Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Le Journal Chrétien

L'actualité en continu

Dieu ressuscite un enfant né mort et le guérit de toutes ses séquelles

Né suite à un décollement placentaire, le 5ème enfant d’un couple chrétien était resté 20 minutes sans respirer. Revenu à la vie, le pronostic était très sombre pour son avenir… Contredisant tous les dires des médecins, Uriah est aujourd’hui en parfaite santé, sans aucune séquelle. Dieu a fait un miracle.

Hannah était en salle de travail, prête à rencontrer son cinquième enfant. Mais quelque chose n’allait pas. Elle se souvient :

« J’ai regardé mon infirmière et je lui ai dit que je n’allais pas bien. J’ai dit que j’avais l’impression que j’allais m’évanouir ou mourir. La pièce a commencé à se réduire ».

Puis, le rythme cardiaque du bébé a chuté.

Le Dr Kinion Whittington, gynécologue-obstétricien d’Hannah, dit :

« À ce moment-là, c’est devenu, tout le monde s’est précipité et on y va. Nous avons eu une grosse urgence. »

Le personnel a emmené Hannah au bloc pour effectuer une césarienne en urgence. Son mari Jacob était tout près. Il dit :

« La peur ne s’était pas encore installée, jusqu’à ce que j’entre dans la salle d’opération et que je vois ce qui se passait. »

Le Dr Whittington explique : « J’ai ouvert l’utérus ; il y avait juste du sang partout. Partout ».

Jacob continue en disant : « Et puis je le vois sortir et il n’a pas l’air… je veux dire qu’il est mort. »

Le Dr Whittington se souvient que le bébé était « mou, sans rythme cardiaque, rien« .

Immédiatement, l’équipe a commencé la réanimation du bébé – un garçon que le couple avait appelé Urias.

Hannah raconte :

« Tout en moi voulait lui tendre la main, aller le tenir, et lui dire que tout allait bien se passer. »

Jacob se souvient : « Je suis simplement resté focalisé sur la prière. »

Jacob a également envoyé un SMS à leur famille respective pour prier, car à chaque minute qui passait, les chances de survie d’Urias s’envolaient.

Le Dr Whittington explique qu’en général, « au bout d’une dizaine de minutes, si vous n’avez pas de rythme cardiaque fœtal, c’est juste un effort futile ».

Bien que le seuil critique des dix minutes soit passé, l’équipe a continué à essayer. Finalement… ils ont obtenu un pouls. Mais le bébé était maintenant sans oxygène ni flux sanguin depuis vingt minutes.

Hannah dit : « C’était juste ça, comme si tout était joué : « Ok, mon Dieu, où sommes-nous ? Où es-tu ? »

Incapable de respirer par lui-même, Urias a été intubé et préparé à être transporté par hélicoptère dans un hôpital de Plano, au Texas, à 128 kilomètres de là. Hannah devait rester sur place pour guérir de son opération et de sa perte de sang.

Elle a dit à Jacob : « Tu vas avec lui. Tu dois être avec lui. »

Lorsque Urias est arrivé au Texas Health Presbyterian, il a commencé à avoir des crises d’épilepsie.

Le Dr Eduardo Perez, néonatologiste, explique qu’Hannah avait subi un décollement placentaire et qu’Urias « était né dans une situation désespérée« . Son avenir était sévèrement compromis, à cause du décollement – du décollement prématuré du placenta ».

Placé en unité de soins intensifs néonatals, Urias a été diagnostiqué avec une encéphalopathie hypoxique et ischémique – des dommages cérébraux causés par un manque d’oxygène et de sang.

Le Dr Perez explique : « Il avait la forme sévère, celle que nous considérons comme présentant un risque élevé de retard à long terme, en termes de développement« .

Jacob dit qu’on lui a dit qu’Urias

« aurait très probablement une infirmité motrice cérébrale. Vous pourriez probablement vous attendre à des crises d’épilepsie pendant la plus grande partie de sa vie. Il pourrait ne jamais être capable de se nourrir. Il pourrait ne jamais être capable de marcher, il pourrait ne jamais être capable de parler ».

Le mieux que les médecins puissent faire est de mettre un traitement consistant à  le refroidir pendant 72 heures pour abaisser sa température corporelle, afin d’essayer de minimiser les dommages. Même à ce moment-là, il y avait peu d’espoir.

Le Dr Perez dit que « 40% des patients ne s’en sortent pas, parce que, vous savez, c’est si grave et si dévastateur ».

Jacob s’est dit :

« Ce n’est qu’un coup après l’autre. Je ne peux rien contrôler, mais je peux faire confiance à Dieu. Je ne le ressens pas, comme une chose émotionnelle. C’était une détermination et un engagement : Je vais faire confiance à Dieu. »

Cette nuit-là, l’infirmière Latricia Bell était de service. Un moniteur lui a dit que le bébé avait toujours des crises d’épilepsie, malgré les médicaments. Puis, plus tard cette nuit-là, Urias a ouvert les yeux.

L’infirmière Latricia Bell explique :

« Il était resté allongé si immobile. Et pour qu’il ouvre les yeux, en regardant autour de lui, c’était une grosse affaire ! »

Rapidement, elle est allée chercher Jacob. En voyant les yeux d’Urias pour la première fois, Jacob supplia Dieu de guérir son fils.

Jacob raconte : « C’est comme si j’entendais à nouveau leur voix, ce qu’ils disaient de lui. Et je me suis souvenu de la Parole de Dieu qui dit :  « Ne craint rien, croit seulement. »

Après que Jacob ait fini de prier et soit parti, l’infirmière Latricia Bell dit qu’Urias et elle n’étaient pas seuls.

Elle dit :

« J’ai ressenti une telle chaleur. Chaque poil de mon corps se tenait debout. Je savais que j’étais en présence de Dieu. Il était juste là, à ce moment-là. »

Elle continue : « J’ai regardé les moniteurs, et il n’y a plus eu de crises. C’était la fin de tout ça. »

Le lendemain, les médecins ont libéré Hannah pour qu’elle puisse voir son petit garçon. Elle se souvient :

« C’était probablement la chose la plus difficile à faire, de le voir étendu là. C’est comme si je ne pouvais pas simplement le saisir. Et j’avais l’impression qu’on m’arrachait tout contrôle. »

Ce soir-là, le couple a demandé à leur église et aux personnes sur les médias sociaux de prier. Jacob leur a dit : « Si vous devez prier, priez comme cela :  si la Parole de Dieu dit que nous devons parler et croire, alors je vais parler et je vais croire ».

Au cours des jours suivants, Urias a montré d’autres signes d’amélioration, son EEG montrant une activité cérébrale normale. Au sixième jour, il respirait tout seul.

Le Dr Perez remarque : « C’était extrêmement rassurant. C’est une heureuse surprise ».

Enfin, Hannah a pu tenir Urias pour la première fois – il avait une semaine. Elle se souvient :

« Ce sont probablement les émotions qui m’ont le plus frappée à ce moment-là, car c’est tout ce que je voulais. Juste l’avoir près de moi et lui dire : « On va s’en sortir. On est arrivé jusqu’ici, Urias. »

A trois semaines, Urias a été autorisé à rentrer chez lui. L’année suivante, il a franchi toutes les étapes de son développement. Puis, lors de son examen d’un an avec le neurologue…

On leur a dit : « Je n’ai eu que deux autres cas où les gens se sont complètement rétablis et je vous dis juste qu’il est l’un d’entre eux. »

Aujourd’hui, Urias est toujours le petit garçon sain, énergique et heureux pour lequel ils ont prié.

L’infirmière Latricia Bell dit : « Vous entendez parler de miracles, mais Dieu m’a laissé voir ce miracle là. »

Hannah ajoute :

« Même dans les moments où je ne le ressens pas, comme si je ne le voyais pas, sa fidélité ne change pas. »

Version originale : « Power of Prayer Saves Lifeless Baby » par The700Club/CBN News Traduit de l’anglais par Isabelle Goepp

Copyright © CBN (Christian Broadcasting Network). Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cet article (texte, photos, logos, vidéos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par CBN. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit.

Les commentaires sont fermés.

Soutenez la création d’un service d’étude biblique en ligne

Le Journal Chrétien a lancé un projet d’étude biblique en ligne (bible.chretiens.info) comprenant des versions de la Bible, des dictionnaires et concordances bibliques, la Bible avec Strong grec et hébreux, et plein d’autres surprises.

Pour plus d'information, cliquez ici.

Inscription à la Newsletter