Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Journal Chrétien

L'actualité en continu

L’Afrique doit améliorer la sécurité routière pour assurer un développement durable

La croissance économique et le développement durable de l'Afrique sont menacés par les accidents de la route mortels évitables qui sont en hausse, ont noté vendredi les dirigeants africains des transports.
   Vendredi, à l'issue d'une conférence régionale de haut niveau d'une semaine sur le Programme de politiques de transport en Afrique (SSATP), les dirigeants ont déploré le mauvais bilan du continent en matière de sécurité routière et appelé à une action énergique pour relever ce défi.
   La conférence s'est déroulée du 25 au 29 novembre dans la ville de villégiature de Victoria Falls, au Zimbabwe, et a donné l'occasion aux pays membres de se réunir afin de façonner l'avenir du SSATP, qui vise à relever les défis les plus urgents dans le domaine du transport en Afrique et en ce qui concerne les questions politiques connexes.
   "Bien qu'elle soit la région la moins motorisée - avec seulement 2,3% des véhicules dans le monde - l'Afrique a le taux de mortalité routière le plus élevé du monde : 26,6 pour 100 000 habitants", a déclaré le SSATP dans un communiqué.
   Le SSATP a noté que chaque jour, 650 personnes meurent sur les routes d'Afrique, dont la moitié sont des usagers vulnérables comme les piétons, les cyclistes et les motocyclistes.
   La majorité des personnes tuées ont moins de 30 ans et le taux de mortalité des hommes est presque le double de celui des femmes.
   "Cela a de fortes implications pour les ménages car les hommes sont généralement les principaux soutiens de famille", a déclaré le SSATP.
   Alors que le Plan d'action pour la sécurité routière en Afrique 2011-2020 et la Décennie d'action des Nations Unies pour la sécurité routière arrivent à leur terme, il est essentiel de positionner le continent pour une action efficace en matière de sécurité routière après 2020 si l'Afrique veut réduire le nombre de tués sur ses routes et les impacts socio-économiques qui en découlent et entravent le développement du continent, selon la même source.
   Un responsable de la Banque mondiale, Benedict Eijbergen, a déclaré qu'en l'absence d'une action soutenue, les accidents de la route devraient devenir la septième cause de mortalité d'ici à 2030.
   Selon lui, les pays africains doivent intensifier leurs efforts pour sécuriser les routes du continent afin qu'elles deviennent un moteur de croissance durable, et non une perte socio-économique.
   Les réunions annuelles fournissent non seulement une plateforme pour discuter des progrès réalisés sur le continent, mais aussi servent de forum utile pour partager les connaissances, les leçons apprises et les expériences de réforme qui fonctionnent et transforment le visage du transport en Afrique, a déclaré Paolo Ciccarelli, représentant des donateurs du SSATP au sein de la Commission européenne.
   Bien que le SSATP soit en mesure de faciliter l'élaboration de solides politiques de transport, il incombe aux responsables des pays de tirer parti de ce qu'ils ont appris chez eux et de prendre les mesures nécessaires pour mettre en place un système de transport sûr, durable et fiable pour tous.
   "L'Afrique a besoin de nous tous pour conduire ce changement", a-t-il ajouté.

Je fais un don
Lire, écouter et étudier la Bible
TAGS:

Les commentaires sont fermés.

Inscription à la Newsletter