Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Chrétiens

Chrétiens persécutés

Le pape François donne un message de paix aux chrétiens du Japon

La visite apostolique du pape François à l’Empire du Soleil levant, le 23 novembre, après deux journées en Thaïlande, sera marquée par son engagement pour la paix dans un contexte de nouvelles tensions internationales.

C’est l’un des premiers compagnons jésuites, saint François Xavier, intime de saint Ignace, qui a introduit le christianisme au Japon en 1549. François, le premier pape jésuite, rendra visite au Japon les 23, 24 et 25 novembre, répondant à l’invitation que lui avait adressée le Premier ministre japonais Shinzo Abe, en juin 2014. Ce faisant, le pape François réalisera aussi un vœu de jeunesse. En 1958, à son entrée dans la Compagnie de Jésus, à 22 ans, Jorge Mario Bergoglio nourrissait déjà le vif désir de devenir missionnaire au Japon, pays avec lequel les jésuites ont gardé un lien particulier. Mais au terme de son noviciat, sa demande lui avait été refusée en raison de problèmes respiratoires (il a subi en 1957 l’ablation partielle d’un poumon à la suite d’une pneumonie aiguë).

Sur les pas de Jean-Paul II

Le pape François sera le deuxième souverain pontife à effectuer une visite apostolique au Japon après le voyage mémorable effectué par le pape Jean-Paul II, du 23 au 26 février 1981. Cette « première » fut en effet triomphale : les chaînes de télévision japonaises, déjà nombreuses et très concurrentielles à cette époque, avaient rivalisé pour suivre quasiment en continu la visite du Pape, faisant découvrir à la plupart des Japonais les célébrations catholiques : messes, baptêmes, mariages, ordinations. Outre cette curiosité pour une religion encore très mal connue de la plupart d’entre eux (les catholiques sont moins de 0,5% de la population), les Japonais avaient été très reconnaissants à Jean-Paul II de s’être rendu à Hiroshima et Nagasaki, les deux villes japonaises victimes des bombardements nucléaires américains des 6 et 9 août 1945. À Hiroshima, le Pape s’était notamment recueilli au parc du Mémorial de la paix, et à Nagasaki, ville des premiers martyrs chrétiens du Japon, à la cathédrale de l’Immaculée-Conception. Il avait aussi visité une résidence de « hibakusha », ces Japonais ayant survécu aux bombardements mais souffrant encore des séquelles des radiations.

Engagement continu contre la prolifération nucléaire

Hiroshima et Nagasaki figurent elles aussi au cœur du voyage du pape François. Le 20 mars dernier, place Saint-Pierre, il a reçu une délégation portant la Flamme d’Hiroshima accompagnée d’une survivante du bombardement du 6 août 1945. Le 19 juin dernier, lors de l’audience générale du pape François, une délégation japonaise de l’association des Jeunes messagers de la paix a appelé à poursuivre les échanges pour la dénucléarisation, dans le contexte des tensions opposant les États-Unis à la Corée du Nord et à l’Iran et de la reprise de la course aux armements.

À Hiroshima, le pape François devrait se rendre au mémorial de la paix, et à Nagasaki, prier dans la cathédrale reconstruite après l’explosion nucléaire. L’engagement du pape François contre l’arme nucléaire l’a conduit à condamner non seulement leur usage, mais « le simple fait de les fabriquer », alors qu’il recevait au Vatican, en décembre 2018, le cardinal Manyo Maeda, archevêque d’Osaka, et les évêques d’Hiroshima et de Nagasaki. Les discours qu’il prononcera à ce sujet ne manqueront pas d’avoir un impact sur la Conférence internationale de 2020 sur la non-prolifération nucléaire.

Le voyage apostolique du Pape devrait s’achever le 25 novembre, à Tokyo où il présidera une messe célébrée au Tokyo Dome, un stade de 55 000 places, après une visite de courtoisie au nouvel empereur Naruhito et au Premier ministre Shinzo Abe.

Philippe Oswald

Copyright © AED. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cet article (texte, photos, logos, vidéos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l’Aide à l’Eglise en Détresse (AED). Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit.

Voir aussi :

Laisser un commentaire

Abonnez-vous à la chaîne évangélique Chrétiens TV sur Youtube pour être informé(e)s de la mise en ligne de nouveaux clips de louange et d'adoration.

S'abonner

Inscription à la newsletter