Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Je fais un don

Le Journal Chrétien

L'actualité en continu

Beyrouth: Lourds soupçons de négligence après l’explosion du port

Les premiers éléments de l’enquête sur l’explosion de mardi au port de Beyrouth mettent en cause des années d’inaction et de négligence malgré la présence sur le site de milliers de tonnes d’un produit chimique hautement explosif, a-t-on appris mercredi de source officielle proche des investigations.

Le Premier ministre et la présidence ont déclaré mardi que 2.750 tonnes de nitrate d’ammonium, un composant utilisé pour la fabrication d’engrais mais aussi d’engins explosifs, étaient stockés depuis six ans sur le port sans mesures de sécurité particulières.

« C’est de la négligence », a dit la source officielle à Reuters, ajoutant que les inquiétudes suscitées par le dossier avait été exprimées à plusieurs reprises devant différentes commissions et devant la justice sans que « rien ne soit fait » pour ordonner l’évacuation de ces matières extrêmement dangereuses.

Cette personne a précisé qu’un incendie s’était déclenché au hangar n°9 du port avant de s’étendre au hangar n°12, dans lequel était stocké le nitrate d’ammonium.

L’explosion de mardi a fait plus de 100 morts selon un bilan qui risque de s’alourdir encore, une grande partie de la ville ayant été touchée.

Le directeur général des Douanes libanaises, Badri Daher, a déclaré mercredi à la chaîne de télévision LBCI que ses services avaient averti à six reprises la justice des risques liés à la présence de nitrate d’ammonium dans le port.

« Nous avons demandé qu’il soit ré-exporté mais cela ne s’est pas fait. Nous laissons aux spécialistes et aux personnes concernées le soin de déterminer pourquoi », a-t-il ajouté.

Une autre source proche d’un salarié du port a déclaré qu’une équipe ayant inspecté le nitrate d’ammonium il y a six mois avait mis en garde contre le risque qu’il « fasse sauter la totalité de Beyrouth » s’il n’était pas déplacé.

Selon deux documents que Reuters a pu consulter, les Douanes ont demandé en 2016 et en 2017 à la justice de prier « l’agence maritime concernée » de ré-exporter ou d’approuver la vente du nitrate d’ammonium déchargé et stocké au hangar n°12, afin d’assurer la sécurité sur le port.

L’un des documents évoque des demandes similaires remontant à 2014 et 2015.

« Une enquête locale et internationale doit être menée sur l’accident, au vu de son ampleur et des circonstances dans lesquelles ces marchandises ont été acheminées jusqu’au port », a dit Ghassan Hasbani, ancien vice-Premier ministre et membre du parti des Forces libanaises.

Shiparrested.com, un réseau spécialisé dans les aspects juridiques du transport maritime, a rapporté en 2015 que le cargo Rhosus, sous pavillon moldave, avait fait escale à Beyrouth en septembre 2013 en raison de problèmes techniques alors qu’il devait relier la Géorgie au Mozambique avec 2.750 tonnes de nitrate d’ammonium dans ses soutes.

Il précise que le bateau s’est vu interdire de repartir après une inspection et qu’il a été abandonné peu après par ses propriétaires, ce qui a déclenché une série de procédures judiciaires de leurs créanciers.

« En raison des risques liés au maintien du nitrate d’ammonium à bord du navire, les autorités portuaires ont déchargé la cargaison dans les entrepôts du port », ajoute-t-il.

Soutenir le journal Chrétien

A travers le monde, vous êtes des milliers à lire le Journal Chrétien quotidiennement, pour y retrouver quelque chose d’unique: une actualité, une dépêche, un témoignage, une méditation, une étude biblique ou d’autres ressources bibliques gratuites. C’est pourquoi il est si important que ce média chrétien demeure un service quotidien, gratuit et sans publicité. Cependant, un journalisme de qualité a un coût. Alors, pour que le Journal Chrétien puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au coeur de l’univers digital, votre soutien financier ponctuel ou régulier demeure indispensable. Je fais un don.

Le Journal Chrétien étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, vos dons sont déductibles des impôts à hauteur de 66%

Laisser un commentaire

Soutenez Bible audio

Le Journal Chrétien a lancé un projet d’étude biblique en ligne (bible.chretiens.info) comprenant des versions de la Bible, des dictionnaires et concordances bibliques, la Bible avec Strong grec et hébreux, et plein d’autres surprises.

Pour plus d'information, cliquez ici.

Inscription à la Newsletter