Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Journal Chrétien

L'actualité en continu

Japon: La confiance des industriels s’est améliorée, selon l’enquête « tankan »

La confiance des dirigeants des grandes entreprises industrielles japonaises s’est améliorée au troisième trimestre, montre l’enquête « tankan » de la Banque du Japon (BoJ) publiée vendredi, un signe du rebond progressif de l’économie japonaise après le creux provoqué par la crise sanitaire du coronavirus.

Les grandes entreprises industrielles prévoient d’accroître leurs dépenses en capital de 10,1% pour l’exercice fiscal actuel prenant fin en mars 2022, selon l’enquête de la banque centrale japonaise, étayant l’analyse de cette dernière selon laquelle la solidité du secteur va compenser en partie la faiblesse de la consommation.

Il s’agit d’une bonne nouvelle pour Fumio Kishida, élu mercredi à la tête du Parti libéral-démocrate (PLD) au pouvoir et qui est ainsi en passe de prendre la succession de Yoshihide Suga au poste de Premier ministre. L’ex-ministre des Affaires étrangères aura notamment la charge de solidifier le rétablissement de l’économie et de soutenir davantage les ménages japonais.

D’après l’enquête de la BoJ, l’indice du sentiment des grandes entreprises du secteur manufacturier a grimpé à +18 en septembre, contre +14 en juin, tandis que le consensus ressortait à +13.

L’indice mesurant la confiance des grandes entreprises non-manufacturières a quant à lui progressé à +2, contre +1 lors de la précédente enquête trimestrielle de la BoJ, battant là aussi le consensus qui donnait un indice stable.

Les dirigeants des grandes entreprises industrielles s’attendent à voir leur confiance décliner au cours du dernier trimestre, est-il indiqué par ailleurs.

Cette enquête « tankan » fait partie des données que la BoJ va étudier de près lors de sa réunion sur les taux d’intérêts les 27-28 octobre, à l’issue de laquelle elle donnera ses prévisions pour l’économie et l’inflation.

La solidité de la demande mondiale a permis au Japon, dépendant des exportations, de compenser en partie la faiblesse de la consommation et de sortir l’économie de la récession qu’elle a connue l’an dernier à cause de la crise sanitaire.

Toutefois, la pénurie de semi-conducteurs et les problèmes dans les chaînes d’approvisionnement ont affecté la production des industriels japonais, faisant planer une ombre sur le difficile rebond de l’économie nippone.

(Reportage Tetsushi Kajimoto et Leika Kihara; version française Jean Terzian)

Je fais un don
TAGS:

Les commentaires sont fermés.

Inscription à la Newsletter