Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Chrétiens

Chrétiens persécutés

Une inspectrice de l’AIEA brièvement retenue en Iran

VIENNE/PARIS (Reuters) – L’Iran a brièvement retenu une inspectrice travaillant pour l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et saisi ses documents de voyage, a-t-on appris mercredi de sources diplomatiques.

Certains de ces diplomates, au fait des missions de l’AIEA, assimilent cet incident à du harcèlement.

Il s’agirait du premier incident de ce type depuis la conclusion de l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien (JCPOA) en juillet 2015.

Il survient à un moment de vives tensions sur le dossier. L’Iran est en crise ouverte avec les Etats-Unis depuis le choix du président américain Donald Trump, en mai 2018, de se retirer unilatéralement du JCPOA qui levait les sanctions contre la République islamique en échange d’une limitation de son programme nucléaire.

Téhéran a riposté en revenant depuis six mois sur certains de ses engagements pris dans le cadre de cet accord signé par l’Allemagne, la Chine, la France, la Grande-Bretagne, la Russie et les Etats-Unis.

L'Iran a brièvement retenu une inspectrice travaillant pour l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et saisi ses documents de voyage, a-t-on appris mercredi de sources diplomatiques. /Photo prise le 9 septembre 2019/REUTERS/Leonhard Foeger

L’Iran a brièvement retenu une inspectrice travaillant pour l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et saisi ses documents de voyage, a-t-on appris mercredi de sources diplomatiques. /Photo prise le 9 septembre 2019/REUTERS/Leonhard Foeger

L’Iran a ainsi franchi mercredi une quatrième étape de son désengagement en injectant du gaz d’uranium (hexafluorure d’uranium) dans un millier de centrifugeuses sur son site de Fordow.

L’incident au sujet de l’inspectrice sera débattu jeudi lors d’une réunion du conseil des gouverneurs de l’agence onusienne à Vienne. Deux « questions portant sur les garanties » de l’AIEA ont été ajoutées à l’ordre du jour qui avait été publié lundi.

« L’agence veut montrer à quel point elle prend ça au sérieux. C’est un précédent potentiellement dommageable », a déclaré un responsable occidental.

Selon trois diplomates, les autorités iraniennes ont saisi les documents de voyage de l’inspectrice. Deux d’entre eux ajoutent que cette dernière a été brièvement retenue. Le troisième indique que l’incident s’est produit sur le site nucléaire de Natanz.

Le sujet sera débattu jeudi lors d’une réunion du conseil des gouverneurs de l’agence onusienne à Vienne, convoquée au pied levé pour discuter de deux « questions portant sur les garanties » de l’AIEA non prévues à l’ordre du jour.

Ni l’AIEA ni l’ambassadeur iranien auprès de l’agence n’ont souhaité s’exprimer à ce propos.

Des inspecteurs de l’AIEA se trouvaient mercredi en Iran qui, conformément à ses annonces, a recommencé à injecter du gaz d’uranium dans ses centrifugeuses du site nucléaire de Fordow.

« Il y a une vraie inquiétude sur le fait que cela pourrait nuire aux futures inspections menées par l’AIEA », a déclaré un diplomate européen.

L’autre question sur les garanties à l’ordre du jour de la réunion de jeudi concerne l’origine de traces d’uranium trouvées sur un site de Téhéran désigné par Israël comme un « entrepôt atomique secret », indiquent les diplomates. L’AIEA demande des éclaircissements à Téhéran et a constaté récemment une moindre coopération des autorités iraniennes sur le sujet.

L’accord de Vienne, qui est supervisé par l’AIEA, prévoit la mise à disposition de 130 à 150 inspecteurs de l’agence sur l’Iran.

(Jean-Stéphane Brosse pour le service français, édité par Sophie Louet)

Voir aussi :

Laisser un commentaire

Abonnez-vous à la chaîne évangélique Chrétiens TV sur Youtube pour être informé(e)s de la mise en ligne de nouveaux clips de louange et d'adoration.

S'abonner

Inscription à la newsletter