Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Chrétiens

Chrétiens persécutés

Si nous demandons quelque chose selon sa volonté, Dieu nous écoute (1 Jean 5 :14)

« Nous avons auprès de lui cette assurance, que si nous demandons quelque chose selon sa volonté, il nous écoute. Et si nous savons qu’il nous écoute, quelque chose que nous demandions, nous savons que nous possédons la chose que nous lui avons demandée. » (1 Jean 5 :14-15)

La possession de la vie éternelle nous donne l’assurance envers Dieu qu’il nous écoute, et qu’il nous accorde toutes les grâces que nous lui demandons, pourvu que ce soit selon sa volonté (1 Jean 5 :6-12). Nous pouvons être assurés que nos prières seront entendues si nous demandons selon la volonté de Dieu. C’est la condition nécessaire.
Dans les écrits de Jean, nous trouvons un certain nombre de conditions d’une prière efficace :

– Demander au nom de Jésus (Jean 14 :12-14 ; Jean 15 :16 ; Jean 16 :23-27)
– Demeurer en Jésus, que ses paroles demeurent en nous (Jean 15 :7)
– Obéir aux commandements de Dieu (1 Jean 3 :21-22)
– Demander selon la volonté de Dieu (1 Jean 5 :14)

Toutes ces conditions impliquent une relation intime avec Dieu. Demander au nom de Jésus signifie que nous vivons dans une telle relation intime avec lui. Obéir à ses commandements et « sa parole demeure en nous » sont des expressions de cette relation dans nos vies par l’obéissance à la volonté révélée de Dieu, de Jésus.

Quand pouvons-nous savoir que nous prions selon la volonté de Dieu ?

La condition exprimée dans 1 Jean 5 :14 est que nous priions conformément à la volonté de Dieu, c’est-à-dire demander dans la soumission à cette volonté.
Jean ne parle pas d’une prière générale, car de telles prières reçoivent des réponses générales. En fait, si le Notre Père est un plan de prière et non une prière à réciter, il n’exprime pas non plus un souhait général. Il parle plutôt de connaître la volonté de Dieu dans une circonstance particulière et de prier selon cette volonté – ce qui n’est pas toujours agréable ni toujours facile à connaître et à s’y soumettre.
Une telle condition ne devrait pas nous surprendre, car dans Matthieu 6 :10, Jésus nous a appris à prier : « Que ta volonté soit faite ». Et c’est dans la mesure où nous nous soumettons librement à Dieu qu’il est capable d’accomplir sa volonté à travers nous et nos prières.
Dans un sens très réel, la volonté de Dieu dans le monde dépend de nos prières. Par la prière, nous faisons de nous des instruments de la volonté de Dieu et, en même temps, d’une manière qui dépasse la compréhension humaine, il est capable d’agir puissamment en réponse à nos prières. Lorsque nous apprenons à vouloir ce que Dieu veut, nous avons la joie de recevoir sa réponse à nos prières.

Jésus, notre modèle

A Gethsémané, Jésus a prié : « Non pas ma volonté, mais la tienne ! » (Marc 14 :36). Il n’est pas arrivé à cette prière sans combat. Il semble avoir commencé sa prière en ayant peur de ce qui allait venir et en espérant qu’il y ait dans la volonté de Dieu une issue, permettant que cela n’arrive pas. Mais dans ces heures de lutte, il a vu clairement que le Père n’avait qu’une seule issue : la croix. Alors Jésus s’est soumis à cette volonté. Mais cela ne lui était pas facile ; cela n’allait pas sans gémissements, sans pleurs et sans sueur.
Jean suggère à ses lecteurs une relation avec Dieu dans laquelle ils prieraient conformément à sa volonté. Cela peut ne pas être plus facile pour eux que pour Jésus qui, bien que luttant pour des objectifs plus importants, n’avait pas comme eux un arrière-plan de péchés et de désobéissances à juguler, et qui vivait dans une relation plus intime avec le Père que les croyants. Mais le processus était analogue.

Que penser des nombreuses prières non exaucées ?

Les chrétiens font souvent l’expérience que leurs prières restent inexaucées. Même Jésus n’a pas été délivré de « la coupe » de souffrances et il a dû accepter ce qu’il souhaitait n’être pas la volonté de Dieu, de sorte qu’il a prié : « Non pas ma volonté, mais la tienne » (Marc 14 :36).
C’est de cette manière que le chrétien doit souvent prier en ajoutant : « si telle est ta volonté ». Nous ne savons pas toujours quelle est la volonté de Dieu pour nous-mêmes ou pour les personnes pour lesquelles nous intercédons ; mais nous avons la joyeuse assurance que tout ce qui est conforme à la volonté de Dieu pour nous sera fait.
En même temps, ce verset nous avertit de ne pas présenter des prières que nous savons ne pas correspondre à la volonté de Dieu : des prières inspirées par des motifs égoïstes ou même pécheurs – quel que soit l’art avec lequel nous les déguisons.

« Vous demandez, et vous ne recevez pas, parce que vous demandez mal, dans le but de satisfaire vos passions. » (Jacques 4 :3)

Laisser un commentaire

Abonnez-vous à la chaîne évangélique Chrétiens TV sur Youtube pour être informé(e)s de la mise en ligne de nouveaux clips de louange et d'adoration.

S'abonner

Inscription à la newsletter