Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Le Journal Chrétien

L'actualité en continu

Le Bénin s’engage à restaurer ses terres dégradées avant 2030

COTONOU, 5 décembre (Xinhua) — Le gouvernement béninois s’est engagé à travers son plan stratégique du développement du secteur agricole à atteindre la Cible 3 de l’Objectif pour le développement durable (ODD) 15, notamment la neutralité de la dégradation des terres, a annoncé jeudi à Cotonou, Gaston Dossouhoui, ministre béninois de l’Agriculture, de l’Elevage et de la pêche.
« Des efforts sont faits sur le terrain pour aider les agricultrices et agriculteurs béninois à se tourner vers des bonnes pratiques de gestion durable des terres qui permettent de lutter contre l’érosion des sols, la perte de la fertilité des sols, afin d’augmenter les rendements agricoles », a-t-il déclaré au cours de la célébration de la 6ème édition de la Journée mondiale des sols, placée sous le thème : « Empêchons l’érosion des sols, protégeons notre avenir ».
Selon une étude réalisée par le ministère béninois du Cadre de vie et du développement durable, les statistiques relatives à l’occupation des terres au Bénin, entre 2000 et 2010, révèlent que 2,2 millions d’hectares de terres équivalant à 19% du territoire national se sont dégradés, ce qui correspond à un taux de dégradation moyen annuel de 220 000 hectares.
Plus alarmant encore, souligne la même étude, sur la période allant de 1990 à 2010, le Bénin a perdu environ 21% de son couvert forestier; les zones humides, quant à elles, ont régressé d’environ 230 000 ha en une décennie, soit une perte de 11% de leur superficie.
« Le coût annuel de cette dégradation est estimé à 490 millions de dollars américains, soit 245 milliards de F CFA, ce qui représente 5% du produit intérieur brut (PIB) », précise la même étude.

Laisser un commentaire

Abonnez-vous à la chaîne évangélique Chrétiens TV sur Youtube pour être informé(e)s de la mise en ligne de nouveaux clips de louange et d'adoration.

S'abonner

Inscription à la Newsletter