Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Adhérer

Journal Chrétien

L'actualité en continu

Covid-19 : Dieu guérit un jeune chrétien juste avant la mise sous respirateur

Partager sur:

Le niveau d’oxygène de Vincent étant tombé au plus bas, les médecins ont demandé l’autorisation de le mettre sous respirateur. Sa mère s’est agenouillée dans la prière… Dieu a alors fait un miracle en élevant en un temps record son niveau d’oxygène… sous les yeux ébahis de son infirmière. 

« Nous nous tenions la main et nous priions », dit Jarolyn Moulder. « Et la nuit, je lui ai dis quelque chose comme : « Non, mon fils, regarde-moi, mon fils ! », quelque chose comme « respire au nom de Jésus, respire », tu sais quoi ? En même temps, Dieu est venu me dire quelque chose comme, tu sais, euh, tu sais, quelque chose comme « Concentre-toi sur moi, Jarolyn. N’abandonne pas. Je suis là. Je suis là. »

Jarolyn Moulder se battait pour la survie de son fils après la propagation du COVID-19 dans sa maison. Tout a commencé avec son mari Billy.

« Je n’ai jamais eu une douleur aussi intense auparavant, dit Billy, « il y avait beaucoup de liquide dans les poumons, vous savez, je devais attraper ça. Et-et la pneumonie dans les deux poumons. Et c’était – c’était dur. J’avais l’impression de cracher du feu. »

Après avoir souffert à la maison pendant plusieurs jours, Billy a été emmené en ambulance à l’hôpital. Leur fils Vincent qui a des besoins spéciaux a été admis quelques jours plus tard avec une température de 40,5 degré et une pneumonie. Le Dr Michael Helton était son médecin.

« Il avait des problèmes cardiaques et des glandes surrénales, nous savions qu’il avait déjà des difficultés lorsqu’il est arrivé avec le Covid et nous avons eu toute une bataille à mener lorsqu’il est entré pour la première fois à l’hôpital », explique le Dr Helton.

« C’était vraiment difficile pour moi de laisser Vincent là dans sa situation », dit Jarolyn. «Je ne sais pas si ce sera la dernière fois que je le verrai, vous savez, et tout ça. J’ai juste prié Dieu que euh, vous savez, pour qu’ils me permettent d’être avec lui, parce qu’ils auront du mal à le comprendre. »

« Heureusement, après une nuit de séparation, l’hôpital a permis à Jarolyn de rester avec lui car elle avait déjà été infectée par des symptômes bénins. »

Ils ont créé un environnement d’adoration et de prière dans sa chambre. Son infirmière Leona s’en souvient avec tendresse.

« Mais à chaque fois que tu entrais dans sa chambre, il disait : ‘ Dieu est bon. Dieu est puissant. ‘ Et je les entendais chanter dès le matin, leurs-leurs hymnes du matin et, vous savez, parler et prier et tout ! » dit Leona.

« Ils citaient toujours les Écritures, priaient ensemble et priaient pour moi et le personnel », dit le Dr Michael Helton. « Et c’était chouette. Il disait toujours que Dieu est bon et que Dieu va me guérir, toutes ces grandes choses qu’il disait tout le temps. La plupart des gens n’ont pas le genre de foi que les Moulders ont, c’était assez impressionnant. Plutôt génial. »

Mais même dans un environnement de foi, Vincent a dû se battre pour sa vie à chaque souffle. Le Dr Michael Helton dit :

« Son état a empiré assez rapidement. Et il, vous savez, on a dû utiliser un niveau d’oxygène très élevé pour continuer. Et nous avons pensé que nous allions devoir l’intuber. »

Jarolyn se souvient :

«C’est vraiment difficile pour moi de le voir avoir du mal à respirer mais, mais euh le voir ne pas abandonner et se battre, et-et toujours prier Dieu et demander à Dieu, vous savez, euh de l’aider. Et il a continué à l’adorer toujours, à dire à tout le monde à quel point Il est bon, et c’est ce qui, euh, m’a vraiment touché. »

Mais avec le niveau d’oxygène de Vincent dangereusement bas, les médecins ont demandé à Jarolyn la permission de l’intuber. Jarolyn explique :

«Le cœur lourd, j’ai quand même donné ma permission, parce que je ne suis pas médecin. Et alors je leur ai dit, d’accord, vous savez, et euh, je prie simplement Dieu. »

Alors que Vincent avait du mal à respirer, l’infirmière Leona a essayé une fois de plus d’augmenter son niveau d’oxygène – avant de le transférer dans une unité spécialisée pour l’intubation. Elle  déclare :

« Il était sous Vapotherm et il était complètement épuisé, soit 40 litres à 100%. Euh, sa mère était assise là, et je ne pouvais tout simplement pas faire monter son oxygène au-delà de 85, 86. Je me sentais vaincue d’une certaine manière. »

Jarolyn s’est agenouillée sur le sol et a demandé à Dieu d’intervenir au nom de Jésus.

J’ai dit :

« Mon Dieu, je sais que tu sais que j’aime mon fils, mais je sais que Tu l’aimes encore plus. Et Tu as toujours été là pour lui, depuis qu’il est bébé. Tu as fait tellement de miracles dans sa vie. » Et alors j’ai dit : « Mais, si c’est Ta volonté, prolonges sa vie. »

Son infirmière Leona a ensuite assisté à la prière exaucée. « Et elle est tombée à genoux et a commencé à prier », raconte Leona.

«Et j’ai regardé à la rapidité de la réponse et j’ai dit : ‘Tu vois ça ?’ Et son oxygène, c’est pas un mensonge, ça me donne encore la chair de poule, son oxygène est passé à 85, puis 86, 87, 88, 89… 90 et puis est resté au-dessus de 90 tout le reste du temps. C’était à couper le souffle. Parce que je n’ai jamais vu Dieu travailler aussi vite. Je veux dire, Il a travaillé vite ! »

Jarolyn se souvient :

«J’ai juste ressenti la paix après avoir prié. J’avais l’impression que Dieu venait de me serrer dans ses bras et de me dire quelque chose comme, tu sais, euh : « Ça va aller, ma fille. Ça va bien se passer. »

À partir de ce moment, Vincent a commencé à respirer normalement et n’a plus eu besoin d’oxygène.

L’infirmière Leona se souvient :

« Je n’ai jamais été témoin d’un événement miraculeux de ma vie. Et ainsi, je veux dire, Dieu est bon. Dieu est complètement bon à travers cela. »

Le Dr Michael Helton dit :

« Je pense que Dieu s’est vraiment montré grand pour lui. Je veux dire, je pense que c’était définitivement la main de Dieu sur sa vie et le pouvoir de la prière dans sa vie a vraiment eu un impact. Grâce à la prière et à l’intervention de Dieu, il a pu éviter le respirateur et – et la situation s’est inversée, vous savez, il va très bien maintenant. »

Après 23 jours, Vincent a quitté l’hôpital sans COVID. Billy et Jarolyn ont également récupéré. Les Moulders se disent honorés que Dieu leur ait donné cette réponse incroyable à la prière et la partage partout où ils le peuvent.

Billy déclare :

« Nous étions une famille ayant la foi avant. Mais quand vous voyez un miracle se produire dans votre vie de vos propres yeux, cela-cela l’amène à un tout autre niveau. »

« Dieu est bon. Il m’a guéri et m’a rendu visite dans cet hôpital. Il m’aime, Jésus m’aime », dit Vincent.

« C’est la période la plus difficile de notre vie et la plus dure, mais c’est aussi la plus, la plus – incroyable – cette sensation de euh faire l’expérience de Dieu, vous savez, juste devant vos yeux », dit Jarolyn.

Version originale : « Battling COVID-19 with Prayer » par Robert Hull/700 Club Producer – CBN News traduit par Isabelle Goepp

Copyright © CBN (Christian Broadcasting Network). Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cet article (texte, photos, logos, vidéos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par CBN. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit.

Vous appréciez nos publications? Soutenez-nous !

Le Journal Chrétien est un média indépendant, gratuit et sans publicité, animé par des journalistes professionnels, qui a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs. L’information, même en accès libre, a un coût. Nous avons besoin de votre soutien pour poursuivre notre mission. Pour plus d’information, cliquez ici.

Les commentaires sont fermés.

Adhérez au Journal Chrétien

Le Journal Chrétien est un média indépendant, gratuit et sans publicité, animé par des journalistes professionnels, qui a besoin du soutien de ses lectrices et lecteurs. L’information, même en accès libre, a un coût. Adhérez à nos publications...

Pour plus d'information, cliquez ici.

Inscription à la Newsletter