Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Chrétiens

Chrétiens persécutés

Lève-toi, sois éclairée, car ta lumière arrive, et la gloire de l’Eternel se lève sur toi – Esaïe 60:1

« Lève-toi, resplendis, car voici ta lumière ! ». Il s’agit de Jérusalem. Ici, la lumière c’est la manifestation glorieuse de l’Eternel qui accorde son salut par Jésus-Christ.

Sion attire les nations à sa lumière

Jérusalem est assise dans les ténèbres comme une captive en deuil (Esaïe 52 :1-2). Soudain, la lumière jaillit, le salut paraît : c’est l’apparition de Dieu lui-même en Sion (Esaïe 52 :8 ;59 :20). Il se lève sur elle comme un soleil éternel. Toute resplendissante de cette lumière, Sion devient un phare vers lequel se dirigent tous les peuples, plongés jusqu’alors dans l’obscurité. Elle est désormais le foyer de la révélation divine ; les enfants de Dieu, dispersés dans toutes les nations (Jean 11 :52), se rassemblent autour d’elle. Jérusalem est représentée ici comme une mère privée de ses enfants, mais qui va les recouvrer.

La gloire finale de Jérusalem

Le chapitre 60 d’Esaïe est le tableau le plus complet et le plus brillant que le prophète ait tracé de la gloire finale de Jérusalem. Le texte se divise en quatre strophes. Dans les trois premiers versets, Jérusalem est illuminée par l’apparition de Dieu qui attire à sa lumière tous les peuples. Les versets 4 à 9 montrent que les nations viennent à elle avec leurs richesses et lui ramènent ses enfants dispersés. Dans les versets 10 à 16, les païens bâtissent eux-mêmes et ornent magnifiquement Jérusalem. A la fin du chapitre, Esaïe décrit la sainteté et la splendeur de Sion ainsi restaurée (Esaïe 60 :17-22).
Il est certain que le royaume de Dieu devait s’établir d’abord dans le monde sous une forme purement spirituelle (par la prédication de l’Évangile) ; mais il ne l’est pas moins que ce règne est destiné à s’épanouir un jour dans une gloire extérieure dont nous ne pouvons nous faire une idée bien exacte (le règne de mille ans, puis la nouvelle création).

Le salut par Christ

Les croyants peuvent se réjouir pour la lumière, la justice, la paix, l’abondance (la prospérité), et le salut que Dieu donne. Mais ce salut divin n’est pas pour Israël seulement, il est pour le monde, tous les peuples viendront en Sion se convertir à l’Éternel.
Le relèvement de Jérusalem et du peuple juif, après la captivité de Babylone, n’est évidemment qu’un premier et faible commencement et ne nous offre qu’un type très imparfait de cette restauration finale ; l’établissement de l’Église et la christianisation progressive de l’humanité nous en rapprochent bien davantage.
Cette œuvre, qui a pour point de départ la première venue du Christ, aboutira à la grande transformation dont son retour en gloire sera le signal. Tout cela est compris dans le tableau de l’avenir tracé par Esaïe.
Esaïe, comme les prophètes en général, a devant les yeux le jour du Seigneur, dans lequel se confondent le jour de sa venue comme Sauveur et celui de sa venue comme Juge.

Laisser un commentaire

Abonnez-vous à la chaîne évangélique Chrétiens TV sur Youtube pour être informé(e)s de la mise en ligne de nouveaux clips de louange et d'adoration.

S'abonner

Inscription à la newsletter