Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Le Journal Chrétien

L'actualité en continu

Nouvel accès de tension à la frontière gréco-turque

De nouvelles tensions ont éclaté vendredi matin à la frontière entre la Grèce et la Turquie où des gaz lacrymogènes ont été tirés du côté turc en direction de garde-frontières grecs mobilisés pour repousser des migrants.

La frontière terrestre entre les deux pays a basculé dans la crise depuis que la Turquie a annoncé le 28 février dernier qu’elle ne retiendrait plus les réfugiés syriens sur son territoire, se désengageant d’un accord conclu en 2016 avec l’Union européenne.

Plusieurs milliers de migrants ont tenté depuis de passer en Grèce.

Selon un journaliste de Reuters, les forces grecques ont fait usage vendredi matin d’un canon à eau pour repousser une foule se rassemblant à la frontière. L’intervention a été suivie par des tirs de gaz lacrymogènes en provenance du côté turc.

Un responsable gouvernemental grec a affirmé que ces tirs de la police turque visaient à aider les migrants à franchir la ligne de démarcation, ajoutant que ces opérations étaient « coordonnées au moyen de drones ».

La Grèce, qui estime que ces tensions frontalières constituent une menace contre sa sécurité nationale, et l’Union européenne, qui redoute de revivre la crise migratoire de 2015, accusent la Turquie d’avoir délibérément favorisé ce nouvel afflux de réfugiés pour faire pression sur Bruxelles.

Ankara, disent-elles, chercherait à obtenir davantage de moyens financiers pour prendre en charge les migrants ou un soutien diplomatique à ses visées géopolitiques dans le conflit syrien.

En déplacement à Zagreb, où se tient une réunion des ministres européens des Affaires étrangères, Josep Borrell, Haut Représentant de l’UE pour la politique extérieure, a déclaré vendredi que les Vingt-Sept allaient étudier la possibilité de débloquer plus de fonds pour aider la Turquie à gérer les migrants mais qu’il était inacceptable qu’on se serve de ces derniers comme d’une « monnaie d’échange ».

« Un gros fardeau pèse sur la Turquie et nous devons le comprendre », a-t-il dit. « Mais en même temps, nous ne pouvons pas tolérer que des migrants soient utilisés comme un moyen de pression. »

La Turquie, qui accueille déjà 3,7 millions de réfugiés syriens, explique de son côté qu’elle ne pourra pas s’occuper des centaines de milliers d’habitants de la région syrienne d’Idlib qui fuient l’offensive menée depuis la fin de l’année dernière par les forces gouvernementales syriennes avec l’appui de la Russie.

La Russie et la Turquie se sont entendues jeudi sur un cessez-le-feu dans la province syrienne d’Idlib.

Les commentaires sont fermés.

Soutenez la création d’un service d’étude biblique en ligne

Le Journal Chrétien a lancé un projet d’étude biblique en ligne (bible.chretiens.info) comprenant des versions de la Bible, des dictionnaires et concordances bibliques, la Bible avec Strong grec et hébreux, et plein d’autres surprises.

Pour plus d'information, cliquez ici.

Inscription à la Newsletter