Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Chrétiens

Chrétiens persécutés

Des chrétiens se rassemblent tous les matins depuis 5 ans pour prier

Sur la Place de la Liberté à Kharkov, tous les matins et quelle que soit la météo, des chrétiens Ukrainiens se rassemblent pour prier pour leur pays… et cela depuis 5 ans. Quel sentiment anime le cœur de ces intercesseurs fidèles ?

« Je le fais depuis trois jours seulement, alors que mes amis ukrainiens le font tous les jours depuis cinq ans », rapporte à God Reports le chrétien venu de la République Tchèque pour visiter le pays.

De la neige, un vent glacial mordant le visage, contrastait avec les grands sourires et poignées de mains chaleureuses que ce chrétien tchèque a reçu en arrivant sur la place de la Liberté à Kharkov en Ukraine.

Mais quelle est l’origine de ce mouvement qui dure depuis 5 ans maintenant ?

Après 23 années de liberté religieuse, lorsque en 2014, des chars, des fusils et des hommes masqués sont apparus dans les rues de Kharkov, les Ukrainiens se sont souvenus des ténèbres spirituelles qui assombrissaient leur pays sous le règne des communistes.

A cette époque, les églises et les activités évangéliques étaient interdites. Les Ukrainiens qui prêchaient, enseignaient à partir des Écritures et partageaient l’Évangile étaient forcés à la clandestinité et gravement persécutés. Deux générations d’enfants avaient grandi et appris à l’école qu’il n’y avait pas de Dieu. Après la seconde guerre mondiale, les baptistes et autres croyants protestants de l’URSS étaient obligatoirement envoyés dans des hôpitaux psychiatriques, contraints de subir des procès et des emprisonnements et étaient même privés, dans certains cas, de leurs droits parentaux.

Face à la menace de voir revenir dans le pays cette période de ténèbres, les pasteurs et les responsables évangéliques ont lancé un appel à se réunir, tous les matins à 7 heures, sur la place de la ville, pour mener une bataille spirituelle. 153 à 200 chrétiens ont répondu à cet appel afin de lutter pour leur liberté de culte, pour pouvoir continuer à se réunir en tant qu’églises, pour prier publiquement et continuer à pouvoir partager leur foi avec d’autres.

« Nous nous tenions sur nos genoux et nous avons dit : ‘Seigneur, nous ne savons pas quoi faire. Nos yeux sont sur toi, Seigneur. Le seul espoir était le Seigneur’, a déclaré le pasteur V, l’un des principaux organisateurs de la réunion de prière.

« A ce stade, je craindrais de ne pas prier », a déclaré le pasteur V. « Nous savons ce qui est en jeu. »

Après des années passées à prier et à payer le prix fort pour leur foi, Dieu a instauré la liberté de religion dans le pays. Depuis lors, l’Ukraine est devenue la ceinture biblique de l’Europe de l’Est. C’est le centre de la vie évangélique dans toute l’ex-Union soviétique, ouvrant la voie dans de nouvelles églises et envoyant des missionnaires.

En revanche, le territoire encore occupé de l’est de l’Ukraine adopte actuellement la même attitude envers les évangéliques que lors du règne communiste. À la suite de la prise de contrôle par les séparatistes en 2014, des églises évangéliques ont été fermées et menacées d’amendes dans les principales villes du territoire occupé.

Maintenant, quand ces frères et sœurs se rassemblent, ils prient pour ceux qui se trouvent dans la zone de guerre et pour une paix durable, sachant que cela ne viendra que si l’esprit de Dieu agit pour amener les gens à la repentance et à la foi en Jésus.

C’est pourquoi les Ukrainiens prient tous les jours, à genoux, quelle que soit la météo.

Joe Ragan et Linda Grey, qui servent à Kharkov en tant que missionnaires IMB, ont traversé les périodes les plus effrayantes de l’invasion et ont appris à prier au coeur de la tourmente. Ils ont beaucoup à nous apprendre sur le sujet.

Le mouvement de prière a commencé par la repentance

Ils ont commencé par la repentance. Lorsqu’en 2014, les chars ont envahi la place de la liberté à Kharkov, l’Eglise ukrainienne s’est sentie appelée à se réveiller et a été fermement convaincue de ne pas avoir déjà prié pour son pays et ses dirigeants. Au cours des vingt-trois années après la chute du communisme, l’enthousiasme s’était dissipé et l’église était rapidement devenue complaisante.

«Quand nous avons commencé à prier sur la place, je devais me repentir, car je n’avais pas prié pour notre président ou notre gouvernement. Parce que nous ne les aimions pas, nous n’avons pas prié, même si nous sommes chrétiens et que la Bible nous dit de prier », a déclaré Nadia, une femme de pasteur à Kharkov. « Maintenant, ils prient tous les jours pour ceux qui sont au pouvoir, qu’ils les aiment ou non. »

La prière en temps de paix

A cause des événements de 2014, les yeux des chrétiens se sont ouverts à la menace du danger et au privilège de la paix. S’ils ont prié frénétiquement pour se protéger du danger immédiat à l’époque, aujourd’hui, un groupe dévoué d’une vingtaine de personnes maintenant continue à se réunir pour prier, non seulement pour les bénédictions de Dieu, mais aussi pour le réveil dans leurs églises et dans leurs rues, afin que le nom de Dieu puisse être connu de tous les Ukrainiens.

La prière au milieu de pressions sociales ou politiques afin que cela cesse

Lorsque le groupe de prière a commencé en 2014, il a été menacé par des soldats et par la violence, ainsi que par des policiers qui ont déclaré qu’ils devaient se disperser ou être menacés de prison.

« Dans les premiers jours où nous avons commencé à prier sur la place, nous avions peur parce que nous savions que nous pourrions être battus », a déclaré Nina, une croyante orthodoxe fidèle depuis le début.

« Nous devons nous mettre à genoux et vaincre nos peurs », a déclaré Ivan, un homme de quatre-vingts ans qui se lève à 5 h 30 chaque matin pour se rendre sur la place et prier. « Vous devez comprendre que lorsque vous vous agenouillez dans la prière, de grandes choses se passent. Dieu nous a donné le pouvoir de vaincre la peur. »

Chercher Dieu ensemble au delà des dénominations

Deux des membres fondateurs de ce groupe de prière étaient un prêtre orthodoxe et le pasteur V, baptiste. La peur de la guerre a rassemblé les croyants de toutes les confessions d’une manière nouvelle et unique. Le pasteur V a dit que ces « amis de la prière » élargissaient leur monde chrétien et les aidaient à voir ce que Dieu faisait. Personne ne demande jamais à un nouvel intercesseur à quelle église il appartient. Tous sont les bienvenus. « L’Eglise s’est réunie et les chrétiens sont sortis ensemble », a déclaré Nina. « Sur la place, l’église est devenue une. »

L’encouragement des frères et soeurs pour continuer à prier

Malgré les longs itinéraires empruntés et le mauvais temps, ceux qui se réunissent chaque jour dépendent maintenant des encouragements et de la fraternité de la prière en commun. Les grands sourires, les câlins et les éclats de rire au sein du groupe montrent clairement que la joie est plus grande que les inconvénients. Pasteur V dit que la pratique est devenue une routine bien accueillie et un bon début de journée et les rend plus forts dans leur esprit.

Cette expérience a impacté le chrétien qui venait de la République Tchèque au point qu’il a décidé de rejoindre dès l’aube, sans plus se trouver l’excuse qu’il n’est pas du matin, un groupe de prière dans la capitale athée de son pays : Prague.

Une réponse à “Des chrétiens se rassemblent tous les matins depuis 5 ans pour prier”

  1. Alagbo kokou dit :

    Que le Seigneur les bénisse de toutes les richesses spirituelles et physiques.

Laisser un commentaire

Abonnez-vous à la chaîne évangélique Chrétiens TV sur Youtube pour être informé(e)s de la mise en ligne de nouveaux clips de louange et d'adoration.

S'abonner

Inscription à la newsletter