Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Chrétiens

Chrétiens persécutés

« Je ne me laisserai asservir par quoi que ce soit » (1 Corinthiens 6:12)

« Tout m’est permis, mais tout n’est pas utile ; tout m’est permis, mais je ne me laisserai asservir par quoi que ce soit. » (1 Corinthiens 6:12)
Paul a dit qu’un chrétien peut user de liberté pour des choses indifférentes. Certains en ont conclu qu’ils recevraient de l’indulgence. C’est pour cela que Paul dit que « tout n’est pas utile » pour le chrétien, et l’homme libre, mais appartenant à Christ, ne doit pas se retrouver sous le pouvoir d’un quelconque appétit, et « ne pas se laisser asservir. » Celui qui est asservi par quoi que ce soit n’est plus un homme libre, mais un serviteur, l’esclave du péché. Bien que toutes choses soient en notre pouvoir, nous ne devons pas être amenés sous leur pouvoir.
Paul réfute les slogans des libertins de l’Eglise de Corinthe. Leur mot d’ordre (« Tout m’est permis ») se retrouve dans 1 Corinthiens 10:23. Ils mettaient donc – comme les libertins modernes – les besoins sexuels sur le même plan que les autres besoins physiques. Paul leur répond que la vie sexuelle engage la personne tout entière, liée déjà au Christ ressuscité, et qu’elle ne saurait donc être compromise dans une union irrégulière.
Dans 1 Corinthiens 10:23, il ajoute aussitôt : « Mais tout n’est pas bon pour moi », ou : « tout ne me convient pas » (dans le sens de : ce qui convient (qui sied) à un chrétien). A la problématique du permis et du défendu se substitue celle de savoir ce qui est en accord ou non avec la vie nouvelle du chrétien transformé par l’Esprit (Voir Romains 7 à 8).

Laisser un commentaire

Abonnez-vous à la chaîne évangélique Chrétiens TV sur Youtube pour être informé(e)s de la mise en ligne de nouveaux clips de louange et d'adoration.

S'abonner

Inscription à la newsletter