Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Journal Chrétien

L'actualité en continu

Nette baisse en vue en Europe pour démarrer le dernier trimestre de l’année

Les principales Bourses européennes devraient entamer le dernier trimestre de l’année en nette baisse, dans la foulée de Wall Street, l’aversion au risque dominant encore après un mois de septembre très chahuté.

Les contrats à terme signalent une baisse de 0,91% pour le CAC 40 parisien, de 1,71% pour le Dax à Francfort, de 1,16% pour le FTSE à Londres et de 1,74% pour l’EuroStoxx50.

Sur le mois de septembre, le CAC 40 a accusé un repli mensuel de 2,4% mais affiche une hausse de 0,19% sur l’ensemble du troisième trimestre.

Les motifs d’inquiétude qui ont pesé le mois dernier restent présents, entre la perspective d’un resserrement des politiques monétaires des grandes banques centrales, les tensions inflationnistes et les difficultés financières du groupe chinois Evergrande.

Si le risque d’un « shutdown » aux Etats-Unis a été évité, le vote à la Chambre des représentants sur le plan de 1.000 milliards de dollars sur les infrastructures voulu par le président américain Joe Biden a toutefois été reporté.

LES VALEURS A SUIVRE :

A WALL STREET

Les futures sur les indices américains signalent un nouveau repli à l’ouverture après la nette baisse déjà accusée jeudi.

L’indice Dow Jones a cédé 1,59% à 33.843,92 points, le S&P-500 a perdu 1,19% à 4.307,54 points et le Nasdaq Composite, à forte composante technologique, a reculé de son côté de 0,44% à 14.448,58 points.

Les trois indices ont enregistré leur plus mauvaise performance trimestrielle depuis le début de l’année 2020, lorsque le déclenchement de la crise du COVID-19 a soudainement paralysé l’économie mondiale. Le Dow a terminé la période juillet-septembre dans le rouge (-1,9%), comme le Nasdaq (-0,38%), alors que le S&P-500 affiche un modeste gain de 0,23%.

EN ASIE

Dans la foulée de Wall Street, la Bourse de Tokyo a chuté de 2,31%.

En Chine, les marchés sont fermés pour une semaine à l’occasion des congés de la « Golden Week ».

TAUX/CHANGES

L’aversion au risque pousse les investisseurs vers les actifs jugés refuges et notamment les obligations souveraines. La demande fait baisser les rendements obligataires, le taux des Treasuries à dix ans reculant de cinq points de base, pour retomber à 1,4788%.

En Europe, le rendement du Bund allemand à dix ans cède près de trois points de base dans les premières échanges, à -0,222%.

Sur le marché des devises, le dollar reste proche d’un plus haut d’un an touché la veille face à un panier de devises de référence.

De son côté, l’euro est au plus bas depuis juillet 2020 face au dollar et évolue sous le seuil de 1,16 dollar, à 1,1576.

PÉTROLE

Les cours du brut sont stables, la prudence dominant avant une réunion des producteurs de l’Opep et leurs alliés (Opep+) prévue lundi où ils pourraient discuter d’une augmentation de leur production, selon des sources.

Le baril de Brent avance de 0,05% à 78,35 dollars et celui du brut léger américain perd 0,04% à 75 dollars.

(Édité par Nicolas Delame)

Je fais un don
Lire, écouter et étudier la Bible
TAGS:

Les commentaires sont fermés.

Inscription à la Newsletter