Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Journal Chrétien

L'actualité en continu

L’Afrique du sud rend hommage à Frederik de Klerk

Le gouvernement sud-africain a décrété quatre jours de deuil national pour commémorer la mémoire de son ancien président Frederik de Klerk, décédé le 11 novembre dernier.

C’est à l’occasion de ses funérailles privées que Frederik de Klerk, ancien président sous l’apartheid et qui est décédé le 11 novembre dernier, sera honoré par tout le peuple sud-africain. Le gouvernement national a en effet décidé que durant quatre jours, de mercredi soir à dimanche soir, tous les drapeaux seront mis en berne. Une commémoration officielle sera également organisée à une date ultérieure, qui reste encore à déterminer.

Né le 18 mars 1936, Frederik de Klerk restera une figure historique de la lutte antiraciste en Afrique du sud, lui qui demeurera à jamais le tout dernier président du régime de l’apartheid. Prix Nobel de la paix en 1993, il avait notamment œuvré pour l’avènement de la démocratie dans son pays, faisant libérer le leader antiségrégationniste Nelson Mandela. De Klerk, qui fût président de 1989 à 1994, a aussi favorisé le multipartisme en organisant des élections démocratiques en 1994, élections qu’il perdît au profit de l’ANC (African National Congress, NDLR). Il sera le vice-président de Nelson Mandela de 1994 à 1997, année à laquelle il décida de se retirer définitivement de la vie politique.

Bien qu’ayant mis fin à une Afrique du sud « blanche », l’image de Frederik de Klerk a longtemps été écornée par sa nostalgie d’une époque révolue. Même s’il a permis d’éviter une guerre civile à grande échelle à son pays, il lui a été reproché son manque de contrition à l’égard de l’apartheid, et notamment son absence de remords en public, y compris pendant les procès de la Commission Vérité et réconciliation.
Pour réparer ce tort, la fondation qui porte son nom a publié une vidéo juste après sa mort, dans laquelle l’ancien homme d’Etat présente ses excuses. La vidéo dure précisément 7 minutes et, avec sa voix cassée et son corps amaigri, Frederik de Klerk fait acte de repentance auprès du peuple sud-africain : « Je m’excuse sans réserve pour la douleur, la souffrance, l’indignité et les dommages que l’apartheid a causés aux Noirs, aux métis et aux Indiens en Afrique du sud. »
Des mots qui ont pour but de réhabiliter son image, lui qui avait si souvent minimisé les crimes commis sous le régime de l’apartheid.

 

Ecclésiaste Deudjui
(+237) 696.469.637
Cet article a été publié sur www.chretiens.info

Je fais un don
Lire, écouter et étudier la Bible

Les commentaires sont fermés.

Inscription à la Newsletter