Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Pourquoi soutenir le Journal Chrétien?

Journal Chrétien

L'actualité en continu

L’Europe repart dans le rouge après deux séances de hausse

par Claude Chendjou

PARIS (Reuters) – Les Bourses européennes ont terminé en baisse mercredi et Wall Street évoluait également dans le rouge à mi-parcours après deux séances consécutives de hausse des marchés d’actions, les dernières informations relatives à l’épidémie de COVID-19 envoyant des signaux contradictoires.

À Paris, le CAC 40 a terminé en repli de 0,72% à 7.014,57 points. Le Footsie britannique a reflué de 0,01% et le Dax allemand de 0,8%.

L’indice EuroStoxx 50 s’est contracté de 1,01%, le FTSEurofirst 300 de 0,46% et le Stoxx 600 de 0,59%.

BioNTech et Pfizer ont fait état mercredi de données préliminaires encourageantes sur une éventuelle efficacité de trois doses de leur vaccin contre le COVID-19 contre le nouveau variant Omicron du coronavirus SARS-CoV-2.

« C’est vraiment la première nouvelle positive en termes d’efficacité potentielle des vaccins actuels », commente Rick Meckler, associé chez Cherry Lane Investments.

Un probable durcissement dès jeudi des restrictions sanitaires en Grande-Bretagne pour limiter la propagation de ce variant Omicron alimente cependant les inquiétudes, entraînant une nouvelle aversion au risque ou un mouvement de prudence sur les marchés.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a en outre prévenu mercredi que le nouveau variant était désormais identifié dans 57 pays à travers le monde.

Outre la pandémie, les investisseurs restent attentifs à l’évolution de l’inflation aux Etats-Unis. Les chiffres mensuels des prix à la consommation, qui seront publiés vendredi, pourraient alimenter le débat sur le resserrement monétaire de la Réserve fédérale avant sa réunion la semaine prochaine.

Au Canada, la banque centrale a maintenu mercredi, comme attendu, son taux d’intérêt à son plus bas niveau historique, à 0,25%, et confirmé prévoir un premier relèvement de celui-ci pas avant avril 2022, malgré une inflation qui pourrait rester élevée jusqu’au premier semestre de l’an prochain.

VALEURS EN EUROPE

En Europe, les compartiments défensifs, comme celui de la santé (+0,28%), ont été les seuls à resister à la tendance baissière, tandis qu’à l’autre bout du spectre, les valeurs technologiques (-1,44%), qui avaient soutenu la cote la veille, ont accusé le plus important repli.

A Paris, le laboratoire Valneva a grimpé de 5,58% à la faveur d’un accord de précommande de son vaccin contre le COVID-19 avec le Bahreïn.

A Francfort, HelloFresh a chuté de 10,92% en raison d’une prévision annuelle d’excédent brut d’exploitation ajusté inférieure aux attentes.

Infineon Technologies a cédé pour sa part 4,58% et STMicroelectronics 2,75% après l’abaissement du conseil de Morgan Stanley sur les deux fabricants de semi-conducteurs.

A la hausse, le géant du tourisme TUI (+2,08%) a dit mercredi s’attendre à une reprise des voyages à l’été 2022.

A WALL STREET

Au moment de la clôture en Europe, le Dow Jones recule de 0,19%, le Standard & Poor’s 500 est quasiment stable et le Nasdaq avance de 0,31% après une ouverture dans le vert pour les deux premiers indices et un début en baisse pour le troisième.

La séance est volatile car les investisseurs tentent d’arbitrer entre les nouvelles favorables fournies par Pfizer sur son vaccin et les inquiétudes soulevées par la propagation du variant Omicron dans le monde.

Alors que neuf des 11 principaux secteurs du S&P-500 étaient en territoire positif à l’ouverture, la plupart sont désormais dans le rouge ou affichent de très modestes gains.

Le compartiment du transport aérien (+3,33%) se démarque toutefois positivement, tout comme les croisiéristes à l’instar de Norwegian Cruise Line, qui s’adjuge plus de 8%.

Goodyear Tire & Rubber prend pour sa part 4,78% à la suite du relèvement de conseil de Deutsche Bank sur la valeur.

CHANGES

Sur le marché des changes, l’indice mesurant l’évolution du dollar face à un panier de grandes devises reflue de 0,38% à 95,9 points, mais il reste proche de son pic de l’année à 96 points, atteint le 24 novembre.

L’euro se traite à 1,1326 dollar.

La livre sterling a fini en repli de 0,61%, à 0,85615 face à l’euro, et en très légère baisse, à 1,32325 contre le dollar après des informations de médias britanniques selon lesquelles le gouvernement pourrait recommander jeudi le recours au télétravail et rendre obligatoire un pass sanitaire pour les grands rassemblements.

TAUX

Sur le marché obligataire, les rendements souverains sont repartis à la hausse après avoir nettement souffert dans la matinée des informations sur un éventuel durcissement sanitaire en Grande-Bretagne.

Le rendement des Treasuries à dix ans avance de cinq points de base à 1,531%, tandis que son équivalent britannique de même échéance a fini en hausse de près de trois points à 0,761%.

Le rendement du Bund allemand à dix ans a gagné environ six points de base à -0,312% et son équivalent français près de sept points à 0,044%.

PÉTROLE

Le marché pétrolier évolue sur une hausse prudente, les investisseurs tentant de mesurer l’impact du variant Omicron: le Brent prend 0,8% à 76 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate) 0,9% à 72,7 dollars.

(Reportage Claude Chendjou, édité par Bertrand Boucey)

tagreuters.com2021binary_LYNXMPEHB711D-FILEDIMAGE

TAGS:

Les commentaires sont fermés.

Inscription à la Newsletter