Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous:

Chrétiens

Chrétiens persécutés

La montée de l’extrémisme au Burkina Faso fait 4 nouvelles victimes

Dimanche 25 mai dernier, quatre personnes ont été tuée au nord du Burkina Faso dans une église catholique. C’est la dernière d’une série d’attaques qui ciblent les chrétiens, toute confession confondue, dans cette région.

« La communauté chrétienne de Toulfé qui s’était rassemblée pour la prière du dimanche a été la cible d’une attaque terroriste. L’attaque a fait quatre morts parmi les fidèles », a déclaré Justin Kientega, évêque de Ouahigouya, selon France 24.

Selon une source de sécurité, « des individus lourdement armés ont attaqué l’église… alors que les fidèles célébraient la messe dominicale » dans la ville de Toulfé.

Les chrétiens du Nord du Burkina Faso sont de plus en plus souvent la cible d’attentats meurtriers attribués à certains groupes djihadistes comme Ansarul Islam, le Groupe de soutien à l’Islam et aux musulmans ou encore l’Etat islamique du Grand Sahara.

Si les raids ont commencé en 2015 dans le nord du pays, la capitale Ouagadougou et d’autres régions, notamment à l’est ne sont plus épargnées actuellement par la montée de l’extrémisme islamique qui touche cette partie du monde.

Près de 400 personnes ont ainsi été tuées depuis 2015, principalement lors de délits de fuite, selon des statistiques éditées par l’AFP.

Parmi les victimes, il y a de plus en plus de responsables chrétiens. Depuis le début de l’année 2019, on déplore ainsi la mort du prêtre Siméon Yampa, des pasteurs Pierre Ouédraogo, Elie Zoré et Jean Sawadogo ou encore du missionnaire espagnol et prêtre Antonio Cesar Fernandez.

Cette montée de l’extrémisme islamique inquiète le Burkina Faso, aussi des responsables chrétiens et musulmans se sont rassemblés pour promouvoir le dialogue inter-religieux. Si les chrétiens sont en effet en première ligne des attaques, les groupes djihadistes ciblent également des musulmans qu’ils ne considèrent pas comme suffisamment radicaux.

La France a déployé 4 500 soldats au Mali, au Burkina Faso, au Niger et au Tchad dans le cadre d’une mission baptisée Barkhane pour aider les forces locales à débusquer les djihadistes.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez rédacteur

Vous aimez écrire ? Vous êtes bilingue anglais-français à l’écrit ? Vous avez une expérience professionnelle dans le domaine du journalisme et de la communication ? Venez renforcer l’équipe du Journal Chrétien et nous aider à fournir l'actualité chrétienne en continu.

En savoir plus

Inscription à la newsletter