Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Chrétiens

Chrétiens persécutés

Emmanuel Macron : L’Otan est « en état de mort cérébrale »

L’Otan est « en état de mort cérébrale », déclare Emmanuel Macron dans un entretien publié jeudi dans The Economist.

Le président français, qui estime que l’Europe est « au bord du précipice » dans le cadre géopolitique actuel, invite ses partenaires à « se réveiller » afin de conserver le « contrôle de la destinée » du continent.

Le désengagement des Etats-Unis – qui « nous tourne le dos » – sur la scène internationale contraint les Européens à « réévaluer la réalité » de l’Alliance atlantique aujourd’hui, souligne Emmanuel Macron dans des propos traduits de l’anglais.

Pour la première fois, dit-il, un président américain « ne partage pas l’idée que nous nous faisons du projet européen ».

Il juge ainsi que se pose désormais la question de la pertinence de l’article 5 du traité de l’Atlantique-Nord qui a présidé à la création de l’organisation en 1949. Prié de dire s’il croit en l’efficacité de ce dispositif, il répond : « Je ne sais pas, mais que signifiera l’article 5 demain? »

Cette disposition stipule qu' »une attaque armée contre l’une ou plusieurs d’entre elles [des parties], survenant en Europe ou en Amérique du Nord, sera considérée comme une attaque dirigée contre toutes les parties ».

En conséquence, est-il écrit, « elles conviennent que, si une telle attaque se produit, chacune d’elles, dans l’exercice du droit de légitime défense, individuelle ou collective, reconnu par l’article 51 de la Charte des Nations unies, assistera la partie ou les parties ainsi attaquées ».

« Si nous ne nous réveillons pas (…) il y a un risque considérable que nous disparaissions géopolitiquement à long terme, ou du moins que nous ne contrôlions plus notre destinée. Je crois en cela très profondément », réaffirme le président français.

Ce sursaut, estime-t-il, passe par le développement d’une véritable « souveraineté militaire » et la relance du dialogue avec la Russie. Ne pas le faire serait « une faute énorme », selon Emmanuel Macron.

L’hebdomadaire britannique précise que l’interview s’est déroulée le 21 octobre à l’Elysée.

(Sophie Louet et Jean-Stéphane Brosse, édité par Jean-Michel Bélot)

A lire aussi:

Emmanuel Macron

OTAN

Laisser un commentaire

Abonnez-vous à la chaîne évangélique Chrétiens TV sur Youtube pour être informé(e)s de la mise en ligne de nouveaux clips de louange et d'adoration.

S'abonner

Inscription à la newsletter