Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Chrétiens

Chrétiens persécutés

La gestion des écosystèmes forestiers au Togo

LOME, 3 décembre (Xinhua) — Le Premier ministre togolais Komi Selom Klassou a présidé lundi à Lomé l’ouverture des travaux de la 55e session du Conseil international des bois tropicaux (CIBT), appelant à cette occasion à une démarche collégiale dans la gestion des écosystèmes forestiers.
« Notre planète est en péril et nous devons, dans une démarche collégiale, agir avec méthode, responsabilité et détermination », a-t-il dit à l’ouverture de cette session du CIBT, organe suprême de l’Organisation internationale des bois tropicaux (OIBT), qui réunit pendant six jours environ 300 participants venus d’Afrique, d’Europe, d’Asie et du continent américain.
La réunion de Lomé est consacrée à l’examen des questions de gestion durable des écosystèmes forestiers, de transformation structurelle des secteurs de la forêt et des industries forestières durables en Afrique dans l’optique du développement de chaînes d’approvisionnement durables et légales.
Elle va également évaluer la mise en œuvre des programmes thématiques, en l’occurrence les innovations et les bonnes pratiques de l’OIBT, une organisation qui œuvre à la conservation et à la gestion, à l’exploitation et au commerce durable des ressources forestières.
Devant les acteurs du secteur du bois, M. Klassou a affirmé que la session de Lomé se tient à un moment crucial marqué par « les pires catastrophes liées aux perturbations climatiques ».
« Tous les indicateurs montrent que nos modes de vie et de consommation opposent un rythme insoutenable aux écosystèmes forestiers et par conséquent contribuent au réchauffement de notre planète », a-t-il ajouté.
Face aux grands enjeux contemporains de développement, M. Klassou a jugé qu’il fallait promouvoir des politiques cohérentes de gestion durable et de conservation des forêts.
Adhérant de l’OIBT, le Togo, a-t-il rappelé, a ainsi bénéficié d’un peu plus de 4 millions de dollars pour 19 projets dont la mise en œuvre a permis d’atténuer les effets négatifs de la déforestation sur les communautés rurales.
En 2016, un inventaire national a révélé un taux de couverture forestière de 24,24% et un taux moyen de déforestation d’environ 0,42%, montrant une baisse de la couverture forestière nationale.
Tout en délimitant et sécurisant 485.583 hectares d’aires protégées, le Togo s’est engagé à restaurer 1,4 million d’hectares de paysages forestiers à l’horizon 2030, en lien avec l’objectif africain d’en restaurer 100 millions d’ici 2030.

Laisser un commentaire

Abonnez-vous à la chaîne évangélique Chrétiens TV sur Youtube pour être informé(e)s de la mise en ligne de nouveaux clips de louange et d'adoration.

S'abonner

Inscription à la newsletter