Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Chrétiens

Chrétiens persécutés

Jésus-Christ, le plus grand pasteur de tous les temps

Amis chrétiens, Seigneur et sauveur. Savez-vous qu’il est votre pasteur ? Jésus est « le grand pasteur des brebis », selon Hébreux 13:20. Il est aussi « le souverain pasteur » (1 Pierre 5:4), « l’apôtre et le souverain sacrificateur de la foi que nous professons » (Hébreux 3:1).

À l’époque où l’épître aux Hébreux est écrit, Jacques le frère de Jean, et « Jacques le frère de notre Seigneur », tous les deux en rapport très étroit avec l’Église de Jérusalem, avaient été martyrisés. Bien que quelques serviteurs soient décédés ou tués, les chrétiens doivent se rappeler que Jésus-Christ, « le grand pasteur des brebis », vit à jamais, et qu’Il est toujours le même. En effet, le Seigneur Jésus-Christ demeure semblable à Lui-même, que ce soit au temps de l’ancienne ou de la nouvelle alliance.

Christ continue à rassasier l’affamé, Il encourage celui qui tremble, et accueille les pécheurs qui se repentent. Il continue à rejeter l’orgueilleux et celui qui s’auto-justifie, Il rejette la profession de foi non fondée sur aa Parole et Il enseigne à celui qu’Il sauve, à aimer la justice et à haïr l’iniquité.

Jésus, le grand pasteur

Les apôtres présentent Jésus comme le « souverain pasteur » (1 Pierre 5:4), « le grand pasteur des brebis » (Hébreux 13:20), « le pasteur de vos âmes » (1 Pierre 2:25).

Jésus est le plus grand pasteur de tous les temps. Il est le pasteur (berger), le chef du troupeau à qui seul appartiennent les chrétiens de toutes les époques.

« Paissez le troupeau de Dieu qui est sous votre garde, non par contrainte, mais volontairement, selon Dieu ; non pour un gain sordide, mais avec dévouement ; non comme dominant sur ceux qui vous sont échus en partage, mais en étant les modèles du troupeau. Et lorsque le souverain pasteur paraîtra, vous obtiendrez la couronne incorruptible de la gloire. » (1 Pierre 5:2-4)

La mission du Christ est d’être le pasteur (berger) et même le « grand pasteur ». Ce thème est développé de manière détaillée en Jean 10 dont les points essentiels sont : l’iniquité de celui qui n’entre pas par la porte dans l’enclos où l’on parque les brebis mais escalade le mur à un autre endroit; l’entrée par la porte qui est la marque distinctive du véritable berger; la connaissance que les brebis ont de la voix de leur berger (en Orient, les bergers d’aujourd’hui utilisent les mêmes méthodes); l’enseignement concernant le personne du Christ (qui est comparé à la porte; les bergers orientaux dormaient souvent en travers de la « porte » ou de l’ouverture du mur de la bergerie); l’identification du Christ au Bon Berger, opposé au mercenaire indigne.

Jean souligne également la relation qui unit le Christ, ses disciples et Dieu; la réunion en « un seul troupeau » des « autres brebis » (Jean 10:16) et de celles qu’il possède déjà; et le rejet de ceux qui ne sont pas les vraies brebis du Christ.

Jésus, le bon pasteur

« Je suis le bon berger. Le bon berger donne sa vie pour ses brebis. » (Jean 10:11)

Le mot français pasteur est une francisation du latin pastor, traduit ordinairement par berger. Pasteur est, selon le dictionnaire le terme poétique pour berger et le terme spécifique désignant « un ministre de la religion protestante » ou encore Jésus-Christ « le bon pasteur ».

Dans la Bible, le mot « berger » peut avoir un sens littéral ou figuré: le berger peut être celui qui a la charge d’un troupeau de moutons ou celui (mortel ou divin) qui a charge d’âmes.

C’est le titre appliqué à l’Éternel en Psaumes 23:1-6 ; Ézékiel 34:12 et Jésus ici se l’applique à lui-même. La caractéristique du bon berger est « qu’Il donne sa vie pour ses brebis. » Dans ces régions un peu sauvages, le berger avait souvent à défendre son troupeau.

L’expression : il met sa vie signifie que le bon berger expose sa vie dans le combat, pour la défense de ses brebis, par opposition au mercenaire qui s’enfuit lâchement (Jean 10:12); elle annonce l’immense sacrifice par lequel Jésus livrera sa vie pour sauver les siens (Jean 13:37).

Jésus est vraiment un bon pasteur. Beaucoup de pasteurs ont négligé cependant leur devoir au sein de l’église, et à cause de cette négligence, le troupeau du Seigneur s’est trouvé sérieusement affecté. Les mauvais principes sont à l’origine des mauvaises pratiques.

Le Seigneur Jésus connaît ceux qu’Il a choisis, et leur accorde Sa confiance ; les Siens savent aussi en Qui ils ont cru, ils savent qu’ils peuvent compter sur Jésus.

Remarquez, dans Jean 10:18, la grâce de Christ : personne ne pouvant Lui ôter la vie, il l’a offerte Lui-même pour notre rédemption ! Il s’est offert Lui-même, il est le Sauveur : « voici, Je viens ». Notre triste cas nécessite l’obtention de ce salut : Jésus s’est donné Lui-même en sacrifice pour le péché. Il a été à la fois sacrificateur et offrande. En donnant sa vie, il s’est livré Lui-même.

Il est clair par ce fait qu’il est mort en lieu et place des iniques, afin d’obtenir leur libération et le pardon de leurs péchés. Seule sa mort pouvait provoquer ce pardon. Notre Seigneur n’a pas donné Ss vie à titre glorieux, mais directement pour ses brebis !

Laisser un commentaire

Abonnez-vous à la chaîne évangélique Chrétiens TV sur Youtube pour être informé(e)s de la mise en ligne de nouveaux clips de louange et d'adoration.

S'abonner

Inscription à la newsletter