Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous :

Chrétiens

Chrétiens persécutés

« N’aimons pas en paroles et avec la langue, mais en actions et avec vérité » (1 Jean 3:18)

Si l’amour est réel et vivant, il produit nécessairement des œuvres. L’amour authentique donne nécessairement naissance à de bonnes actions, tout comme un arbre vivant produit des feuilles, des fleurs et des fruits. Les bonnes œuvres sont en quelque sorte l’estampille de garantie de la vraie foi et d’un amour authentique.

Les textes concernant l’amour pour le prochain tiennent dans le Nouveau Testament une place considérable, nettement plus grande que celle occupée par les textes qui intéressent directement le problème de l’amour pour Dieu. Le fait aurait de quoi déconcerter, s’il n’apparaissait vite que l’amour chrétien du prochain n’est qu’une manifestation de l’amour pour Dieu et, à vrai dire, sa forme la plus habituelle en cette vie.

Il est impossible d’aimer Dieu sans aimer son prochain

Parce que Dieu est amour, il n’est pas possible de l’aimer sans aimer du même mouvement ceux qu’il aime comme il les aime.

« Pour nous, nous l’aimons, parce qu’il nous a aimés le premier. 20Si quelqu’un dit: J’aime Dieu, et qu’il haïsse son frère, c’est un menteur; car celui qui n’aime pas son frère qu’il voit, comment peut-il aimer Dieu qu’il ne voit pas? » (1 Jean 4:19-20).

L’amour du prochain est le signe décisif de notre amour pour Dieu. Ce sentiment tellement vif, chez les premiers chrétiens, de l’importance de l’amour fraternel ne s’explique en effet que par l’insistance même de Jésus à la prêcher, et par l’exemple qu’il en avait donné.

L’amour chrétien est une générosité

L’amour chrétien est une générosité, c ‘est-à-dire un amour qui va au devant et au-delà des exigences de la justice, qui se refuse à tous les procès intimes que non seulement l’égoïsme mais aussi l’esprit de simple justice intenteraient si facilement au prochain dans le secret de la conscience ; un amour prévenant, patient, miséricordieux ; un amour qui se fait serviteur…

Ce caractère apparaît nettement dans les Evangiles synoptiques et les épîtres (Matthieu 5:38-47 ; Luc 6:29-36; 1 Corinthiens 13:4-7).

Étant un esprit de générosité, l’esprit chrétien est tout naturellement un esprit de pardon et de paix, qui s’applique à prévenir la contention et à supprimer les causes de division. Le précepte de l’amour des ennemis le disait déjà, il faut pardonner, comme Dieu nous pardonne, et sous peine de ne pas l’être à notre tour. Et il faut pardonner indéfiniment (Matthieu 6:12, 14-15; 18:21-22 ; Luc 17:26). 

On comprend également que l’amour puisse et doive être universel, l’amour du prochain n’ayant pas son motif fondamental ailleurs que dans la valeur de l’amour, qui est Dieu même (voir parabole du bon samaritain, Luc 10:25-37 ; Matthieu 5:45-46 ; Luc 6:35-36).

L’amour est une charité envers Jésus

L’amour fraternel est  une charité envers Jésus, par suite de l’identité secrète qui existe entre le Christ et ceux qu’il aime. C’est ce qu’indique dans l’Évangile la parabole du jugement dernier :

« Car j’ai eu faim, et vous m’avez donné à manger ; j’ai eu soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais étranger, et vous m’avez recueilli ; j’étais nu, et vous m’avez vêtu ; j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus vers moi… » (Matthieu 25:31-46). 

Laisser un commentaire

Abonnez-vous à la chaîne évangélique Chrétiens TV sur Youtube pour être informé(e)s de la mise en ligne de nouveaux clips de louange et d'adoration.

S'abonner

Inscription à la newsletter