Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Chrétiens

Chrétiens persécutés

Dieu fait toute chose belle en son temps – Ecclésiaste 3:11

« Il fait toute chose bonne en son temps ; même il a mis dans leur cœur la pensée de l’éternité, bien que l’homme ne puisse pas saisir l’œuvre que Dieu fait, du commencement jusqu’à la fin. » (Ecclésiaste 3 :11)

Dieu fait toute chose bonne en son temps

Le roi Salomon commence par affirmer que « Dieu fait toute chose belle » (ce qui rappelle Genèse 1 : Dieu vit que « tout était bon »). Il est vrai que la chute est intervenue entre temps, mais « la chute n’a pas terni leur beauté ». Toute chose est belle, « mais en son temps ».
En affirmant que Dieu fait toute chose bonne en son temps, Salomon ne veut pas nier la réalité du mal, mais il souligne que le mal n’est en aucune façon la faute de Dieu et, que si le mal et les malheurs affectent l’existence humaine, Dieu est aussi à l’œuvre pour faire du bien. Et il le fait en son temps : c’est donc qu’il maîtrise le temps et les circonstances, et ce, dans le but de faire du bien.

Dieu a fait toute chose belle en son temps

Parce que tout arrive au moment voulu de Dieu, tout rentre harmonieusement dans le grand ensemble des vues divines, et, dans ce cadre, tout acquiert une réelle valeur, une véritable beauté (Psaumes 104 :24 ; Romains 8 :28).
Dieu ne s’est encore jamais trompé de date et n’a jamais laissé passer le bon moment. Dieu ne commet pas d’erreur ! C’est la leçon que l’Eternel donne à Job après son épreuve lorsqu’il lui montre l’hippopotame et le crocodile (Job 40 :10-41 :26), deux spécimens de sa création, parfaits en leur genre, comme pour lui dire : « Tu crois que je ne connais pas mon métier de Dieu ? ».

Dieu a mis l’éternité dans le cœur de l’homme

L’éternité est un désir profondément inné, une compulsion, parce que l’homme a été créé à l’image de Dieu afin de pouvoir vivre éternellement. Ainsi, l’homme sait apprécier la beauté de la création (sur le plan esthétique), connaître la nature, la composition et la signification du monde (sur le plan scientifique et philosophique) et discerner sa raison d’être et sa destinée (sur le plan théologique).
L’homme possède la capacité innée de chercher et d’apprendre comment tout ce qu’il expérimente peut être intégré pour faire un tout. Il veut savoir comment la vie ordinaire quotidienne s’accorde avec la vie supérieure et éternelle qui viendra après ; comment vivre, manger, travailler et jouir du bonheur peut répondre à l’appel d’adorer, de servir et d’aimer le Dieu vivant ; et comment intégrer les sciences naturelles, sociales ou humaines dans ce tout. Mais dans toute cette ampleur et cette confusion, l’homme est frustré parce qu’il est vain de sélectionner une seule des nombreuses facettes de ce vaste univers de Dieu pour en faire l’essentiel de sa vie auquel il se donnera totalement lui-même.
C’est la raison pour laquelle tout ce qui est limité dans le temps (Ecclésiaste 2 :1-11) ne saurait nous satisfaire pleinement et de manière durable. Nous avons une aptitude pour les choses éternelles, nous nous préoccupons de l’avenir, nous voulons comprendre « du commencement à la fin » et nous percevons intuitivement que quelque chose transcende notre situation immédiate.

Personne ne peut comprendre du commencement à la fin l’œuvre que Dieu a faite

La dernière partie du verset dit que l’homme est incapable de saisir la totalité de l’œuvre accomplie par Dieu. Nul ici-bas n’est pleinement initié à la pensée de Dieu (Ésaïe 55 :8). L’homme ne peut avoir qu’une vision partielle du plan de Dieu et du but de la création.

Laisser un commentaire

Abonnez-vous à la chaîne évangélique Chrétiens TV sur Youtube pour être informé(e)s de la mise en ligne de nouveaux clips de louange et d'adoration.

S'abonner

Inscription à la newsletter