Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Je fais un don

Le Journal Chrétien

L'actualité en continu

Grande-Bretagne: Feu vert à la réintroduction de castors, disparus depuis 400 ans

          LONDRES (Reuters) - Le gouvernement britannique a officiellement autorisé jeudi la réintroduction de castors - une espèce disparue depuis plus de 400 ans - accordant son feu vert après qu'une observation menée pendant cinq ans a mis en évidence que les barrages qu'ils construisent permettaient préserver la faune et de réduire le risque d'inondations. 
          Chassé pour sa viande, sa fourrure et son castoréum, une sécrétion utilisée en médecine et en cosmétique, ce mammifère végétarien semi-aquatique avait disparu de Grande-Bretagne depuis plus de quatre siècles.
          Mais une famille de castors a été découverte en 2013 sur les berges de la rivière Otter dans le Devon, un comté rural du sud-ouest de l'Angleterre.
          D'abord menacés d'expulsion, ces castors, dont les conditions d'installation ne sont pas connues, ont finalement été autorisés à rester pendant cinq ans, ce qui a permis au fonds local pour l'environnement, le Devon Wildlife Trust, de mener une étude pour étudier leur comportement et leur impact sur l'environnement.
          Au cours de cette période, les rongeurs se sont reproduit et dispersés avec succès dans tout le bassin versant de la rivière, avec une population désormais estimée à 15 groupes familiaux.
          Dans l'intervalle, ils ont construit 28 barrages, qui, en améliorant les habitats des zones humides, ont bénéficié à d'autres espèces comme les poissons, les insectes, les oiseaux et les campagnols d'eau. 
          Ces barrages ont également réduit le risque d'inondation de certaines habitations.
          En conséquence, le gouvernement a annoncé jeudi que les castors seraient autorisés à demeurer dans leur nouvel habitat, et à prospérer naturellement sur leur aire de répartition. 
          Il s'agit de la première réintroduction légalement validée en Angleterre d'un mammifère sauvage qui avait jusqu'alors disparu.
          "C'est la décision gouvernementale la plus novatrice pour la faune sauvage d'Angleterre depuis une génération", a déclaré Peter Burgess, directeur de la conservation au Devon Wildlife Trust.
          "Les castors sont les ingénieurs de la nature et ils ont une capacité inégalée à insuffler une nouvelle vie à nos rivières et à nos zones humides."
          Si les rongeurs ont causé quelques problèmes localisés à un petit nombre de propriétaires terriens, ils ont été gérés avec succès, a précisé la fondation. Le gouvernement a déclaré qu'il allait lancer une consultation à l'échelle nationale sur la gestion de la réintroduction des castors.
          La rivière Otter, comme de nombreux autres cours d'eau du Devon, abrite également des populations de loutres. 
          <p />
          <p />
           (Estelle Shirbon, version française Kate Entringer, édité par Myriam Rivet)

Soutenir le journal Chrétien

A travers le monde, vous êtes des milliers à lire le Journal Chrétien quotidiennement, pour y retrouver quelque chose d’unique: une actualité, une dépêche, un témoignage, une méditation, une étude biblique ou d’autres ressources bibliques gratuites. C’est pourquoi il est si important que ce média chrétien demeure un service quotidien, gratuit et sans publicité. Cependant, un journalisme de qualité a un coût. Alors, pour que le Journal Chrétien puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au coeur de l’univers digital, votre soutien financier ponctuel ou régulier demeure indispensable. Je fais un don.

Le Journal Chrétien étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, vos dons sont déductibles des impôts à hauteur de 66%

Laisser un commentaire

Soutenez Bible audio

Le Journal Chrétien a lancé un projet d’étude biblique en ligne (bible.chretiens.info) comprenant des versions de la Bible, des dictionnaires et concordances bibliques, la Bible avec Strong grec et hébreux, et plein d’autres surprises.

Pour plus d'information, cliquez ici.

Inscription à la Newsletter