Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Soutenez le Journal Chrétien Bible.audio

Journal Chrétien

L'actualité en continu

L’Oréal a confiance dans « la résilience, la compétence et la compétitivité de la Chine ».

Le patron du géant français des cosmétiques L’Oréal, Jean-Paul Agon, se dit pleinement confiant dans « la résilience, la compétence et la compétitivité à long terme de la Chine » malgré l’épidémie de coronavirus Covid-19.
Le PDG du géant français des cosmétiques L’Oréal, Jean-Paul Agon, est en contact étroit avec le patron de sa filiale chinoise pour suivre de près l’évolution de l’épidémie de COVID-19, la reprise de la production et la santé de tous les employés chinois. Après une forte perturbation due à cette épidémie, l’activité économique reprend dans la deuxième économie du monde, et nombre de multinationales dont L’Oréal, se disent pleinement confiantes dans la résilience de l’économie chinoise.

« J’ai une conversation téléphonique quotidienne avec notre équipe en Chine et je peux voir que la situation s’améliore déjà. Je pense que la situation s’améliorera assez rapidement et peut-être même plus rapidement que nous ne le pensions auparavant », assure M. Agon dans un entretien exclusif accordé à Xinhua.

A Shanghai, Gao Yu, directrice générale des recherches avancées au centre de recherche et développement (R&D) de L’Oréal China, a retrouvé le 10 février son bureau dans l’arrondissement de Pudong à l’issue d’un auto-isolement de 14 jours à domicile. Quand elle est partie dans sa province natale du Qinghai (nord-ouest) à la mi-janvier pour le Nouvel An chinois, elle n’imaginait pas qu’elle allait passer cette année les congés probablement les plus longs jamais vus.

La propagation brutale de l’épidémie de COVID-19 a en effet fortement perturbé la vie quotidienne des Chinois depuis janvier. Face à cette crise, la Chine a imposé, particulièrement dès le 20 janvier, une série de mesures drastiques, dont le confinement de plusieurs villes dans la province du Hubei, notamment Wuhan, son chef-lieu.

Ces mesures se sont avérées efficaces pour contenir l’épidémie en Chine, où le nombre de nouvelles infections a chuté à 15 le 12 mars et où plus de 70% des personnes contaminées ont guéri.

La lutte contre l’épidémie et la reprise des activités économiques constituent aujourd’hui deux grandes priorités pour la Chine. A Shanghai, à partir du 8 mars, 99,9% des entreprises à capitaux étrangers ont vu leur production redémarrer. Pour L’Oréal China, la plupart de ses antennes locales, dont le siège régional à Shanghai, l’usine de Suzhou et les centres de distribution, ont progressivement rouvert à partir du 10 février.

Fabrice Megarbane, directeur général de L’Oréal China, confie à Xinhua qu’environ 80% de tous les points de vente de L’Oréal en Chine sont ouverts. « L’usine de Yichang (dans la province du Hubei, épicentre de l’épidémie, NDLR) n’est jusqu’à présent pas pleinement opérationnelle, mais nous avons travaillé avec les autorités pour pouvoir préparer le redémarrage ».

Les mesures de précaution ne se relâchent toutefois pas en cette phase de reprise des activités économiques en Chine.

Au centre R&D de L’Oréal à Shanghai, Gao Yu doit ainsi suivre plusieurs étapes impératives à l’entrée du site : prise de température, enregistrement d’informations et désinfection des mains. En plus, le port d’un masque médical est obligatoire au travail. « Nous faisons de notre mieux pour ramener les affaires à la normale, avec des mesures de protection strictes en place. Nous sommes très heureux d’annoncer que tous nos employés sont en bonne santé », se félicite M. Megarbane.

LE ROLE IRREMPLACABLE DE LA CHINE

Pour de nombreuses multinationales, dont L’Oréal, la reprise de l’activité économique en Chine est importante pour dissiper l’incertitude et la morosité frappant l’économie mondiale, car ce pays représente un marché très important et constitue une partie irremplaçable de la chaîne mondiale d’approvisionnement.

En publiant ses résultats annuels 2019 le mois dernier, L’Oréal a annoncé sa meilleure croissance de la décennie (+8%) et un chiffre d’affaires de 29,87 milliards d’euros. En Chine, l’entreprise française a connu une croissance de 35% sur un an. Pour Jean-Paul Agon, « la Chine est probablement le plus important marché en termes de croissance pour L’Oréal ».

Pour cette dernière, la Chine est également un centre important pour la sous-traitance, où le groupe coopère avec de nombreux fournisseurs et partenaires. Mais les atouts concurrentiels de l’économie chinoise ne sont pas seulement une question de coût, mais aussi une question de talent, de créativité et d’innovation, analyse M. Agon, ajoutant que ces atouts ne seront pas amoindris par le COVID-19.

« La Chine n’est pas du tout un endroit où nous fabriquons car c’est moins cher. La Chine est un marché fantastique en termes de consommation, mais aussi un lieu fantastique en termes d’innovation », souligne-t-il.

Comptant plusieurs centaines de talents, le centre R&D de Shanghai a ainsi développé en 2019 des produits cosmétiques qui étaient non seulement très adaptés au marché chinois, mais qui ont aussi bien marché en Europe de l’Ouest et aux Etats-Unis. « La Chine est définitivement un centre d’innovation pour de nouveaux produits pour une nouvelle transformation numérique », juge le patron de L’Oréal pour qui elle « est donc définitivement un centre pour l’avenir ».

CONFIANCE EN L’ECONOMIE CHINOISE

En 2003, l’économie chinoise avait rebondi rapidement après l’épidémie du SRAS. Cette année, de nombreux entrepreneurs et économistes s’attendent aussi à un pareil rebond de cette économie caractérisée par la résilience et le dynamisme.

« Avec l’expérience que nous avons eue, et en supposant que cette épidémie suit un schéma similaire, le marché va rebondir dynamiquement, donc nous sommes confiants dans notre capacité cette année encore à créer une nouvelle année de succès en collaboration avec nos partenaires », assure M. Agon, précisant que sa confiance était nourrie par « la résilience, la compétence et la compétitivité à long terme de la Chine ».

D’après M. Megarbane, les fondamentaux de la consommation en Chine n’ont pas changé et cette période perturbée a en revanche apporté de nouvelles opportunités pour le commerce en ligne. « En plus des achats en ligne, des consommateurs chinois prennent plus de temps pour mieux se renseigner des marques et produits cosmétiques », explique-t-il.

A ce titre, Jean-Paul Agon relève que la Chine est le pays du monde où la part et le poids de l’e-commerce sont les plus importants. « L’année dernière, l’e-commerce représentait environ 50% de nos ventes en Chine. Je pense qu’il va encore augmenter d’année en année », dit-il.

« Avec l’ouverture continue de la Chine, l’accélération de la montée en gamme de la consommation et l’aspiration du peuple chinois à une vie meilleure, nous sommes convaincus que l’économie chinoise restera robuste », analyse-t-il, se disant « profondément impressionné » par la détermination, la rapidité et le pragmatisme du gouvernement chinois pour contenir au mieux l’épidémie, ainsi que la solidarité et « l’esprit héroïque » du peuple chinois, notamment de ses équipes médicales.

L’Oréal a figuré parmi les premières entreprises étrangères à apporter un soutien à la Chine face à l’épidémie, faisant notamment un don de 5 millions de yuans (environ 700.000 dollars) pour Wuhan.

Pourquoi soutenir le Journal Chrétien?

 
Soutenir le Journal Chrétien, c’est faire naître et aider au développement d’un média affranchi de toute influence financière, industrielle ou politique. C’est un acte citoyen et chrétien.

Je fais un don pour le Journal Chrétien

TAGS:

Les commentaires sont fermés.

Inscription à la Newsletter