Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Chrétiens

Chrétiens persécutés

Le mauvais combat

Bon nombre de livres ont été écrits, d’articles publiés, et de prédications prêchées sur le sujet du combat spirituel… Cependant, il me semble tout aussi important d’identifier et de comprendre le mauvais combat que de comprendre le « bon ». En effet, à la lecture de la Parole de Dieu, il nous paraît évident qu’il nous faut combattre le bon combat, ce combat spirituel qui nous fait marcher dans la victoire. Mais qu’en est-il du piège dans lequel nous tombons si souvent ? Le piège de combattre le mauvais combat …

S’agissant du combat spirituel, regardons ce que Paul commande à Timothée : « Le commandement que je t’adresse, (…) selon les prophéties faites précédemment à ton sujet, c’est que, d’après elles, tu combattes le bon combat » (1Tim 1 v 18)

Paul adresse un commandement à Timothée. Ceci n’est donc pas une option pour lui, mais une direction de l’Esprit… comme si un élément vital de sa marche en Christ dépendait de son obéissance à ce commandement. L’autorité apostolique est une fois de plus manifestée dans ce passage, et de par sa nature, cette autorité établit le fondement sur lequel il convient de bâtir. À la fin de son épitre, il lui recommandera à nouveau de combattre le bon combat en précisant l’objet de ce dernier, la foi : « Combats le bon combat de la foi, (…) » (1Tim 6 v 12)

Paul nous indique, au travers de ces courts passages, qu’il existe donc un mauvais combat, puisqu’il enjoint Timothée à combattre le bon. Il existe effectivement un bon et un mauvais combat. L’un nous conduit vers une maturité en Christ et une vie de victoire, l’autre vers une interprétation erronée de la Parole, un dérèglement de la marche, une copie de ce qui devrait être une marche dans la victoire.

Entrer dans la réalité du bon combat est intimement lié à la maturité spirituelle. Ainsi pouvons-nous dire à l’inverse que le mauvais combat est lié à un manque de maturité, à une mauvaise compréhension des choses de l’Esprit, voire même à une désobéissance. Paul désirait ardemment transmettre la nourriture solide tellement nécessaire à la marche des chrétiens de Corinthe… mais il ne le pouvait pas : « Pour moi, frères, ce n’est pas comme à des hommes spirituels que j’ai pu vous parler, mais comme à des hommes charnels, comme à des enfants en Christ. Je vous ai donné du lait, non de la nourriture solide, car vous ne pouviez pas la supporter ; et vous ne le pouvez pas même à présent, (…) » (1 Co 3 v 2-3)

Le danger pour le chrétien aujourd’hui est, comme toujours, le mélange, la confusion entre les choses de l’Esprit et celles de la chair. Ce point est fondamental et nous devons entendre ce que l’Esprit dit au travers de l’Évangile. La lettre seule tue mais l’Esprit qui anime la lettre, le Verbe vivant, Christ, vivifie celui qui a soif de la justice de Dieu. Or il est impossible que l’homme naturel reçoive la nourriture céleste. Seul l’homme spirituel, l’homme intérieur peut la recevoir. (1 Co 2 v 14)

Celui  qui n’est pas spirituel, c’est l’homme qui refuse de grandir dans la connaissance de Christ. Cette connaissance n’est pas intellectuelle ou théologique, elle est intimement liée au fait de connaitre Christ au sens littérale. (Eph 1 v 17). Celui qui refuse de grandir est un homme charnel, un enfant immature. Il refuse de vivre la circoncision du cœur, ce long et douloureux chemin qui nous apprend à perdre notre vie, nous soumettant à l’Esprit afin d’obéir. Cette résistance à l’Esprit favorise la vie psychique, charnelle, celle de l’âme, entraînant ainsi un dérèglement de la marche en Christ.

L’apogée de ce dérèglement chez le chrétien se se manifeste par l’utilisation d’un langage spirituel alors même qu’il marche selon les pratiques de la chair. C’est ce que Jésus dénonce face aux religieux de l’époque qui avaient l’apparence de la foi mais en reniaient ce qui en fait la force. « Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! car vous ressemblez à des sépulcres blanchis, qui paraissent beaux au dehors, mais qui, au dedans, sont pleins d’ossements de morts et de toute sorte d’impureté. » (Mat 23 v 27)

N’oublions pas que la marche influencée par la chair ne conduit pas simplement à vivre une vie déréglée ! Cette chair est bien plus subtile que nous ne pourrions le penser. Dans notre inconscient collectif, une vie selon la chair est une vie de débauche ou une vie qui, à l’évidence, se qualifie au premier coup d’œil comme étant disqualifiante pour l’accès au royaume… Mais Paul nous en rappelle l’essence dans l’épitre aux Galates, pour partie : « Or, les œuvres de la chair sont (…), la dissolution, l’idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l’envie, l’ivrognerie, les excès de table (…)

Ne sommes-nous pas quelques fois divisés ? N’avons-nous pas des disputes ? des querelles ? Ne sommes-nous pas parfois dans la comparaison et donc jaloux ? N’avons-nous pas une attitude envieuse qui nous pousse à convoiter ?

Il nous faut vivre la circoncision du cœur.

La non compréhension de l’Esprit de l’Évangile nous pousse dans une marche déréglée pourtant empreinte de tout l’attirail spirituel de façade. En effet, le langage apparaitra spirituel mais la source en est bel et bien charnelle, tout comme le montre le passage de Luc 9 v 54-55 : « Les disciples Jacques et Jean, voyant cela, dirent : Seigneur, veux–tu que nous commandions que le feu descende du ciel et les consume ? Jésus se tourna vers eux, et les réprimanda, disant : Vous ne savez de quel esprit vous êtes animés »

Le règne de notre chair trouble notre vision des choses de l’Esprit.

L’homme qui combat le mauvais combat est poussé par une envie de spectaculaire, il aime la manifestation visible, il recherche la puissance démonstratrice, il aime commander, être mis en avant, il aime la démonstration de son autorité.

Lorsque nous ne laissons pas la puissance de l’Évangile agir en nous, c’est à dire l’œuvre de la souffrance et de la mort de Christ, lorsque nous ne nous laissons pas conduire pour vivre cette séparation entre l’âme et l’esprit, cette mise à mort de notre volonté pour vouloir ce que Lui veut, nous sommes dans le mauvais combat.

Ce mauvais combat amène la division au lieu de conserver l’unité de l’Esprit par le lien de la paix. (Eph 4 v 3)

Ce mauvais combat nous amène à mettre une croix sur notre prochain en lui fermant l’accès à notre cœur au lieu de supporter ses faiblesses, ne cherchant pas ce qui nous plaît. (Rom 15 v 1)

Ce mauvais combat nous pousse à l’orgueil et nous amène à nous élever sous couvert d’une pseudo « autorité spirituelle » ou « connaissance biblique » alors que quiconque s’élève sera abaissé (Luc 14 v 11) et que nous ne devrions rien faire par esprit de parti ou par vaine gloire, mais que l’humilité devrait nous faire regarder les autres comme étant au–dessus de nous–mêmes. (Phil 2 v 3)

Ce mauvais combat nous pousse à vivre selon notre volonté alors que la vie du disciple est qu’il renonce à sa propre vie, ses vœux, ses projets pour accomplir La volonté du Père en prenant notre croix, afin de Le suive. (Mat 16 v24)

Ce mauvais combat nous amène à discerner pour juger, au lieu de discerner et prier, afin que le corps soit édifié.

Le Seigneur ne tarde pas dans l’accomplissement de sa promesse… mais Il use de patience envers nous… et ce pour un but, que nous vivions selon l’Esprit de l’Évangile afin de ne combattre qu’un seul combat, le combat de la foi, et de tout mettre en œuvre pour que notre vie soit ancrée en Lui, réalisant à chaque instant que sans Lui, nous ne pouvons rien faire.

« Demeurez en moi, et je demeurerai en vous. Comme le sarment ne peut de lui–même porter du fruit, s’il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi. Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire. » Jean 15 v 4-5

Laisser un commentaire

Abonnez-vous à la chaîne évangélique Chrétiens TV sur Youtube pour être informé(e)s de la mise en ligne de nouveaux clips de louange et d'adoration.

S'abonner

Inscription à la newsletter