Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Chrétiens

Chrétiens persécutés

Attaque à la mosquée de Bayonne : Claude Sinké mis en examen

L’auteur de l’attaque de la mosquée de Bayonne, Claude Sinké, a été mis examen pour « tentatives d’assassinat, dégradation et destruction aggravées, violence avec arme sur personne dépositaire de l’autorité publique et violence avec arme », a annoncé le parquet de Bayonne mercredi 30 octobre dans un communiqué.

Une mosquée attaquée

Le 28 octobre dernier, la mosquée est de nouveau attaquée par Claude Sinké. Après avoir tenté d’incendier la porte de la mosquée en y déversant de l’essence à laquelle il a mis le feu. Il a ouvert le feu sur deux hommes dont l’un essaye de fuir dans une voiture que l’assaillant a voulu incendier.
En retournant chez lui, le suspect a été arrêté par la police quelques minutes plus tard. Les policiers ont saisis dans sa voiture une bonbonne de gaz et un chargeur de pistolet automatique et chez lui des armes pour lesquelles il possédait une licence de tir sportif.
Le président de la République Emmanuel Macron a condamné cette attaque :

« Je condamne avec fermeté l’attaque odieuse perpétrée devant la mosquée de Bayonne. J’adresse mes pensées aux victimes. La République ne tolérera jamais la haine. Tout sera mis en œuvre pour punir les auteurs et protéger nos compatriotes de confession musulmane. Je m’y engage. »

Que sait-on de Claude Sinké ?

Claude Sinké est né en 1934. Il vit à Saint-Martin-de-Seignanx, une commune française située dans le département des Landes en région Nouvelle-Aquitaine. Il a été employé dans l’éducation nationale et dans l’Armée française. Il est un ancien candidat aux élections départementales de 2015 dans le canton de Seignanx sous l’étiquette du Front national (aujourd’hui Rassemblement national). Il est auteur du livre « La france à cœur ouvert ou Regards sur la misère humaine ». Il souffrirait d’un cancer.
Il est « défavorablement connu » par les habitants de son village pour ses propos extrémistes. Il est décrit comme un homme « violent et colérique » qui avait déjà fait parler de lui en tenant des propos homophobes et xénophobes.
Lors de sa garde à vue le jour même de l’attaque, il a avoué être l’auteur des faits. Lors de son interrogatoire, Claude Sinké a expliqué avoir voulu « venger la destruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris » en affirmant que l’incendie de cet édifice a été déclenché par des membres de la communauté musulmane.
L’ensemble de son audition interroge sur son état de santé psychique. L’expertise psychiatrique du suspect « conclut à une altération partielle de son discernement et/ou du contrôle de ses actes ».
Le lendemain de l’attaque, des responsables du Rassemblement national se désolidarisent de Claude Sinké. Leur argumentation est cependant non homogène.

Voir aussi :

A lire aussi:

Claude Sinké

Laisser un commentaire

Abonnez-vous à la chaîne évangélique Chrétiens TV sur Youtube pour être informé(e)s de la mise en ligne de nouveaux clips de louange et d'adoration.

S'abonner

Inscription à la newsletter