Rechercher sur le site

Entrez les mots-clés dans la boîte ci-dessous:

Chrétiens

Chrétiens persécutés

« Je suis l’Eternel, qui te guérit » (Exode 15:26)

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

La guérison est l’un des aspects de la bénédiction divine sur son peuple, s’il lui obéit. Dieu a promis apporte la guérison à ceux qui obéissaient à sa Parole. 

« Si tu écoutes attentivement la voix de l’Eternel, ton Dieu, si tu fais ce qui est droit à ses yeux, si tu prêtes l’oreille à ses commandements, et si tu observes toutes ses lois, je ne te frapperai d’aucune des maladies dont j’ai frappé les Egyptiens ; car je suis l’Eternel, qui te guérit. » (Exode 15:26)

Dieu est toujours disposé à guérir ceux de ses enfants qui obéissent à ses Parole. Parmi les principales maladies mentionnées dans la Bible et dont Dieu délivre les siens, figurent : la fièvre (Deutéronome 28:22 ; Matthieu 8:14 ; Jean 4:52) ; la lèpre et les affections de la peau (Lévitique 13:6-8,30,39) ; la dysenterie (2 Chroniques 21:15,18,19 ; Actes 28:8) ; les ulcères (Exode 9:9 ; Job 2:7) ; les hémorroïdes (Deutéronome 28:27 ; 1 Samuel 5:6) ; l’ophtalmie (Apocalypse 3:18) ; la cécité (Deutéronome 28:28 ; on y fait allusion plus de 60 fois) ; la paralysie (Matthieu 8:6 ; 9:2 ; Actes 9:33) ; la surdité (Marc 7:32) ; la mutité (Matthieu 15:30-31).

Lien entre péché et maladie 

L’origine première de la maladie et de la mort est à chercher évidemment dans le péché et dans la chute. L’homme, fait à l’image de Dieu par une création parfaite, était destiné à une vie heureuse et éternelle, et non pas à toutes les souffrances physiques et morales (Genèse 1:27,31 ; 2:7 ; 3:22). Par le péché, la mort a fait son apparition, avec les maladies et les infirmités qui y conduisent (Romains 5:12).

`Il est clair aussi que la violation des lois physiques et morales conduit le plus souvent à la maladie et au déséquilibre (par exemple l’ivrognerie, Proverbes 23:29-32) ; tandis que le respect des commandements divins est bien souvent un moyen d’entretenir la santé (Proverbes 3:7-8 ; 4:20-22).

La maladie peut être ainsi le châtiment d’un péché précis (Deutéronome 28:58-61 ; 2 Samuel 24:15 ; 2 Rois 5:27) ou provenir des fautes des parents (Exode 20:5) et frapper même des chrétiens qui « ne se sont pas jugés eux-mêmes » en abandonnant leurs désobéissances (1 Corinthiens 11:30-32).

Toute maladie n’est pas le résultat d’un péché

La Bible souligne que toute maladie n’est pas nécessairement le résultat d’un péché personnel.

Job était intègre, droit, craignant Dieu, se détournant du mal, au point que nul n’était comme lui sur la terre. Cependant le Seigneur jugea bon de l’éprouver dans son corps, pour son éducation spirituelle (Job 1:8 ; 2:5-7).

Ni l’aveugle-né, ni ses parents n’avaient provoqué par leur péché cette cécité, qui fit éclater la gloire de Dieu (Jean 9:2-3). Une écharde fut mise dans la chair de Paul, non parce qu’il avait déjà péché, mais pour le garder de l’orgueil en face des révélations inouïes du Seigneur (2 Corinthiens 12:7).

Satan et les démons à l’origine de certaines maladies

La Bible révèle que parfois Satan peut être l’agent qui provoque certaines maladies (Job 2:6-7 ; Luc 13:16 ; Actes 10:38). Mais il ne peut dépasser d’un cheveu ce que permet le Seigneur, toujours puissant pour secourir ceux qui s’adressent à lui.

C’est à la possession des démons qu’est attribuée dans l’Évangile la cause de la plupart des maladies (Luc 13:11, 16; Matthieu 17:15, 18; 1Corinthiens 5:5; 11:30; 2Corinthiens 12:7).

L’oeuvre de Christ 

« Cependant, ce sont nos souffrances qu’il a portées, C’est de nos douleurs qu’il s’est chargé; Et nous l’avons considéré comme puni, Frappé de Dieu, et humilié. Mais il était blessé pour nos péchés, Brisé pour nos iniquités; Le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui, Et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris. » (Esaïe 53:4-5; 1 Pierre 2:24; Matthieu 8:17)

Jésus a porté nos souffrances et nos douleurs, et nous sommes guéris par ses meurtrissures. Un premier accomplissement de cette prophétie a été le ministère de guérison du Seigneur en Palestine.

« Le soir, on amena auprès de Jésus plusieurs démoniaques. Il chassa les esprits par sa parole, et il guérit tous les malades, 17afin que s’accomplît ce qui avait été annoncé par Esaïe, le prophète: Il a pris nos infirmités, et il s’est chargé de nos maladies. » (Matthieu 8:16-17).

Ses miracles de toutes sortes ont été le signe de sa victoire sur le mal et sur la mort, avec la preuve éclatante de sa propre divinité. Mais c’est à la croix qu’il a vraiment porté notre péché, avec toutes ses conséquences physiques et morales ; c’est là qu’il nous a acquis la totale rédemption de l’âme et du corps.

Christ, évidemment, avait la puissance de guérir n’importe quel malade et les évangiles rapportent 26 cas de guérison individuelle, avec 10 exemples de guérison collective ; 7 fois, il est précisé que Jésus guérit tous les malades (Matthieu 8:16 ; 9:35 ; 12:15 ; 14:36 ; Luc 4:40 ; 6:18-19 ; 9:11).

Aux chrétiens, Jésus donne le pouvoir de guérir toute maladie et toute infirmité, leur ordonnant en outre de ressusciter les morts et de purifier les lépreux (Matthieu 10:1,8). Les premiers chrétiens firent donc eux aussi des miracles signalés dans la Bible (Actes 5:15 ; 9:40 ; 19:11-12 ; 20:9-12) qui étaient indispensables pour accréditer l’Evangile et l’Eglise naissante. Par le ministère des apôtres, comme par celui du Christ, tous les malades étaient guéris.

« La multitude accourait aussi des villes voisines à Jérusalem, amenant des malades et des gens tourmentés par des esprits impurs; et tous étaient guéris. » (Actes 5:16).

La guérison divine aujourd’hui

« Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui, et éternellement. » (Hébreux 13:8)

Jésus opère les même miracles aujourd’hui qu’autrefois. Il y a toujours de nombreux miracles de guérison de nos jours. Or nous sommes obligés de constater que ce don absolu de guérison manifesté dans le ministère de Jésus et des premiers chrétiens est moins agissant. Nous n’avons jamais vu ni connu un seul serviteur de Dieu moderne qui réussisse à guérir tous les malades accourus vers lui.

Remarquons aussi que toutes les guérisons bibliques sont instantanées, même celle de Marc 8:22-25 faite en 2 temps, tandis qu’aujourd’hui beaucoup de malades se font imposer les mains longtemps, ou périodiquement, dans l’espoir d’une amélioration de leur cas.

Ce me conduit à dire que nous avons besoin de nous humilier devant Dieu, de renoncer au péché et aux divisions,  afin que l’action de Dieu soit aussi puissante que dans l’Eglise primitive.

Le don de guérison figure parmi ceux que le Seigneur accorde à l’Eglise (1 Corinthiens 12:9,28). Il doit être exercé pour l’utilité commune, et dans l’entière soumission à l’Esprit et à l’Ecriture. Il peut utiliser l’imposition des mains (Marc 6:5 ; Actes 28:8). On doit se garder cependant de le faire avec précipitation (1 Timothée 5:22).

Que doit faire le chrétien en cas de maladie ?

Aucun chrétien ne doute que Dieu puisse guérir maintenant comme autrefois ; la question est de savoir d’après la Bible, si Dieu le veut et comment. Jacques répond clairement sur ce point :

« Quelqu’un parmi vous est-il malade? Qu’il appelle les anciens de l’Eglise, et que les anciens prient pour lui, en l’oignant d’huile au nom du Seigneur; la prière de la foi sauvera le malade, et le Seigneur le relèvera; et s’il a commis des péchés, il lui sera pardonné. Confessez donc vos péchés les uns aux autres, et priez les uns pour les autres, afin que vous soyez guéris. La prière fervente du juste a une grande efficacité. » (Jacques 5:14-16).

Le chrétien malade est appelé à s’examiner pour discerner le sens de l’épreuve, à confesser tout péché dont l’Esprit le convainc (1 Corinthiens 11:30-31) ; il doit appeler les anciens de l’Eglise, car sa souffrance est celle de la communauté tout entière (1 Corinthiens 12:26), et des promesses spéciales sont faites à l’intercession en commun (Matthieu 18:19 ; Galates 6:3).

Les anciens pratiqueront l’onction d’huile, quoique ce ne soit pas une loi, et que Dieu puisse très bien guérir sans elle. C’est « la prière de la foi » qui relèvera le malade. En quoi consiste cette dernière ?

Il nous semble, selon 1 Jean 5:14-15, qu’elle se base sur la recherche et la certitude de la volonté précise de Dieu dans le cas en question. Il est clair qu’avant la résurrection, les malades ne seront pas toujours tous guéris, et qu’ils devront passer par la mort. Pourtant, Dieu a promis de nous révéler sa volonté, et nous pouvons la rechercher avec une pleine confiance (Romains 12:2 ; Esaïe 30:21).

Cette volonté de Dieu peut se manifester de trois manières :

1. Dieu donne l’assurance de la guérison (Jean 4:50 ; Matthieu 8:13) ; la prière devient entièrement celle de la foi, qui ne doute pas de la volonté divine (Marc 1:40-41).

2. Le Seigneur permet que l’épreuve dure, comme il l’a fait pour Paul (2 Corinthiens 12:7-10), mais il donne alors un secours surnaturel pour la supporter et la transformer en une victoire spirituelle.

3. Dieu fait comprendre que l’heure du départ sonne (Genèse 48:1,21 ; Josué 23:2,14 ; 2 Rois 13:14 ; 20:1). Il est vrai qu’Ezéchias réussit à obtenir un sursis de 15 ans, mais au cours de cette période, il tomba dans l’orgueil et donna naissance à l’impie Manassé (2 Chroniques 32:24-25 ; 2 Rois 21:1,9 ; 24:3-4).

Ce départ du malade croyant et soumis est en réalité pour lui un « gain » et une délivrance (Philippiens 1:20-23 ; 2 Corinthiens 5 :6-8).

En un mot, la volonté de Dieu ne peut être que bonne, agréable et parfaite. Puissions-nous toujours la discerner et l’accepter avec la foi entière qui permet le miracle nécessaire dans chacun des 3 cas ci-dessus !

Mise en garde contre les miracles mensongers de l’ennemi

Nous ne devrions pas oublier les avertissements de la Bible au sujet des miracles mensongers que l’ennemi est parfaitement capable de produire (Matthieu 24:24 ; 2 Thessaloniciens 2:9).

Les mouvements les plus éloignés de l’Evangile prétendent produire des guérisons : spirites, occultistes, sorciers païens, etc. ; même de faux prophètes peuvent y parvenir (Matthieu 7:22-23) et les contrefaçons dans ce domaine abondent aujourd’hui. Seule l’obéissance aux principes scripturaires peut nous en préserver.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Devenez rédacteur

Vous aimez écrire ? Vous êtes bilingue anglais-français à l’écrit ? Vous avez une expérience professionnelle dans le domaine du journalisme et de la communication ? Venez renforcer l’équipe du Journal Chrétien et nous aider à fournir l'actualité chrétienne en continu.

En savoir plus

Inscription à la newsletter

Aimez notre page Facebook !