Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Je fais un don

Le Journal Chrétien

L'actualité en continu

Une famille se préparait au derniers adieux, mais Dieu a fait un miracle

Lorsque les médecins ont demandé à la famille de Sandra qui a développé un Syndrome de détresse respiratoire aigu de se préparer à faire ses derniers adieux, près de 1000 intercesseurs se sont relayés à son chevet pour implorer Dieu de la guérir. Et Dieu a fait un grand miracle…

Sandra et Roger Bretting sont mariés depuis plus de 30 ans et ont deux filles. Une nuit, alors que Roger était en voyage d’affaires, Sandra est tombée gravement malade. Leur fille Dana avait 17 ans à l’époque.

« Je me suis réveillée au milieu de la nuit et j’ai entendu des cris. Elle a juste dit quelque chose comme : « Quelque chose ne va pas, quelque chose ne va pas. J’ai commencé à vomir un tas de choses. » Mais elle disait quelque chose comme : « Je crois que j’ai besoin d’aller aux urgences. » Dana continue : « Voir quelqu’un que tu aimes tant tomber malade si vite. Et savoir que chaque décision que je prends à ce stade, est assez critique. Hum, au point de me demander si je dois appeler le 911 ? »

Dana a bravé les routes glacées et a conduit sa mère aux urgences pendant que son père prenait un vol de retour.

Sandra avait une obstruction liée à un calcul rénal causant une grave infection. Les médecins ont prévu d’insérer un stunt pour drainer l’infection.

Le Dr Ekeruo, l’urologue qui a traité Sandra, se souvient de son cas : « Dès que je suis entré, que j’ai placé le tube et que j’ai dépassé le point d’obstruction, il y avait beaucoup de pus et de débris, et tout semblait embrouillé. Cela semblait sombre, et il semblait que cela durait depuis quelques jours et que c’était juste au point de basculer.

Son mari Roger, enfin à ses côtés, a dit : « Je prie pour que les médecins trouvent une solution ici. Ils m’ont dit qu’elle avait une septicémie et qu’ils cherchaient l’infection bactérienne qu’elle avait et le bon antibiotique, mais son état continue à se détériorer ».

Après l’opération, Sandra a été transférée aux soins intensifs et a développé un Syndrome de détresse respiratoire aigu, un type d’insuffisance respiratoire mortelle qui rend difficile la ventilation assistée d’un patient.

Ce diagnostic a vraiment secoué Roger : « Je sais ce qu’était le ARDS. Mon meilleur ami en est mort à l’âge de 27 ans il y a de nombreuses années. Je suis assis là à penser que c’est une mauvaise nouvelle. C’est – c’est à peu près aussi mauvais que ça peut l’être ».

Le Dr Ekeruo réfléchit :

« Elle prend des médicaments pour la maintenir dans le coma, pour la détendre. Les appareils respiratoires l’aident à respirer. À un moment donné, l’équipe des soins intensifs a pensé qu’elle n’allait pas s’en sortir et a même demandé à son mari d’informer les membres de sa famille de venir passer les dernières minutes avec elle ».

En larmes, Roger déclare : « J’ai dû sortir et passer un coup de fil à ma fille de 17 ans, qui est à la maison, et ensuite j’ai dû réveiller mon autre fille à Dallas. Il est 4h30 du matin et je lui ai dit : « Ecoute, tu dois – tu dois venir. Tu dois venir voir ta mère ». Et c’est un endroit difficile. »

Sa fille Dana se souvient sommairement :

« Je savais que les choses étaient très sérieuses. En tant que famille, nous devions peut-être nous préparer à nous dire au revoir parce qu’aucun médicament ne pouvait guérir cela sauf si le Seigneur répondait à cette prière. Et finalement, savoir que Sa volonté va être faite et que, de toute façon, Sa volonté est parfaite. Et j’allais devoir lui obéir ».

Roger parle à peine : « La partie la plus difficile, en dehors du fait de voir ta femme mourir après 30 ans de mariage, est probablement de voir ta fille de 17 ans qui a toute sa vie devant elle voir sa mère mourir. »

« C’est dur, et ça me fait mal de dire cette prière, mais je vais prier », dit Dana. « Premièrement, j’aimerais que tu guérisses ma mère. J’aimerais que chaque résultat commence à redevenir positif, Seigneur, mais j’aimerais davantage que tu me donnes l’obéissance de te faire confiance. “

Roger revient sur cette période de désespoir : « J’étais au plus bas. Totalement au fond. Non, je n’avais pas beaucoup d’espoir. Et c’est là que j’ai envoyé le message, après avoir appelé mes filles, j’ai envoyé un message à un ami et j’ai dit : « Écoutez, vous savez, si jamais vous deviez prier, priez maintenant. Sandy ne va pas bien. Elle ne va pas s’en sortir. »

Dana a trouvé du réconfort dans les prières des communautés « Je veux dire, j’ai tout de suite su que les gens priaient si fort parce qu’ils ont tout laissé tomber pour venir de notre côté. Les gens doivent travailler, les gens ont laissé toutes les responsabilités qu’ils avaient, pour venir et être avec nous. Chaque fois que j’entrais ou sortais de l’USI, j’étais comme enveloppé d’une équipe de 30 personnes. Et j’aime l’appeler « Home Team » parce que c’était vraiment une équipe à domicile qui se battait.

Roger fait allusion à un certain espoir : « Vous savez, il s’avère que des milliers de personnes ont prié. Les gens se présentaient dans la salle d’attente des soins intensifs. Le soutien était incroyable ».

« Il y a eu un jour où nous avons vu un peu d’espoir, et nous avons ressenti que, d’accord, c’est ici qu’il y a un peu d’air. » Le Dr Ekero déclare chaleureusement : « alors le traitement fonctionne, ses poumons commencent à s’ouvrir, et c’était comme une lueur d’espoir en cette période vraiment sombre et difficile pour la famille. »

Sandra a entamé un rétablissement spectaculaire et après dix jours d’hospitalisation, elle a été autorisée à rentrer chez elle.

Le Dr Ekeruo a même été impressionné par les guerriers de prière : « Je me souviens que dans la salle d’attente, c’était comme une petite église. Je pense qu’un jour, ils étaient 50 ou 40, et j’étais époustouflé. Parce qu’honnêtement, sans les prières et sans l’aide de toute l’équipe, je ne pense pas qu’elle aurait pu y arriver. Et honnêtement, j’ai vu des cas où tout est bien fait, et les patients ne s’en sortent pas. Donc un cas comme celui-ci qui était vraiment avancé, et où elle a pu s’en sortir, je pense qu’on peut dire que c’était un miracle ».

Soulagée d’être rentrée chez elle, Sandra dit :

« J’ai appris beaucoup de choses sur la prière. L’une d’entre elles était, vous savez, d’aller à Dieu en premier, de ne pas aller à Dieu en dernier. Parce qu’en tant que notre Père, il veut nous entendre tout au long du processus, pas seulement quand il y a un traumatisme, pas seulement quand nous sommes au point critique. Mais si nous avons cette relation avec Lui, il est tellement plus facile de se rabattre sur cette relation et de dire : « Ok, je suis entre les mains de Dieu maintenant ».

« Je suis tellement reconnaissante que le Seigneur écoute nos prières », dit Dana. « Et je suis si reconnaissante d’avoir été témoin d’une réponse à la prière. »

Avec gratitude, Sandra déclare : « Je pense que ma foi s’est encore accrue parce que chaque matin, maintenant, quand je me lève, je me fais un devoir de dire : « Merci Seigneur pour ce jour de plus ». Et je pense à toutes les choses que je verrai à l’avenir et que je n’aurais pas pu voir autrement ; un tel cadeau. Alors oui, Dieu m’a vraiment béni. Et encore une fois, je ne sais pas pourquoi Il m’a béni et pas les autres de cette façon, mais je suis juste reconnaissant qu’Il l’ait fait ».

Roger sourit : « La prière, ça marche, vous savez. Pour tout survivant de tout type de traumatisme médical, vous savez, la prière fonctionne. Dieu fait des miracles. »

Version originale : « Thousands Pray for Woman with ARDS Diagnosis » par Shannon Woodland et Karl Sutton The700Club/CBN News. Traduit en français par Isabelle Goepp

Copyright © CBN (Christian Broadcasting Network). Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cet article (texte, photos, logos, vidéos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par CBN. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit.

Soutenir le journal Chrétien

A travers le monde, vous êtes des milliers à lire le Journal Chrétien quotidiennement, pour y retrouver quelque chose d’unique: une actualité, une dépêche, un témoignage, une méditation, une étude biblique ou d’autres ressources bibliques gratuites. C’est pourquoi il est si important que ce média chrétien demeure un service quotidien, gratuit et sans publicité. Cependant, un journalisme de qualité a un coût. Alors, pour que le Journal Chrétien puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au coeur de l’univers digital, votre soutien financier ponctuel ou régulier demeure indispensable. Je fais un don.

Le Journal Chrétien étant un service de presse en ligne reconnu par le Ministère de la Culture, vos dons sont déductibles des impôts à hauteur de 66%

Laisser un commentaire

Soutenez Bible audio

Le Journal Chrétien a lancé un projet d’étude biblique en ligne (bible.chretiens.info) comprenant des versions de la Bible, des dictionnaires et concordances bibliques, la Bible avec Strong grec et hébreux, et plein d’autres surprises.

Pour plus d'information, cliquez ici.

Inscription à la Newsletter