Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous:

Chrétiens

Chrétiens persécutés

Le Nigeria compte le plus grand nombre de chrétiens tués en 2018

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Le Nigeria arrive en tête des pays où le plus grand nombre de chrétiens ont été tués pour leur foi en 2018. Il compte aussi le plus grand nombre d’églises ciblées, selon l’Index Mondial de Persécution 2019 de Portes Ouvertes.

NIGÉRIA, CENTRAFRIQUE ET SOMALIE : PLUS GRAND NOMBRE DE CHRÉTIENS TUÉS EN 2018

Pour la quatrième année consécutive, le Nigéria est en tête des pays où les chrétiens sont le plus nombreux à être tués en raison de leur foi. Au moins 3 731 chrétiens sont morts violemment dans la période du 1er novembre 2017 au 31 octobre 2018.

En 2015, on dénombrait 2 484 chrétiens tués au Nigeria; contre 4 028 en 2016, 695 en 2017 et 2 000 en 2018. La plupart des meurtres ont eu lieu dans la Ceinture Centrale du pays où les chrétiens font face à une violence féroce de la part des nomades peuls. C’est dans l’État du Plateau qu’on a compté le plus de morts pour cet index 2019 : 1885. L’hécatombe est telle que le 4 juillet 2018, la Chambre des Représentants du Nigéria a qualifié de génocide ces assassinats ayant eu lieu dans l’État du Plateau.

Comme l’année précédente, la République Centrafricaine arrive en 2e position des États où les chrétiens ont été le plus tués en raison de leur foi. À Bocaranga, Bambari, Bria… les chrétiens sont spécifiquement visés. Bangui, la capitale, n’est pas épargnée. Le mardi 1er mai 2018, au moins 24 personnes ont été tuées à coup de grenades et par des tirs, et plus d’une centaine ont été blessées lors d’une messe à l’église Notre Dame de Fatima.

C’est la 1re fois qu’on répertorie 50 chrétiens tués en raison de leur foi en Somalie: On en comptait 23 dans l’Index de Persécution des Chrétiens 2018 et 12 dans l’index 2017.

Les chrétiens somaliens sont confrontés à une forte violence liée à leur croyance de la part de leur fa- mille, leur clan, les autorités et les milices. À de nombreuses reprises, le groupe extrémiste islamique Al-Shabaab a exprimé en paroles et en actes qu’il cible les chrétiens en Somalie et dans les pays voisins. Pour des raisons de sécurité, aucun exemple de persécution ne peut actuellement être publié.
Congo RDC : les Forces démocratiques alliées islamistes – Association nationale pour la libération de l’Ouganda (ADF-NALU) ont tué de nombreux chrétiens.

Au Mozambique, un groupe militant islamique connu sous le nom d’al-Sunnah wa Jama’ah a revendiqué des attaques perpétrées dans le Nord du pays. Elles ont causé la mort de plus de 40 chrétiens. Les chrétiens d’arrière-plan musulman sont les plus touchés.

En Éthiopie, les chrétiens ont particulièrement été éprouvés en 2018. Beaucoup ont été atta- qués par des groupes extrémistes islamiques en raison de leur foi. Dans la région de l’Oga- den, l’un des 9 États du pays, au moins 29 chrétiens (y compris des prêtres orthodoxes) ont été tués en août 2018 et de nombreuses églises ont été saccagées et réduites en cendres.

Au Pakistan, selon l’Index Mondial de Persécution 2019 compte plus de chrétiens tués dans le pays en raison de leur foi (28) que l’index 2018 (15). Les chrétiens de ce pays font régulièrement face à la violence. Déjà l’index 2017 répertoriait 76 chrétiens pakistanais tués à cause de leur croyance et l’index 2016, 39. Le 17 décembre 2017, un attentat-suicide contre l’église méthodiste de Bethel, à Quetta, a coûté la vie à 11 chrétiens.

Eglises ciblées en 2018 – Source : Portes Ouvertes

NIGÉRIA, CHINE, MYANMAR : PLUS GRAND NOMBRE D’ÉGLISES CIBLÉES EN 2018

Le nombre d’églises ciblées explose au Nigeria. L’Index Mondial de Persécution 2019 en a recensé 569 (contre 22 pour l’index 2018 et 33 pour l’index 2017). Le nombre exact d’églises et d’autres bâtiments chrétiens attaqués est très diffificile à connaître.

Étant donné le degré de dévastation dans la région de la Ceinture Centrale, le nombre de 569 est susceptible d’être beaucoup plus élevé. Ce résultat est basé sur des informations provenant de l’État de Nasarawa où, au cours des 6 premiers mois de 2018, environ 539 églises ont été détruites. Des données ont été ajoutées en provenant de l’Etat du Plateau.

En Chine, le nombre d’églises détruites et fermées est très probablement supérieur à 171. Il y a eu de nombreux incidents (similaires à la campagne contre les croix dans le Zhejiang de 2014 à 2016) où des croix à l’extérieur des églises ont été détruites. On a également recensé de nombreux cas où les autorités ont exercé des pressions sur les propriétaires pour qu’ils annulent des contrats de location avec des églises. Deux cas ont été largement publiés dans la presse : celui concernant la fermeture du réseau d’églises de maison de Sion à Pékin et de celle de Golden Lampstand à Shanxi. L’Index Mondial de Persécution 2018 indiquait 10 églises ciblées et l’index 2017, 300.

Au Myanmar, le groupe d’insurgés communistes s’appelant « l’Armée Unie de l’État de Wa » (UWSA), qui contrôle certaines parties de l’État oriental de Shan, a fermé toutes les églises construites après 1992 (au moins 62). De son côté, l’armée régulière birmane a détruit plus de 60 églises catholiques et protestantes en 2017 et 2018 ainsi que des écoles construites par ces communautés.

Au Rwanda, les chrétiens ont beaucoup souffert de la récente décision du gouvernement de fermer des centaines, voire des milliers d’églises dans le pays. Rien qu’à Kigali, de nombreuses églises ont dû fermer leurs portes. Le gouvernement a prétendu que les fermetures étaient dues à des problèmes de sécurité publique et de pollution sonore. Les groupes religieux non traditionnels ont été les plus touchés par cette décision. Les dirigeants des Églises pensent que leurs églises ont été ciblées parce qu’elles n’ont pas appuyé la politique du gouvernement.

En Inde, des dizaines d’attaques ont été perpétrées contre des églises chrétiennes à travers tout le pays au cours de la période considérée pour l’index 2019. Un nombre multiplié par 3 par rapport à l’index 2018 qui en avait recensé 34. L’index 2017 en avait compté 21. Cette augmentation correspond à la hausse de la persécution « marteau » dans le pays

Au Mexique, la violence s’aggrave et les chrétiens sont souvent la cible d’attaques. Le risque d’agression est plus grand pour les pasteurs et les prêtres. Le Mexique est tristement connu pour être un des pires pays pour les prêtres catholiques qui y sont assassinés par des groupes criminels. Des rapports évoquent aussi des faits violents contre des chrétiens amérindiens dans le Sud du pays (Chiapas). Ceux-ci avaient refusé de suivre les pratiques religieuses traditionnelles.

Les attaques perpétrées contre les églises peuvent aller du dégât mineur (actes de désacra- lisation ou vandalisme) au dégât extrême (complète destruction de l’église). Dans certains pays, il n’existe pas d’église (ou lieu de culte) visible. Les chrétiens se rassemblent en se- cret, les uns chez les autres ou dans des églises « souterraines ». Ils peuvent aussi pratiquerleur foi de manière isolée afin de ne pas être repérés. Les données récoltées à propos deséglises ciblées incluent les attaques contre les églises « de maison » ou « souterraines »même s’il est difficile d’obtenir de telles données.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez rédacteur

Vous aimez écrire ? Vous êtes bilingue anglais-français à l’écrit ? Vous avez une expérience professionnelle dans le domaine du journalisme et de la communication ? Venez renforcer l’équipe du Journal Chrétien et nous aider à fournir l'actualité chrétienne en continu.

En savoir plus

Inscription à la newsletter

Aimez notre page Facebook !