Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Journal Chrétien

L'actualité en continu

Le secteur de la santé du Cameroun marqué par un succès thérapeutique

Le 10 novembre 2021 marque le début d’une histoire dans le secteur de la sante du Cameroun avec sa première transplantation de rein. il est le premier pays en Afrique central à la réaliser. En effet , en cette date ,le Cameroun a mené avec succès sa première transplantation de rein sur un homme de 34 ans à l’hôpital général de Yaoundé. Un rein substitué pour le patient Bertrand BALOGOU a été donné par son frère Yve BALOGOU pour l’opération. Ce dernier souffrait d’insuffisance rénale chronique depuis l’âge de 23 ans et était contraint aux séances de dialyse depuis 11 ans. Professeur Vincent de Paul NDJENTCHEU, Directeur de l’hôpital général de Yaoundé après avoir vérifié la compatibilité entre les deux a décidé de la faisabilité de la transplantation avec son équipe. Selon le Pr Thierry BERNEY, chirurgien de transplantation venu des hôpitaux universitaires de Genève, les deux opérations se sont très bien passées. Bien avant ce succès thérapeutique, celui était une préoccupation majeur de sante publique au Cameroun qui envisageait déjà des solutions au moyen de cette technique .D’ailleurs le 6 mai 2020 à Yaoundé déclarait le ministre camerounais de la sante publique MANAOUDA MALACHIE « nous sommes en train de préparer, élaborer et structurer un projet de loi sur la transplantation d’organes ».selon lui, la transplantation rénale est la seule chose qui peut permettre aux patients de retrouver une vie normale, sans séance de dialyse. Ainsi la transplantation est considérée ici comme un moyen de contournement à l’insuffisance rénale et aux problèmes d’indisponibilité des kits de dialyse observé dans les hôpitaux. 2.5 million de personnes souffrent de maladie rénale au Cameroun, dont 330 000 pour la ville de Yaoundé et 370 000 pour la ville de douala.

La transplantation rénale est une intervention chirurgicale au cours de laquelle un rein d’une personne décédé ou vivante (donneur) est placé dans le corps d’une autre personne (receveur) dont les reins ne sont plus fonctionnels. Le premier cas de transplantation rénale a été effectué en 1950 aux Etats Unis, chez une patiente de 44 ans atteinte d’une maladie poly kystique des reins. Le rein avait été rejeté par défaut d’immunodépresseurs car ceux-ci n’étaient pas encore disponibles à l’époque. Quelques années plus tard, en 1954 le professeur Joseph E.MURRAY réussi la première transplantation rénale fonctionnelle à Boston .Ceci avait été possible parce que le donneur et le receveur était des frères jumeaux de 23 ans, génétiquement identique, cela ayant pour conséquence d’éliminer tout problème de rejet par le système immunitaire (isogreffe).De plus en plus la médecine fait recours à la transplantation rénale pour résoudre les problèmes d’insuffisance rénale.

L’insuffisance rénale chronique se caractérise par l’altération du fonctionnement des reins, qui filtre le sang .elle est parfois irréversible. La maladie évolue plus ou moins lentement et comprend des stades de sévérités croissante : de stade 1 au stade 5. Au stade 5 le rein n’assure plus sa fonction : on parle d’insuffisance rénale « terminale » et un traitement pour suppléer aux fonctions vitales du rein est considéré comme traitement de suppléance. Le traitement de suppléance est possible par la greffe d’un rein ou la dialyse. Lorsque le patient ne possède pas de conte indication la greffe de rein est le traitement de suppléance :

le plus efficace en terme d’espérance de vie (12.4 ans contre 5.4 ans pour les personnes dialysés)

le plus efficace en terme de qualité de vie (proche de celle de la population générale, contrairement aux personnes dialysés qui subissent des soins plus contraignants et risquent une perte d’emplois)

le moins couteux

Les principales causes de l’insuffisance rénale sont : le diabète sucré et les conséquences de l’hypertension artérielle au long terme, les néphropathies glomérulaires, malformation des reins et des voies urinaires, autres (thromboses ; nephoblastomes, SHU).

La greffe de rein est indique chez les personnes souffrants d’insuffisance rénale chronique.par contre Elle est contre-indique en cas de :

– cancer évolutive

– maladie infectieuse en évolution

– maladie cardio-vasculaire sévère

– psychose

NB : maladie cancéreuse guérie depuis plus de 5 ans n’est plus une contre-indication.

Le rein donneur peut être prélevé sur une personne qui vient de décéder ou sur un donneur vivant. Un bilan d’examen de pré-transplantation est effectué avec le médecin pour le bon déroulement de la greffe. Ce bilan permet d’évaluer les risques de transplantation et de dépister les éventuelles pathologies à prendre en compte avant l’inscription.il permet aussi d’adapter le traitement anti-rejet à une situation particulière. Il implique plusieurs unités de médecine. Apres la transplantation un suivi et un traitement appropriés est administré à base d’immunosuppresseurs. Celui-ci est destiné à Prévenir et à traiter le rejet.

SOURCE :

Actucameroun.com

Cameroun tribune 11 novembre 2021

Journal du cameroun.com

Le guide de transplantation rénale, les hôpitaux universitaires de Strasbourg

HAS, assurer un succès thérapeutique

Je fais un don
TAGS:

Les commentaires sont fermés.

Inscription à la Newsletter