Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Le Journal Chrétien

L'actualité en continu

La réunion annuelle du FEM joue un rôle clé dans la promotion de la Suisse

La 50e réunion annuelle du Forum économique mondial (FEM) se tiendra du 21 au 24 janvier à Davos, en Suisse. « Cet événement hautement médiatisé est extrêmement important pour la Suisse, un pays qui s’efforce de jouer un rôle de premier plan pour faciliter le dialogue entre les nations », a indiqué Philippe D. Monnier, ex-directeur général du Greater Geneva Bern area, l’organisme officiel en charge de la promotion économique de la Suisse occidentale, lors d’une interview exclusive accordée récemment à Xinhua.
Cette année, les sept Conseillers fédéraux (ministres) suisses participeront activement à la réunion annuelle du FEM. « C’est d’ailleurs à la présidente de la Confédération suisse Simonetta Sommaruga que reviendra l’honneur d’inaugurer cette réunion », s’est réjoui M. Monnier.
Juridiquement, le FEM est une fondation privée basée à Genève. Mais selon Philippe D. Monnier, les autorités suisses ont décerné au FEM le statut d’organisation internationale pour la coopération entre les secteurs public et privé. A part le FEM, seulement le Comité International de la Croix-Rouge (CICR) a obtenu ce statut.
Le vice-Premier ministre chinois Han Zheng participera également à cette réunion annuelle et des rencontres avec les autorités suisses sont prévues. « La Chine et la Suisse ne sont pas seulement des pays très complémentaires, ils maintiennent surtout une amitié sincère entre eux », a souligné Philippe D. Monnier.
Selon lui, cela explique la reconnaissance rapide en 1950 de la Chine nouvelle par la Suisse ainsi que la mise en oeuvre en 2014 de l’accord de libre-échange sino-suisse. « Et c’est aussi avec Schindler, une société suisse, que la première joint-venture industrielle a vu le jour en Chine », a ajouté M. Monnier qui a travaillé en Chine comme cadre pour cette joint-venture.
« Ce sont avant tout les entreprises privées qui financent le FEM et, par conséquent, leur rôle est essentiel », a également indiqué Philippe D. Monnier qui est actuellement administrateur et actionnaire de plusieurs sociétés suisses. D’après lui, la grande majorité des cadres du secteur privé qui participent aux réunions du FEM sont sincèrement motivés par la mission officielle de l’organisation, c’est-à-dire l’amélioration de l’état du monde.
« Mais il est indéniable que le FEM est également une plate-forme de choix pour rencontrer des clients et d’autres parties prenantes », a-t-il conclu.

Les commentaires sont fermés.

Abonnez-vous à la chaîne évangélique Chrétiens TV sur Youtube pour être informé(e)s de la mise en ligne de nouveaux clips de louange et d'adoration.

S'abonner

Inscription à la Newsletter