Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Chrétiens

Chrétiens persécutés

Témoignage d’un jeune chrétien malade du cancer a retrouvé l’espoir en Jésus

Christian, un jeune chrétien syrien de 20 ans atteint d’un cancer à un stade avancé, a retrouvé l’espoir en Jésus. Il a été profondément marqué par la foi ardente de sa mère qui lui a toujours rappelé la promesse biblique suivante : « Ne crains pas, car je suis avec toi (Esaïe 41 : 10). »

« Je suis un jeune chrétien dans la vingtaine. Comme mes semblables, j’aurais dû me réveiller chaque matin avec une soif de vivre inaltérable et croquer la vie à pleines dents. Mais la réalité a longtemps été fort différente. »

La détresse et la misère à cause des horreurs de la guerre

J’ai eu une enfance heureuse à tous égards : ayant grandi dans une famille protégée, j’ai été entouré de soins affectueux et mes parents ont tout donné pour leurs enfants. Comme adolescent, j’ai eu une vie facile jusqu’au jour où la guerre a éclaté. La guerre est une chose terrible qui engendre beaucoup de souffrances et qui enlève la vie des bien-aimés et des proches. Elle a entraîné un véritable exode et détruit des milliers de maisons. Nous sommes les rescapés d’un conflit au goût amer. Nous avons souffert du manque d’eau, d’électricité, de nourriture et nous avons été privés de protection.

Mon père a perdu son commerce qui était notre moyen de subsistance. Quant à mon frère aîné, il a quitté la Syrie immédiatement après avoir terminé ses études. Il a fui par cette mer Méditerranée qui a englouti tant de jeunes vies humaines, en quête d’un avenir meilleur dans un pays lointain. Il a survécu à son périple.

Quant à moi, je suis resté dans mon école en Syrie. Dans des circonstances si difficiles, mais unis en famille sous un même toit et épargnés par les tirs de rockettes continuels. Je vivais donc dans l’espoir que cette sale guerre prît bientôt fin.

Mais soudain, sans crier gare, notre père est décédé d’un infarctus. Ce père qui m’avait toujours offert de l’amour et de la tendresse avait soudain disparu ! Après avoir passé des jours pénibles et sombres, je suis arrivé à la conclusion que je ne pouvais pas vivre sans être ferme et patient, ni sans la volonté de surmonter les obstacles.

J’ai réussi mes examens de maturité et je me suis lancé dans des études de droit à l’université. Tout semblait devoir me réussir. Je ne me doutais pas que le pire était encore à venir.

Un diagnostic stupéfiant

Peu de mois après avoir commencé mon parcours académique, je suis tombé malade et j’ai dû être hospitalisé. J’ai d’abord cru que tout se réglerait rapidement. N’étais-je pas ce jeune homme vigoureux à la fleur de l’âge et débordant d’énergie ? Mais au lieu de cela, les douleurs augmentaient.

Après un diagnostic effrayant, Christian a réussi à retrouver espoir en la vie

Le diagnostic des médecins a été un choc : j’avais un cancer à un stade avancé. Pas d’espoir de voir les symptômes diminuer à terme. Le cancer s’était introduit dans mon corps sans crier gare.

J’avais soudain la mort en face de moi. Prisonnier de mon lit d’hôpital, je me sentais complètement déprimé. À part mes douleurs, je devais aussi supporter l’absorption de nombreux médicaments. Toutes mes forces étaient épuisées par l’angoisse et les douleurs, je toussais du sang et je ne pouvais respirer qu’avec l’aide d’une machine. Je vois encore ma mère assise à mes côtés, fixant ses yeux ruisselants de larmes vers le ciel en demandant à notre Seigneur de m’accorder sa grâce et sa guérison : « Ô Seigneur, ne nous as-tu pas promis : Je ne te délaisserai pas ni ne t’abandonnerai pas (Hébreux 13 : 5) ? » Moi, je priais : « Pourquoi m’as-tu donc livré à cette maladie mortelle ? N’as-tu pas dit que nous ne serions pas tentés au-delà de nos forces ? »

Un nouvel espoir

Ma mère et sa confiance inébranlable en Dieu m’ont donné beaucoup de force. Après quelques semaines, les premiers signes de rétablissement se sont manifestés et un nouvel espoir est apparu.

J’ai vu dans les frères et sœurs de mon Église qui venaient me visiter et me soutenir le visage aimant du Christ et je l’entendais me chuchoter : « Ne crains pas, car je suis avec toi (Ésaïe 41 : 10). » J’ai également vu les mains généreuses de Jésus lorsque mon Église m’a proposé de prendre en charge les frais du meilleur traitement possible.

Après des mois de soins, je me trouvais toujours à l’hôpital. Mais dans ces moments où tout semblait perdu, l’espoir et une volonté tenace de vivre étaient revenus. La peur est vraiment notre plus grand ennemi qu’il faut toujours combattre. J’ai maintenant un océan de volonté, de détermination et de confiance en Dieu qui ne me laissera pas tomber.

Après de longs et douloureux mois, je peux enfin me rétablir lentement. Le cancer diminue. J’ai retrouvé mes forces et j’ai repris mes études. Je veux vraiment aller au bout de mon traitement anticancéreux et je rêve de voir ma maladie disparaître complètement. Je veux terminer mes études, travailler et me construire un avenir dans lequel je pourrai aussi prendre soin de ma mère.

Je ne peux exprimer par des mots ma reconnaissance à tous ceux qui ont été si généreux envers moi et qui ont mis en application les promesses de notre Père céleste. Vous avez été des étoiles qui ont brillé dans mes jours les plus sombres. Que Dieu vous récompense richement en retour !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à la chaîne évangélique Chrétiens TV sur Youtube pour être informé(e)s de la mise en ligne de nouveaux clips de louange et d'adoration.

S'abonner

Inscription à la newsletter