Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous:

Chrétiens

Chrétiens persécutés

« Je préfère t’adresser cette demande au nom de l’amour » (Philémon 1:9)

« Je préfère t’adresser cette demande au nom de l’amour, étant ce que je suis : moi, Paul, un vieillard, et de plus, maintenant, un prisonnier à cause de Jésus-Christ. Je t’adresse cette demande au sujet de mon enfant, Onésime, dont je suis devenu le père spirituel ici, en prison. Autrefois il t’était inutile, mais maintenant il est utilee, à toi comme à moi. » (Philémon 1:9-11)

C’est de préférence.

Paul recommande Onésime, en tant que personne qui voudrait faire amende honorable pour la mauvaise conduite dont il s’était rendu précédemment coupable ; il désirait rétablir de bonnes relations entre Philémon et Onésime. (Philémon 1:8-22)

En tant qu’apôtre, et étant celui qui a apporté l’Évangile à Philémon, Paul a en Christ le droit de lui commander ce qu’il faut faire. Cependant il ne vient pas avec des commandements mais avec des supplications, au nom de l’amour.

Paul le vieillard.

Pour que son appel soit plus sûr de toucher Philémon, il lui rappelle que lui, Paul, est un homme âgé, aux cheveux gris, un vétéran de Christ, qui a vieilli dans ce service, et qui est maintenant un prisonnier qui souffre pour son Seigneur.

Le fait de céder à la volonté, voire aux supplications de quelqu’un, n’est pas forcément synonyme d’abaissement, tant qu’une stricte droiture est respectée ; nous pouvons parfois être appelés à ce genre d’exercice.

Onésime est devenu utile pour le service de Dieu

Paul, dans sa requête pour Onésime récemment converti au christianisme, est davantage animé par l’amour que par l’autorité. Par allusion à ce nom (Onésime) qui signifie « utile », l’apôtre admet que dans le passé ce serviteur avait été « inutile » à Philémon. Il s’empresse toutefois de mentionner le changement radical et positif de sa conduite.

Les païens, dénués de toute sainteté, sont inutiles spirituellement ; ils ne répondent pas à la destinée initiale que Dieu avait prévu pour eux. Mais quel heureux changement opère la conversion à Jésus-Christ !

Du mal, elle conduit vers le bien, de l’inutile vers l’utile ! Les serviteurs pieux sont de véritables « trésors » au sein d’une famille. Ils prennent entièrement conscience du rôle qu’ils doivent assumer ici-bas, et ce, de la meilleure manière.

Discerner les desseins du Seigneur

Rien ne devrait engager qui que ce soit à négliger ses obligations, ou à défaillir dans l’obéissance envers ses supérieurs. Une véritable repentance se traduit par un retour à la pratique des devoirs qui ont été négligés auparavant.

Tant qu’il n’était pas converti, Onésime était à l’origine de plusieurs déboires chez son maître ; mais désormais, il avait constaté ses fautes et s’en était repenti ; il avait la volonté d’accomplir son devoir initial.

Peu de personnes discernent véritablement les desseins du Seigneur. Dieu n’a t’il pas annulé certains de nos vains projets dignes des impies ? Nous pouvons songer à ces différents cas qui auraient sans nul doute engendré notre destruction.

Notre sécurité ne repose pas sur nos mérites

Paul est confiant qu’Onésime sera rétabli (dans sa relation avec Philémon) à cause de la nouvelle relation existant à présent entre lui, Paul, et Onésime. De la même manière, notre sécurité ne repose pas sur nos mérites, mais parce que nous avons été introduits dans la famille de Jésus-Christ, parce que nous avons été liés à celui qui, à présent, intercède pour nous, et parce que nous sommes devenus des fils et des filles de Dieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez rédacteur

Vous aimez écrire ? Vous êtes bilingue anglais-français à l’écrit ? Vous avez une expérience professionnelle dans le domaine du journalisme et de la communication ? Venez renforcer l’équipe du Journal Chrétien et nous aider à fournir l'actualité chrétienne en continu.

En savoir plus

Inscription à la newsletter