Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Journal Chrétien

L'actualité en continu

Le soulagement sur Omicron continue de profiter aux actions

par Marc Angrand

PARIS (Reuters) – Les principales Bourses européennes sont attendues en hausse mardi, le reflux des craintes liées au variant Omicron du coronavirus continuant de favoriser l’appétit pour le risque.

Les contrats à terme sur indices suggèrent une hausse de 0,91% pour le CAC 40 à Paris, de 0,81% pour le Dax à Francfort, de 0,47% pour le FTSE 100 à Londres et de 0,88% pour l’EuroStoxx 50.

Si plusieurs pays, dont l’Italie et la France, ont annoncé lundi de nouvelles mesures visant à endiguer la nouvelle vague de l’épidémie de COVID-19, les informations les plus récentes sur le variant Omicron tendent à rassurer les investisseurs quant au risque d’une dégradation supplémentaire de la situation sanitaire.

Wall Street a ainsi profité des déclarations sud-africaines et américaines sur les symptômes sans gravité particulière apparente provoqués par le variant.

La tendance devrait aussi bénéficier de l’annonce d’une augmentation bien plus forte qu’attendu des importations chinoises en novembre (+31,7% sur un an), la deuxième bonne nouvelle en provenance de Pékin en moins de 24 heures après la réduction du ratio de réserves obligatoires des banques, une mesure attendue visant à doper le crédit.

« Avec cette baisse, les responsables de la politique monétaire démontrent une approche plus offensive afin d’éviter une déroute du marché immobilier », estime David Chao, stratège macro Asie-Pacifique hors Japon chez Invesco, dans une note.

Les investisseurs semblent en outre rassurés pour l’instant par la gestion par Pékin du dossier du géant de l’immobilier Evergrande, dont l’action, tombée lundi à un plus bas historique, a entamé un rebond à Hong Kong (+2,21%).

En Europe, le premier indicateur économique du jour est positif puisque la production industrielle allemande affiche une hausse de 2,8% en octobre, plus de trois fois plus forte qu’anticipé. Les investisseurs surveilleront aussi à 10h00 GMT le chiffre de l’indice ZEW du sentiment des investisseurs en Allemagne, attendu en repli.

A WALL STREET

La Bourse de New York a fini en nette hausse lundi, les secteurs les plus sensibles à l’évolution de la conjoncture économique et ceux du transport aérien et du tourisme profitant du reflux des craintes liées au variant Omicron du coronavirus.

L’indice Dow Jones a gagné 1,87%, soit 646,95 points, à 35.227,03, le Standard & Poor’s 500 a pris 53,24 points (+1,17%) à 4.591,67 et le Nasdaq Composite a avancé de 139,68 points (+0,93%) à 15.225,15.

L’indice S&P de l’industrie a progressé de 1,64%, celui de l’énergie de 1,53%, alors que celui de la santé (+0,52%) était freiné par la baisse des fabricants de vaccins, comme Moderna, dont le cours a chuté de 13,49%.

Sur le Nasdaq, Nvidia a abandonné 2%, les investisseurs s’inquiétant pour le projet de rachat du britannique ARM.

Les contrats à terme suggèrent pour l’instant une poursuite du rebond.

EN ASIE

À la Bourse de Tokyo, l’indice Nikkei a gagné 1,89%, sa plus forte hausse sur une séance depuis le 1er novembre, dans le sillage de Wall Street, tiré par les valeurs liées au tourisme et par le rebond de SoftBank (+7,94%).

En Chine, le SSE Composite de Shanghai, hésitant pendant une bonne partie de la journée, a fini sur une progression 0,16% et le CSI 300 des principales capitalisations du pays a pris 0,6% au lendemain de la décision de la BPC sur le ratio de réserves obligatoires des banques et après les chiffres du commerce extérieur.

CHANGES/TAUX

Le regain d’appétit pour les actifs risqués pénalise les devises considérées comme des valeurs refuges, à l’instar du yen, du franc suisse ou du dollar, qui abandonne 0,12% face à un panier de référence.

Le repli du billet vert est toutefois limité par la remontée des rendements des bons du Trésor: le dix ans, qui était tombé à moins de 1,35% vendredi, est remonté à plus de 1,45%.

En Europe, le rendement du Bund allemand à dix ans prend plus de trois points de base dans les premiers échanges à -0,354% et son équivalent français est brièvement redevenu positif.

L’euro n’affiche toutefois qu’une hausse marginale (+0,03%) à 1,1288 dollar.

De son côté, le dollar australien (+0,52%) profite des déclarations de la banque centrale australienne selon lesquelles le variant Omicron ne devrait pas remettre en cause la reprise économique.

Du côté des cryptomonnaies, le bitcoin (+1,11%) confirme son rebond à plus de 50.000 dollars, contre moins de 42.000 au plus bas samedi.

PÉTROLE

Le marché pétrolier poursuit la remontée entamée lundi après le relèvement des prix décidé par l’Arabie saoudite, venu s’ajouter aux informations jugées rassurantes sur le variant Omicron et aux difficultés rencontrées par les discussions sur le nucléaire iranien.

Le Brent gagne 1,51% à 74,18 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 1,76% à 70,71 dollars.

Ils avaient déjà pris respectivement 4,6% et 4,9% la veille.

(Edité par Matthieu Protard)

tagreuters.com2021binary_LYNXMPEHB607I-FILEDIMAGE

Je fais un don
Lire, écouter et étudier la Bible

Les commentaires sont fermés.

Inscription à la Newsletter