Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Chrétiens

Chrétiens persécutés

Malgré la torture, des chrétiens érythréens refusent de renier Jésus

Un pasteur érythréen, aujourd’hui installé en Australie, a décrit comment les chrétiens sont enfermés à l’isolement dans des conteneurs, torturés, affamés et forcés de travailler dur dans les célèbres prisons érythréennes… malgré la persécution, ils tiennent fermes dans la foi en Jésus :

« Tout ce que vous voudrez, vous pouvez nous le faire, car nous sommes des chrétiens nés de nouveau », disaient-ils. Finalement, les gardes ont abandonné leur campagne de torture et les ont relâchés en disant : « Nous ne pouvons pas ne pas arrêter cette chose chrétienne. »

Selon BarnabasFund qui rapporte l’histoire de ce pasteur, Gabriel * (nom changé pour des raisons de sécurité) a été emprisonné pour la première fois en 1998 lorsqu’il a été arrêté avec sa communauté religieuse. Il a alors été détenu trois mois. Sa prochaine peine de prison était censée durer six mois, mais elle a duré finalement pendant trois années parce qu’il était pasteur.

Les conditions en prison étaient terribles, comme Gabriel l’a expliqué à BarnabasFund. Les détenus n’étaient en effet nourris avec de petites quantités d’aliments que toutes les 18 heures, alors qu’ils faisaient un travail manuel éreintant consistant à ramasser des pierres pour des matériaux de construction.

« Parfois, on casse les pierres avec un gros marteau. Vous entendez un craquement ici, dans votre dos, parce que tout le monde souffre de malnutrition », dit-il.

Les gardes ont fait preuve de discrimination à l’égard des croyants chrétiens, leur refusant tout traitement médical s’ils tombaient malades.

Comme d’autres chrétiens en Erythrée, Gabriel a aussi été détenu à l’isolement dans des conteneurs métalliques. Il explique combien cette période a été stressante pour lui, car dans la journée, la chaleur y était infernale, et il faisait un froid glacial la nuit.
Il a supplié les gardes de lui permettre de prendre des analgésiques, mais ils ont refusé.

Pasteur et diplômé en théologie, Gabriel a été victime de passages à tabac. Un jour, il a été ligoté sur ordre du colonel responsable de la prison qui l’a ensuite frappé à plusieurs reprises à la tête avec un bâton pendant près d’une heure ‘comme un âne’ devant 230 autres prisonniers ‘pour leur faire peur’.

Une infirmière sympathique qui soignait les blessures de Gabriel l’a exhorté à renoncer à sa foi chrétienne afin d’arrêter les passages à tabac, et de la reprendre à sa sortie de prison. Mais Gabriel refusa de renier le Seigneur qui avait donné Sa vie pour lui.

Il se souvient que d’autres chrétiens ont reçu un traitement similaire. Deux convertis qui avaient décidé de suivre le Christ alors qu’ils étaient en prison ont été battus pendant trois jours et torturés en se faisant asperger d’eau froide chaque nuit pour les punir, mais ils ont tenu bon dans leur foi.

« Tout ce que vous voudrez, vous pouvez nous le faire, car nous sommes des chrétiens nés de nouveau », disaient-ils. Finalement, les gardes ont abandonné leur campagne de torture et les ont relâchés en disant : « Nous ne pouvons pas ne pas arrêter cette chose chrétienne. »

Les bibles étaient interdites en prison et la découverte des Écritures entraînait des sanctions sévères. Gabriel se souvient comment les prisonniers chrétiens ont divisé une Bible et l’ont cachée sous leur literie. Ils ont été soutenus par le livre de l’Apocalypse, que Gabriel enseigna aux autres prisonniers.

Par moments, Gabriel luttait avec sa foi. Il a dit :

« Parfois tu te disputes avec Dieu, en disant pourquoi me laisses-tu traverser cette épreuve ? … Mais quand tu commences à lire la Bible, quand tu pries tous les jours, automatiquement ton esprit est touché, tu es dans la bonne voie – la voie que tu es censé suivre. »

Quelques années après sa libération, Gabriel a appris qu’il était prévu de l’arrêter à nouveau et a donc fui l’Érythrée pour le Kenya, avant de se réinstaller en Australie.

En Érythrée, depuis l’introduction des politiques d’enregistrement religieux en 2002, seules trois confessions chrétiennes sont légalement autorisées – catholique romaine, orthodoxe et luthérienne – ainsi que l’Islam sunnite. En juin 2019, les dernières victimes d’une répression gouvernementale en cours contre les chrétiens en Érythrée étaient des femmes, certaines enceintes, et des enfants arrêtés par les forces de sécurité lors d’un raid contre une église de la ville de Keren.

Laisser un commentaire

Abonnez-vous à la chaîne évangélique Chrétiens TV sur Youtube pour être informé(e)s de la mise en ligne de nouveaux clips de louange et d'adoration.

S'abonner

Inscription à la newsletter