Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Adhérer

Journal Chrétien

L'actualité en continu

Budget européen: La Pologne attend les propositions de Bruxelles

Partager sur:

La Pologne, qui, comme la Hongrie, a opposé son veto au projet de budget de l’Union européenne, s’attend à ce que Bruxelles lui fasse de nouvelles propositions pour sortir de l’impasse, a déclaré mardi un porte-parole du gouvernement.

« Nous attendons de nouvelles propositions conformes aux traités de l’UE et aux conclusions du Conseil européen de juillet, lors duquel le budget de l’UE a été approuvé », a-t-il déclaré à la radio publique.

Le projet de budget de l’UE pour la période 2021-2027, qui s’élève à 1.100 milliards d’euros, est assorti d’un Fonds de relance de 750 milliards. La Hongrie et la Pologne, qui ont opposé leur veto lundi, refusent que l’accès à ce fonds soient lié au respect de l’état de droit. Toutes deux font l’objet de procédures d’infraction pour des atteintes à l’indépendance de la justice ou au droit d’asile.

Selon le quotidien Dziennik Gazeta Prawna, qui cite une source proche du gouvernement, on reconnaît à Varsovie qu’il sera impossible de supprimer cette condition d’accès au fond, mais on suggère d’en minimiser la portée, par exemple en faisant en sorte qu’un vote à l’unanimité soit exigé pour sa mise en oeuvre, ce qui la rendrait totalement inopérante, puisque Varsovie et Budapest s’y opposeraient.

Dans l’immédiat, le veto de Varsovie et de Budapest va probablement retarder l’accès au fonds de relance, qui devait être ouvert à la mi-2021.

Les Etats membres doivent discuter des prochaines étapes jeudi. « Je demande à chacun dans l’UE d’assumer ses responsabilités », a déclaré mardi le ministre allemand des Affaires européennes, avant une visioconférence avec ses homologues de l’UE. « Ce n’est pas le moment des vetos mais de l’action rapide et dans un esprit de solidarité », a ajouté Michael Roth.

« Nous sommes prêts à poursuivre les discussions dans les jours qui viennent, sans renoncer à nos valeurs ni à l’accord politique historique et unanime obtenu au mois de juillet », écrit quant à lui le Français Clément Beaune sur Twitter.

(Marcin Goclowski et Pawel Florkiewicz, version française Jean-Philippe Lefief)

Je soutiens l'indépendance de la presse chrétienne!

Une majorité de journaux, télévisions et radios appartiennent à quelques milliardaires ou à des multinationales très puissantes, privant les citoyens d’un droit fondamental : avoir accès à une information libre de tout conflit d’intérêt. Le développement d’une presse chrétienne libre est aujourd’hui essentiel pour garantir le pluralisme de la presse dans le monde.
Afin que le Journal Chrétien demeure un média indépendant, gratuit et sans publicité, votre soutien financier et votre mobilisation seront décisifs. Faites un don en cliquant ici.

Les commentaires sont fermés.

Devenir rédacteur

J'aime l'info

Inscription à la Newsletter