Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Pourquoi soutenir le Journal Chrétien?
Soutenez le Journal Chrétien Bible.audio

Journal Chrétien

L'actualité en continu

France: Le rappel des ambassadeurs aux Etats-Unis et en Australie montre « la force de la crise », déclare Le Drian

Faire un don au Journal Chrétien

Le rappel par la France de ses ambassadeurs aux Etats-Unis et en Australie est « un acte politique lourd » qui montre la « force de la crise », a déclaré samedi le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian.

Cette mesure est intervenue après l’annulation par Canberra du contrat de fourniture de sous-marins français au profit d’un partenariat stratégique avec Washington et Londres, une décision qui a provoqué la stupeur et la fureur de Paris.

Vendredi soir, la France a annoncé avoir rappelé ses ambassadeurs aux Etats-Unis et en Australie pour consultations en raison de la « gravité exceptionnelle » des annonces faites par l’Australie et les Etats-Unis, provoquant une crise diplomatique sans précédent.

« Le fait que, pour la première fois dans l’histoire des relations entre les Etats-Unis et la France, on rappelle notre ambassadeur pour consultations est un acte politique lourd et qui signifie la force de la crise qui existe aujourd’hui avec les Etats-Unis et aussi avec l’Australie », a déclaré Jean-Yves Le Drian sur France 2.

« Il y a duplicité, il y a mépris, il y a mensonge; on ne peut pas jouer dans les alliances comme cela », a dénoncé le ministre.

« Nous sommes des alliés, et donc quand on a un allié, on ne traite pas avec une telle brutalité, une telle imprévisibilité un partenaire majeur qu’est la France », a-t-il ajouté, évoquant une « rupture de confiance » avec les Etats-Unis.

Interrogé sur le fait de savoir si le président Emmanuel Macron et son homologue américain Joe Biden s’étaient parlé, Jean-Yves Le Drian a répondu: « Pas à ma connaissance ».

« ÉNORME ERREUR »

Plus tôt samedi, l’ambassadeur de France en Australie, Jean-Pierre Thébault, avait déclaré que Canberra avait commis une « énorme » erreur diplomatique.

« Je pense que cela a été une énorme erreur, une très, très mauvaise gestion du partenariat – parce que ce n’était pas un contrat, c’était un partenariat qui était censé être basé sur la confiance, la compréhension réciproque et la sincérité », a-t-il dit à la presse.

De son côté, la Malaisie a exprimé samedi ses inquiétudes après l’annonce du nouveau partenariat de sécurité et de défense entre les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et l’Australie, disant redouter une course à l’armement nucléaire dans la région indo-pacifique où Pékin renforce son influence.

« Cela poussera d’autres puissances à agir également de manière plus agressive dans la région, en particulier dans la mer de Chine méridionale », a déclaré le bureau du Premier ministre de Malaisie dans un communiqué, sans mentionner ouvertement la Chine.

LA FRANCE VEUT DES EXPLICATIONS

L’Australie a dit regretter le rappel de l’ambassadeur de France et comprendre la déception de Paris. De son côté, un responsable de la Maison blanche a déclaré que les Etats-Unis s’emploieraient ces prochains jours à régler leurs divergences avec Paris.

« Ce n’est pas fini », a prévenu pour sa part Jean-Yves Le Drian samedi.

Le ministre des Affaires étrangères a indiqué que la France allait demander des explications à l’Australie alors que l’accord qui a été signé en 2016 avec Canberra « prévoit des clauses lorsqu’une des parties veut quitter l’accord ».

« Il y a des dispositions qui indiquent que d’abord, la partie qui veut rompre le fait savoir par écrit. Pour l’instant, nous n’avons pas reçu cette rupture de l’accord intergouvernemental », a-t-il dit sur France 2. « Et ensuite, il faut 12 mois de discussions pour aboutir à une rupture potentielle si une des deux parties veut rompre au bout de 24 mois », a expliqué le ministre.

« Nous allons donc agir pour demander des explications aux Australiens, pour savoir comment ils comptent eux-même respecter l’accord qu’ils ont eux-même signé ».

(Reportage Blandine Hénault)

Je fais un don
Pourquoi soutenir le Journal Chrétien?

 
Soutenir le Journal Chrétien, c’est faire naître et aider au développement d’un média affranchi de toute influence financière, industrielle ou politique. C’est un acte citoyen et chrétien.

Je fais un don pour le Journal Chrétien

Les commentaires sont fermés.

Inscription à la Newsletter