Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Chrétiens

Chrétiens persécutés

Les épreuves de la vie

Lorsque nous passons par l’épreuve, que ce soit l’injustice, la maladie, la difficulté financière, le rejet, la calomnie ou encore la perte d’un être cher, nous ne devons cesser de fixer nos regards sur Jésus et de nous rappeler que nous ne sommes pas plus que le maitre.

Ésaïe 53 verset 10 nous déclare « Il a plu à l’Éternel de le briser par la souffrance… »

Alors que l’agneau de Dieu n’avait en lui aucune fraude ni aucune violence, il a tout de même dû prendre ce chemin de souffrance. Une autre version nous traduit « Mais il plut à l’Éternel de le meurtrir ; il l’a soumis à la souffrance. »

A l’image du maître, nous sommes également soumis à ce traitement de souffrance ici-bas et ce pour une bonne raison. Bien souvent, nous questionnons, nous nous indignons de notre situation… Mais qu’en est-il en réalité ? Réalisons-nous le traitement que le Seigneur est en train d’opérer au travers de cette circonstance que nous estimons être injuste ?

Tel un divin chirurgien, Dieu opère dans le secret de nos cœurs cette circoncision invisible qui produit en nous une souffrance qui mène à la mort afin que notre vieille nature soit crucifiée et que l’homme nouveau marche dans la liberté selon le règne de la loi de l’esprit de vie. Paul nous partage aux travers de son épitre aux Romains « qu’il n’y a pas de commune mesure entre les souffrances du temps présent et la gloire à venir qui sera révélée pour nous. » (Rom 8 v 18). C’est dans cette réalité qu’il nous faut marcher dans notre quotidien. Une réalité où ce que nous serons n’a pas été encore manifesté : « Bien–aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n’a pas encore été manifesté ; mais nous savons que, lorsque cela sera manifesté, nous serons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu’il est. » (1 Jn 3 v 2)

Nous ne sommes pas appelés à vivre selon l’esprit de ce monde où les critères principaux sont la force, la beauté, la sagesse, les richesses et le succès ; mais plutôt selon le renouvellement de notre intelligence afin de discerner quelle est la volonté de Dieu : « ce qui est bon, agréable et parfait. » (Rom 12 v 2) Oui, notre appel c’est d’être « transformés en la même image, de gloire en gloire, comme par le Seigneur, l’Esprit. » (2 Co 3 v 18) c’est à dire jusqu’à ce que l’image de Son Fils soit formée en nous. (Rom 8 v 29)

Le règne de l’esprit est une folie pour l’homme naturel car il va à l’encontre de sa logique et de sa volonté. « Car la folie de Dieu est plus sage que les hommes, et la faiblesse de Dieu est plus forte que les hommes. » (1 Co 1 v 25) Mais ce qui paraît être une faiblesse selon les critères de ce monde est bien plus fort que tous les critères que nous pourrions imaginer.

Lorsque nous passons par l’épreuve, nos fondations naturelles sont ébranlées, nos repères deviennent confus, notre orientation est déboussolée. Les raisonnements s’enchaînent, nous résistons car cette souffrance nous est insupportable, nous nous justifions car cette situation ne peut être de notre faute, nous accusons, car il nous faut un coupable afin de soulager notre peine.  L’apôtre Jacques nous ouvre les yeux sur l’attitude que nous devons avoir : « Quelqu’un parmi vous est–il dans la souffrance ? Qu’il prie. » (Jacques 5 v 13) La prière, voilà donc le chemin qui s’ouvre devant nous et qui est indispensable afin de laisser l’œuvre de l’esprit nous travailler, et ainsi laisser cette souffrance triompher de notre vieille nature.

Jésus, lui le Fils de Dieu, a eu besoin de prier pour pouvoir surmonter son épreuve : «  (…) il se jeta sur sa face, et pria ainsi : Mon Père, s’il est possible, que cette coupe s’éloigne de moi ! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux. » (Mat 26 v 39)

Ma prière, c’est qu’un jour je puisse pouvoir dire comme Paul que je rends grâce à Dieu pour toutes choses, (Eph 5 v 20) et ainsi voir l’œuvre inébranlable que Dieu souhaite accomplir en chacun de ses enfants s’accomplir en moi.

« Le Dieu de toute grâce, qui vous a appelés en Jésus–Christ à sa gloire éternelle, après que vous aurez souffert un peu de temps, vous perfectionnera lui–même, vous affermira, vous fortifiera, vous rendra inébranlables. » (1 Pi 5 v 10)

Laisser un commentaire

Abonnez-vous à la chaîne évangélique Chrétiens TV sur Youtube pour être informé(e)s de la mise en ligne de nouveaux clips de louange et d'adoration.

S'abonner

Inscription à la newsletter