Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Chrétiens

Chrétiens persécutés

Notre cœur face à La lumière de Sa révélation

Si nous pouvions voir l’état du cœur de l’Homme, nous nous rendrions compte à quel point il est compartimenté. Depuis notre plus jeune âge nous avons appris à nous défendre et à nous protéger de ce qui pouvait heurter nos cœurs. Il existe en lui tout un tas de mécanismes d’auto-défense face à l’adversité ou l’injustice.

Que nous soyons éveillés ou endormis, notre cœur reçoit un flux constant de pensées. Nous sommes en dialogue intérieur permanent, aiguillé soit par ce que nous voyons ou ce que nous entendons. Sur le plan naturel, c’est le monde extérieur qui influence notre monde intérieur. Notre cœur est le centre de notre moi, de nos pensées, de notre être intérieur, il est secret, profond. Ce qui s’y trouve, seul nous pouvons le savoir, nul homme n’y a accès. Toutes nos joies, toutes nos souffrances, toutes nos victoires, toutes nos blessures, toutes nos ambitions, tous nos échecs s’y trouvent.

Ce cœur peut être disposé au mal (Gn 6 v 5). Il peut être endurci (Ex 7 v 13) ou alors disposé au bien (Ex 35 v 26). C’est également le réceptacle de nos sentiments. Il peut être amer (Gn 26 v 35), s’enfler d’orgueil (Deut 8 v 14), se réjouir (Ex 4 v 14), se fortifier (Gn 18 v 5), être abattu, être affligé (Gn 6 v 6). C’est également un lieu où on se parle à soi-même. (Deut 8 v 17) Il peut être droit (Ps 64 v 10), pure (Mat 5 v 8), il peut se détourner (Jer 17 v 5), il peut reconnaitre (Deut 8 v 5), il peut produire des résolutions (Jg 5 v 15), des délibérations (Jg 5 v 16), prendre parti, faire des choix, s’ouvrir à quelqu’un ou se fermer (Jg 16 v 17).

Il est l’interface entre notre âme et notre esprit. C’est pourquoi notre cœur est si important et qu’il a besoin d’être pris en haute considération.

Le Proverbe 4 v 23 nous déclare :

« Garde ton cœur plus que toute autre chose, Car de lui viennent les sources de la vie. »

Ce verset n’est pas à prendre à la légère. Il nous en dit long sur l’importance du rôle de notre cœur dans nos vies. Ce cœur ne peut être laissé, ou plutôt délaissé sans en subir les conséquences. Un cœur qui n’est pas gardé est exposé. Si nous n’y prenons pas garde, il peut méditer le mal, accueillir la perversion, s’incliner dans la mauvaise direction, concevoir des projets contraires à la volonté de Dieu.

Il est dans notre intérêt de garder nos cœurs dans un état de pureté afin de continuer à marcher sur ce chemin qui un jour nous permettra de voir Dieu : « Heureux ceux qui ont le cœur pur, car ils verront Dieu ! » (Mat 5 v 8)

Notre cœur et le monde de nos pensées sont intimement liés. Le flux de nos pensées influence l’état de notre cœur. Ce dernier est comme un champ agricole qui recevrait des semences. Il reçoit des pensées et les accepte ou les refuse. Elles produisent un fruit donnant la paix ou l’angoisse, l’amour ou le jugement, l’endurcissement ou la tendresse, la vie ou la mort. C’est la raison pour laquelle l’apôtre Pierre nous encourage à ceindre les reins de nos pensées (1 P 1 v 13). C’est à dire, littéralement de mettre une ceinture autour de nos pensées comme si elles étaient un corps et de les serrer afin  de ne pas nous laisser entrainer par ce flux d’images, de sentiments qui pourraient conduire notre cœur dans une mauvaise direction ou une mauvaise disposition.

Dernièrement, j’ai eu l’occasion de recroiser le chemin d’une personne qui m’avait fait souffrir il y a quelque temps dans le cadre d’un désaccord profond. J’ai pu observer l’état de mon cœur en croisant son regard. J’ai été spectateur de ce mécanisme d’auto-défense naturel conduisant au début de l’endurcissement de mon cœur envers cette personne. Et alors que je constatais l’état de mon cœur, le Saint Esprit me rappela que c’est au travers du brisement que l’œuvre de la croix de Jésus Christ se réalise. Il me rappela que nous sommes appelés à aimer et non à juger, que nous sommes appelés à nous considérer nous-même comme mort au péché (Rom 6 v 11), que ce vieil homme, cette chair, ne se soumettra jamais à la loi de Dieu car elle en est incapable (Rom 8 v 7), et que c’est en laissant agir cette œuvre de la croix en nous, en nous identifiant aux souffrances de Christ, que le Père nous transforme de Gloire en Gloire formant ainsi l’image de Son Fils en nous.

C’est pourquoi, au lieu de monter des murs de jugement et d’accusation, de justification ou de raisonnement, laissons toute la place à la Lumière du Saint Esprit. Élargissons nos cœurs afin de laisser la lumière de Sa révélation nous exposer, nous emmener à aimer au lieu de juger, à pardonner au lieu d’écraser, de libérer au lieu d’emprisonner.

Paul déclare en s’adressant aux Corinthiens que c’est parce que la mort agit en nous que la vie agit en vous. (2 Co 4 v 12)

Laissons la puissance de Sa lumière agir dans nos cœurs afin que nous soyons transformés par l’action de Son Esprit. Laissons-Le opérer en nous pour ne plus avoir des cœurs durs comme de la pierre où tout en nous n’est que légalisme et jugement mais plutôt accueillons Le pour attendrir nos cœurs afin qu’il imprime en nous sa loi de l’esprit et de vie afin que règne Sa Grâce.

« Car auprès de toi est la source de la vie ; Par ta lumière nous voyons la lumière. » Ps 36 v10

Voir aussi :

Laisser un commentaire

Abonnez-vous à la chaîne évangélique Chrétiens TV sur Youtube pour être informé(e)s de la mise en ligne de nouveaux clips de louange et d'adoration.

S'abonner

Inscription à la newsletter

%d blogueurs aiment cette page :