Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Chrétiens

Chrétiens persécutés

En voyant la guérison de sa femme par Jésus, un Vietnamien se convertit

Après avoir vu Jésus guérir totalement sa femme qui souffrait d’une paralysie suite à la prière des chrétiens, Dao Sanh, un riziculteur vietnamien, va accepter Christ dans sa vie et être à l’origine de l’implantation de plus de 60 églises en une seule année dans son pays.

Une nuit d’août 1996, Han, la femme de Dao Sanh s’est plainte de douloureux maux de tête, raison pour laquelle elle s’était couchée tôt. Il a été réveillé à l’aurore par ses gémissements et ses convulsions violentes.

Han était paralysée totalement du côté droit de son corps. Dao Sanh se précipita alors à l’autre bout du village pour chercher des moines bouddhistes qui l’accompagnèrent chez lui. Pendant deux jours, ils firent des prières et des mantras, mais sans résultat, la situation de Han alla plutôt en empirant.

Une situation très difficile personnellement, puisque Dao Sanh devait s’occuper de leurs trois jeunes enfants et économiquement puisque habituellement, il devait être dans les champs toute la journée.

Mais quelques jours plus tard, les chrétiens sont arrivés, ont annoncé l’Évangile et ont demandé si quelqu’un dans le village avait besoin de prière et se sont rendus chez Dao Sanh. Malgré le fait que le fermier ne comprenait rien à cette religion, il les a conduit jusqu’à Han, et les chrétiens ont prié pour elle.

Trois jours plus tard, elle a été guérie. Dao Sanh et Han sont allés chercher les chrétiens en leur demandant de leurs nouvelles. Touchés par le message de la Bonne Nouvelle du Salut en Jésus, ils n’ont pas tardé à l’accepter comme Sauveur et Seigneur et étudiaient le Nouveau Testament.

Dans la région nord-ouest de Hanoi où Dao Sanh habitait, parmi les bouddhistes, le christianisme n’était pas le bienvenu. Mais Dao Sanh a senti l’appel à prêcher l’évangile aux centaines de villages de cette région. Il n’avait aucune idée de comment commencer, alors il est allé au marché et a prêché.

Au début, il était ignoré ou ridiculisé. Les gens le voyaient comme un fou, un fanatique. Mais motivé par sa passion pour Jésus et la passion de Jésus pour les perdus, il a persévéré et a commencé à attirer un public. Certains ont commencé à écouter et à interroger, et il a pu raconter le témoignage de la guérison miraculeuse de Han.

Et peu à peu, de plus en plus de personnes étaient intéressées et il a commencé une réunion hebdomadaire de l’église chez lui. Et puis une nuit, deux policiers ont frappé à sa porte. Ils ont déclaré que certaines personnes s’étaient plaintes, et après l’avoir menacé de représailles, Dao Sanh leur a montré la porte, puis s’est mis à genoux pour prier.

Le lendemain, il se tenait à son endroit habituel, proclamant le nom avant tous les noms, poussant le Nouveau Testament entre les mains des gens qui passaient devant eux, parlant de miracles, du seul vrai Dieu. Au bout de trente minutes, il avait une foule nombreuse et certains écoutaient.

Et puis il a vu le fourgon de police arriver au coin de la rue à une centaine de mètres et son cœur s’est affaibli. Ils ont traversé la foule et se sont arrêtés devant Dao Sanh. Alors qu’ils l’entraînaient, il prêchait toujours.

Enfermé dans une cellule froide, ils lui ont offerts de le libérer s’il renonçait à sa fausse religion. Mais Dao Sanh a tenu ferme, et les autorités l’ont gardé en prison pendant 9 jours avant de le relâcher avec l’avertissement de ne plus prêcher.

Dao Sanh en a parlé avec Han et ils ont prié, il a continué à prêcher, à été à nouveau arrêté, emprisonné… tandis que le nombre de croyants croissaient en nombre.

Il a amené de nombreux villages dans le Seigneur, mais il a découvert au fil des ans là où le royaume grandissait le plus, c’était pendant son emprisonnement. De nombreux prisonniers libérés ont retrouvé de nouvelles vies en tant qu’hommes nouveaux, renaissant dans le Christ et prêts à servir et à faire grandir le royaume, chacun d’eux racontant de puissantes histoires de la transformation que Dieu avait opérée en prison.

Dans le système pénitentiaire, Dao Sanh a commencé des cultes réguliers et des études bibliques. Pendant près de 14 ans, ce chrétien zélé a ainsi passé de la liberté à la prison et inversement… mais les autorités pénitentiaires ont fini par se lasser de lui et les lois sur la religion se sont assouplies au Vietnam.

Un après-midi, les prières de Dao Sanh ont été interrompues lorsque la porte de sa cellule a été ouverte et s’est ouverte. C’était le gardien de prison.

« Viens. Le gardien veut te voir. Pourquoi ? » demanda Dao Sanh, surpris. « Comment pourrais-je savoir ? » répondit le garde.

Cela ne pourrait pas être bon. Il n’avait rencontré le gardien qu’une seule fois. Ce doit être une nouvelle punition. Alors qu’il se dirigeait vers le bureau du gardien, il pria. En entrant dans son bureau, le gardien a interrogé Dao Sanh pendant quelques secondes.

« Asseyez-vous » dit-il. Dao Sanh le fixa sans bouger. « Asseyez-vous » répéta-t-il. Il s’est assis.

« Vous êtes dans cet endroit depuis longtemps », commença le gardien. « Tu n’as pas été un prisonnier facile. Les règles ne s’appliquent pas à vous, apparemment. »

« Monsieur … » commença Dao Sanh. Mais le gardien leva la main pour le faire taire.

« Si vous êtes libéré  », dit-il prudemment, « reviendrez-vous à votre prédication chrétienne ? » Dao Sanh avait été emprisonné dans cet endroit pendant presque un an. Il était désespéré d’être avec sa famille. Mais il ne pouvait pas renier son Seigneur.

« Je vais prêcher Jésus, oui » répondit-il, le cœur brisé.

Le gardien acquiesça, puis attrapa un morceau de papier sur le côté de son bureau. « J’ai ici un certificat, une licence. Cela vous permet de pratiquer votre religion sans entrave. »

Dao Sanh n’en croyait pas ses oreilles. « À Hanoi ? » demanda-t-il, à bout de souffle. « Au Vietnam », a répondu le gardien.

Soudainement, après quatorze ans de lutte pour apporter l’évangile dans son propre village, le Vietnam tout entier fut son champ de mission. Il n’avait aucune idée par où commencer. Mais le Seigneur savait, parce que c’était son plan depuis toujours.

Dao Sanh savait une chose à coup sûr. il devait amener Jésus dans les villages. C’est en prêchant dans un village qu’il a rencontré un missionnaire. Il a dit à cet homme sa passion d’amener les bouddhistes au Christ, et le missionnaire a raconté à Dao Sanh qu’un homme au Cambodge qui était en train de le faire.

Il s’appelait Taran et travaillait pour un ministère appelé Big Life. Ils ont communiqué par courrier électronique et, fin 2011, le réalisateur sud-asiatique, Benjamin Francis, s’est rendu de Kolkota à Hanoi pour rencontrer Dao Sanh.

Le Seigneur implantera soixante nouvelles églises au cours de la seule année à venir par l’intermédiaire de ce paysan simple mais fidèle.

Laisser un commentaire

Abonnez-vous à la chaîne évangélique Chrétiens TV sur Youtube pour être informé(e)s de la mise en ligne de nouveaux clips de louange et d'adoration.

S'abonner

Inscription à la newsletter