ce que les gens ne comprennent pas très bien. »

Alors que le gouvernement autoritaire chinois a pu atténuer la courbe de la croissance du virus avec des mesures extrêmes, lorsque ces mesures seront assouplies et que les gens retourneront au travail, le virus reviendra, prédit-il.

«Dès que les consignes de distanciation sociale auront été relâchées, quand les personnes mandatées pour rester chez elles, les personnes qui n’ont pas quitté leur maison depuis des semaines et des semaines retourneront au travail et seront dans les trains, les avions, les usines bondées, ça va revenir ».

Le virus se transmet très facilement par voie aérienne, il suffit donc de respirer pour être infecté, même par des personnes ne présentant aucun signe de maladie.

Selon la base des données limitées disponibles, ce sera 10 à 15 fois pire que la pire grippe saisonnière. Il pense qu’il pourrait y avoir 480 000 décès qui pourraient survenir au cours des trois à sept prochains mois.

L’un des employés de Michael Osterholm a reçu un texto d’un cardiologue travaillant dans un hôpital de Milan.

«Ils décident qui ils doivent laisser mourir. Ils ne surveillent plus le personnel parce qu’ils ont besoin de tous les bras disponibles. Ils ont de très petites zones de l’hôpital dédiées aux patients non-COVID, où ils filtrent toujours les médecins. Tout le monde est dédié aux patients COVID, donc même s’ils (les médecins) sont positifs – ce qui signifie qu’ils sont malades – mais qu’ils n’ont pas de toux ou de fièvre sévère, ils doivent travailler. Ils voient un nombre alarmant de cas qui se trouvent dans la tranche d’âge des 40 ans et ce sont des cas horribles, nous devons donc cesser de penser que ce n’est que la maladie des personnes âgées.»

«C’est ce qui va se dérouler, pas seulement à Wuhan ou à Milan. Elle se déroule ici à Seattle. C’est ce qui va se dérouler de manière continue dans le monde entier », a-t-il déclaré à Rogan.

Un grand pourcentage d’hommes en Chine sont des fumeurs, ce qui a conduit à un résultat terrible pour ceux qui ont contracté le virus.

«Des hommes de plus de 70 ans qui fumaient également, 8 à 10 % d’entre eux sont morts. Le taux de létalité parmi les femmes de la même tranche d’âge n’est que de 2 %. Dans ce cas, très peu de femmes fument. »

Osterholm se déclare concerné par le niveau élevé d’obésité aux États-Unis.

«Nous savons que l’obésité est comparable au tabagisme en termes de probabilité à provoquer des maladies graves, potentiellement mortelles. Quarante-cinq pour cent de la population de plus de 45 ans sont obèses dans ce pays, hommes et femmes. Donc, ma préoccupation est que nous verrons plus de ces cas mortels se produire dans ce pays en raison d’un ensemble de facteurs de risque différent de celui que nous avons vu en Chine. »

Jusqu’à présent, la prédiction d’Osterholm s’est déroulée exactement comme il l’avait prédit.

«Dans notre centre, nous avons publié un article le 20 janvier, disant que cela allait se propager dans le monde entier. Au moment où les gens disaient, non, c’est juste la Chine. »

«Nous avons publié un article la première semaine de février et nous avons dit qu’il serait publié la dernière semaine de février ou la première semaine de mars. Il y a un doublement des cas tous les quatre jours. Donc si vous passez de deux à quatre et de huit à seize, il faut un certain temps pour que cela se mette en place. Mais quand vous commencez à passer de 500 à 1000 à 2000 à 4000, c’est ce que nous voyons se produire dans des endroits comme l’Italie ».

Le principal mécanisme de transmission est la respiration, soutient Osterholm. Une étude en Allemagne a révélé qu’au moment où les gens tombaient malades pour la première fois, ils avaient une quantité incroyablement élevée de virus dans la gorge, parfois 10 000 fois supérieure à celle du SRAS.

«Cela signifie qu’ils étaient contagieux à ce moment-là et qu’ils n’avaient vraiment aucun symptôme de grande nature à ce moment-là. Ils ne toussaient pas encore. C’est en cela que nous sommes concernés. »

« J’ai toujours dit qu’essayer d’arrêter un virus de la grippe, c’est comme essayer d’arrêter le vent. Personne n’a jamais réussi à faire cela ».

Je fais un don
Pourquoi soutenir le Journal Chrétien?

 
Soutenir le Journal Chrétien, c’est faire naître et aider au développement d’un média affranchi de toute influence financière, industrielle ou politique. C’est un acte citoyen et chrétien.

Je fais un don pour le Journal Chrétien

Les commentaires sont fermés.

Inscription à la Newsletter

Donnez les moyens au Journal Chrétien. Changez le monde!

Soutenir le Journal Chrétien, c’est faire naître et aider au développement d’un média affranchi de toute influence financière, industrielle ou politique. C’est un acte citoyen et chrétien!

Je fais un don pour le Journal Chrétien